Avec une augmentation des taxes de 3,5 % en moyenne en 2019, les contribuables lévisiens subiront la plus forte hausse depuis 2012, année qui avait été marquée par une majoration de 3,7 %. La hausse annoncée financera la remise à niveau des infrastructures routières ainsi que d’aqueduc et d’égouts.

Après 2,8 % d’augmentation l’an passé, la Ville de Lévis a annoncé une hausse des taxes de 3,5 % en moyenne pour les secteurs résidentiel, commercial et industriel, ce 17 décembre lors de la présentation du budget 2019 et du plan triennal d’immobilisation 2019-2020-2021. Rappelons que 2016 et 2017 avaient été marquées par une progression de respectivement 1,8 % et 1,9 %.

Concrètement, les propriétaires d’une résidence unifamiliale évaluée à 288 000 $ paieront en moyenne 94 $ de plus l’an prochain. 

Une part de 2 % de cette hausse est attribuable aux investissements dans les infrastructures telles que le réseau routier et les réseaux d’aqueducs et d’égouts, a justifié la municipalité.

La pression mise sur les infrastructures par le développement de la ville, avec un nombre d’unités d’habitation en forte croissance (1 341 en 2016 et 1 681 en 2017 au lieu des 850 prévues), et les investissements à réaliser expliquent cette hausse, selon le maire. Gilles Lehouillier a profité de l’exercice pour décocher une flèche au «gouvernement à deux vitesses» des libéraux précédemment au pouvoir, dont la participation aux projets de la Ville, tels que le viaduc Saint-Rédempteur ou l'agrandissement du centre culturel, a été «faible ou absente».

La maire a également fait valoir une charge fiscale plus faible que celle de la moyenne des dix grandes villes au Québec. Selon les rapports financiers audités 2017 et les statistiques du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), la charge fiscale moyenne des résidences d’un logement était de 2 758 $ alors que la moyenne s’élevait à 3 121 $.

Investissements : 33 % pour les routes, les aqueducs et les égouts

Le programme triennal d’immobilisations (PTI) 2019-2020-2021 fait la part belle au programme de réfection des axes routiers (50 M$) ainsi qu’au plan de mise à niveau des infrastructures d’aqueducs et d’égouts (66 M$), qui représentent à eux seuls 33 % des 358,3 M$ inscrits au PTI pour les trois prochaines années.

Dans le PTI, la somme la plus importante va au transport avec 126 M$, répartis entre la réfection des rues (50 M$), le prolongement de Saint-Omer (31,8 M$), la finalisation des travaux du viaduc Saint-Rédempteur (10,4 M$), le projet de réseau structurant de transport en commun (6 M$), ainsi que l’ajout de feux et de contrôleurs de circulation (1,4 M$).

La Ville prévoit aussi d’investir 50 M$ dans le développement des parcs industriels. Ainsi, 44,5 M$ iront à la viabilisation de nouvelles rues dans ces secteurs et 6 M$ à l’amélioration des parcs.

En matière d’investissements, 51,6 M$ sont dédiés aux loisirs et à la culture, 7,2 M$ à la sécurité publique, 135,8 M$ à l’hygiène du milieu (dont font partie les aqueducs et les égouts), 5,1 M$ au développement de logements sociaux et communautaires.

Un budget 2019 en hausse

En 2019, la Ville dépensera 285,9 M$ inscrits dans son budget de fonctionnement, soit 18,14 M$ de plus qu’en 2018 (une hausse 6,8 %.)

Du budget total, 34 % iront aux infrastructures et à l’environnement (voirie, traitement de l’eau, déneigement, matières résiduelles, 18 % à la sécurité publique, aux services de police et d’incendie, 14 % à l’administration générale, 9 % aux loisirs et à la culture, ainsi que 5 % à l’urbanisme, au développement économique, à la santé et au bien-être.

Le service de la dette (la somme que la Ville doit rembourser chaque année pour rembourser sa dette et les intérêts) représente 19,6 % des dépenses inscrites au budget. En 2019, le service de la dette s’élèvera à 56,1 M$, soit une hausse de 4,9 M$. La dette totale consolidée de la Ville de Lévis se chiffre à 443 M$ au 31 décembre 2017 sur un actif de 1,58 G$. La dette était de 418 M$ en 2016. L’endettement par unité d’évaluation était de 7 824 $ au 31 décembre 2017, sous la moyenne des cinq villes québécoises comparables de moins de 200 000 habitants, soit 8 436 $.

