La réalisatrice Carole Laganière a filmé un documentaire sur la classe adaptée de Sylvie Giroux de l’École secondaire les Etchemins.

Le documentaire Sylvie à l’école de la réalisatrice Carole Laganière a été présenté pour la première fois au Cinéma Lido à Lévis, le 17 octobre dernier. Le documentaire met en vedette l’enseignante de l’École secondaire les Etchemins Sylvie Giroux et les élèves de sa classe adaptée. La réalisatrice a suivi ce groupe pendant près d’un an afin de mettre en lumière la réalité que ces étudiants âgés de 16 à 21 ans vivent au quotidien.

Ils sont nés avec des limitations, mais rien n’empêche ces jeunes d’avoir des rêves, d’être amoureux, de se trouver un emploi, de faire du sport ou d’exceller en classe.

Ils ont la chance de partager leur quotidien avec une enseignante assez unique, Sylvie Giroux, qui a 25 ans d’expérience au sein des classes adaptées. Le documentaire offre des scènes cocasses, touchantes et va au cœur de la réalité de ces élèves.

On peut y voir la vie au travers des yeux de Jonathan, Édouard, Zachary, Abigaël, Megan ou Mélanie et cette vie n’est pas si simple. On constate l’importance que Sylvie peut avoir dans la vie de ces jeunes.

Elle souligne même qu’elle donne son numéro de téléphone à chacun des élèves de sa petite classe pour qu’ils l’appellent en cas de situation d’urgence. Comme l’urgence est un concept propre à chacun, elle reçoit plusieurs appels par soir, Sylvie est «enseignante 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7».

Avant d’entamer ce projet, il a fallu beaucoup d’organisation. Il fallait tout d’abord que la Commission scolaire des Navigateurs autorise le projet, pour qu’ensuite la direction de l’école appuie le projet et, finalement, acquérir l’autorisation des parents pour la diffusion des images. «J’ai été très touchée par l’accord des parents», a lancé l’enseignante.

Comment ne pas tomber sous le charme?

Le projet s’est développé pendant près de trois ans, de l’idée jusqu’au projet. Pour la réalisatrice, il est évident que Sylvie et sa classe pouvaient être les vedettes d’un film.

«Quand j’ai rencontré Sylvie, je suis tombé en amour avec elle. Quand j’ai rencontré ses élèves, je suis tombée en amour avec eux», a exprimé Mme Laganière.

Au début de la production du documentaire, la réalisatrice n’avait toujours pas trouvé de diffuseur pour le financement de son projet, mais elle a tout de même décidé de lancer le projet.

C’est seulement quatre mois plus tard que la chaîne de télé Canal D a décidé de financer le projet. Cette prise de risques a été payante pour la cinéaste.

«Ce qui est inspirant, c’est Sylvie. Elle est toujours au bon niveau avec eux. Elle est capable d’avoir de l’humour avec eux et, en même temps, elle tire des leçons de tout ce qui se passe dans la classe et ce n’est jamais moralisateur. C’est ça qui m’a fasciné», a-t-elle conclu en commentant son film.

Le documentaire Sylvie à l’école sera diffusé à Canal D, les 22 et 25 novembre prochains.

Les plus lus

Dénoncer à l’aide de l’art urbain

Originaire de Lévis et âgé de 25 ans, celui que l’on surnomme Rafa Scöff est ce qu’on peut appeler un peintre urbain. À l’aide de la peinture en aérosol et à l’huile, Scöff dépeint les injustices sociales. Le Lévisien participait à son premier vernissage, le 15 décembre dernier.

Une histoire de Mélissa Verreault qui fait peur

L’auteure lévisienne a participé à un recueil de nouvelles d’épouvante et d’horreur écrites au féminin. Si le genre attirent davantage un lectorat masculin, c’est peut-être parce que les femmes s’y reconnaissent peu? La collection La Shop renverse la vapeur avec Montres et fantômes.

Le Concours d’œuvres d’art toujours en cours

La période d’inscription pour le concours d’œuvres d’art est prolongée jusqu’au 4 janvier, a annoncé dans un communiqué Diffusion culturelle de Lévis.

Rencontres artistiques dominicale à l’heure du thé

Un dimanche par mois le public a rendez-vous avec des écrivains, des conférenciers ou des artistes à la Maison natale de Louis Fréchette. À l’heure du thé débute le 27 janvier et promet des rencontres émouvantes, intrigantes,ludiques ou poétiques.

Un nouveau rendez-vous mensuel avec les ÉJVA

Les Événements Jeunesse Venite Adoremus ont lancé leur saison artistique 2019 avec une nouvelle série de sept messes d’artistes. Les Samedis des arts ÉJVA sont présentés chaque mois jusqu’en juin à l’église Notre-Dame-de-Lévis.

L’humour imagé de Simon Delisle au VBP

En rodage de son premier one man show, Sur la table à dessin, le dynamique Simon Delisle sera de passage sur la scène du Vieux Bureau de Poste le 17 janvier, armé de numéros aussi imagés qu’hilarants.

Des dessins d’enfants dans les vitrines de Saint-Nicolas

Treize dessins d’enfants sont exposés dans les vitrines de Place Saint-Nicolas et de l’Espace Marie-Victorin depuis le 14 décembre. Les créations ont été sélectionnées par un jury parmi plus de 300 dessins reçus dans le cadre d’un concours organisé par Revitalisation Village Saint-Nicolas.

Du théâtre improvisé pour petits et grands

Le groupe d’improvisateurs Premières théâtre spontané s’installe dans les locaux de l’Espace jeunesse Espéranto à Lévis pour sa saison hivernale. Premières donnera le coup d’envoi à sa troisième année d’existence le 19 janvier prochain.

Pierre Laliberté y met les formes

Le Foyer des Arts du Centre de congrès et d’exposition de Lévis accueille des œuvres de l’artiste lévisien Pierre Laliberté jusqu’au 28 février.

Du rire avec la pièce Couscous au bacon

Rachid aime Marie-Sophie. Marie-Sophie aime Rachid. Un mariage, deux cultures, du rire et des émotions, c’est ce qui attend le public avec la pièce Couscous au bacon, présentée le 24 février au Vieux Bureau de Poste.