Augmentation moyenne des taxes municipales par quartier * 

Quartier Hausse moyenne en %
Breakeyville 3,8 %
Charny 3,9 %
Lévis 3,1 %
Pintendre 3,5 %
Saint-Étienne-de-Lauzon 3,8 %
Saint-Jean-Chrysostome 3,8 %
Saint-Joseph-de-la-Pointe-De Lévy 4 %
Saint-Nicolas 3,7 %
Saint-Rédempteur 3,9 %
Saint-Romuald 3,5 %

* Pour une résidence unifamiliale desservie par les services municipaux d’une valeur de 288 000 $


Les plus lus

Lien mécanique dans le secteur de la Traverse : la Ville envisage des expropriations

Afin de réaliser le lien mécanique entre la rue Marie-Rollet et le secteur de la Traverse promis depuis des années par le maire de Lévis, l’administration Lehouillier prévoit exproprier trois terrains situés la rue Saint-Laurent.

Aérodrome de Pintendre : la Ville passe au plan politique

Après avoir perdu la bataille au niveau juridique, la Ville de Lévis poursuit la guerre dans le dossier de l’aérodrome de Pintendre. La municipalité décide de porter la bataille au niveau politique.

Annonce d'Ottawa à la Davie : la CSN en colère

Par voie d'un communiqué du conseil central Québec-Chaudière-Appalaches, la CSN, le syndicat qui représente les travailleurs du Chantier Davie, a vertement critiqué le processus qui mènera à l'octroi par le gouvernement fédéral d'un contrat de construction de deux traversiers par le chantier maritime lévisien.

Garde à horaires atypiques : la Maison de la Famille Chutes-Chaudière participera à un projet-pilote

De passage à Saint-Jean-Chrysostome le 6 juin, le ministre de la Famille du Québec, Mathieu Lacombe, et la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, ont annoncé une aide financière de 253 000 $ dans le cadre d’un projet-pilote pour la garde à horaires atypiques. L’un des quatre projets retenus dans le cadre de l’initiative est mené par la Maison de la Famille Chutes-Chaudi...

Faire de la politique pour sauver la planète

Les candidats du Parti vert du Canada (PVC) dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et Lévis-Lotbinière sont maintenant connus. André Voyer, ancien candidat indépendant à la mairie de Lévis en 2017, et Luc St-Hilaire, stratège et créateur publicitaire, défendront les couleurs de la formation dirigée par Elizabeth May, un engagement motivé par «l’urgence climatique».

Le conseil municipal du 27 mai en bref

Voici un résumé des décisions marquantes prises par le conseil municipal de Lévis lors de la séance régulière du 27 mai dernier.

Le Bloc se prépare dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis

C’est le 29 mai à Lévis que l’association du Bloc québécois (BQ) pour la circonscription de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis a tenu son assemblée générale annuelle. La réunion a permis aux membres du parti politique d’amorcer leur préparation en vue des prochaines élections fédérales, qui auront lieu le 21 octobre prochain.

François Paradis, député de Lévis avant tout

Le 1er octobre dernier, François Paradis a été réélu pour un deuxième mandat à titre de député provincial au sein de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour la circonscription de Lévis. Le 27 novembre, il était assermenté afin de remplir les fonctions de président de l’Assemblée nationale du Québec. Avec toutes ses nouvelles responsabilités, François Paradis continue de faire de sa circonscription s...

Davie : l’Obélix est plus nécessaire que jamais selon Blaney

Par voie de communiqué, le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a demandé encore une fois, le 7 juin, au gouvernement libéral d'octroyer «le contrat de l’Obélix au chantier Davie le plus rapidement possible» en raison de la grande utilisation de l'Astérix par la Marine royale canadienne.

Climat toujours tendu à Saint-Michel

Les citoyens étaient encore nombreux à la séance du conseil municipal de Saint-Michel, le 3 juin dernier. Les dossiers de la rémunération des élus, de la tarification imposée aux utilisateurs de l'aréna de Saint-Charles et du climat tendu au sein de la localité ont été particulièrement au cœur des questions des citoyens.