CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Après une première œuvre traitant de la crise de la quarantaine chez la femme, l’auteure lévisienne Isabelle Petit a de nouveau pris la plume pour écrire sur un sujet qui touche la gent féminine. Avec Pic de température, la résidente de Lauzon aborde l’appel de la maternité et les différentes épreuves que peuvent vivre les femmes avant de donner la vie.

«Beaucoup de femmes veulent contrôler leur vie comme elles le font au travail par exemple. Il y a plusieurs parcours qui amènent à la maternité. Je voulais également soulever l’obsession d’avoir un bébé, particulièrement chez les hommes. Des fois, c’est l’homme qui veut absolument avoir un enfant et ça met de la pression sur la femme», explique l’auteure lévisienne sur l’origine de son nouveau roman.

Pic de température suit avec sensibilité et humour Laurie. Journaliste passionnée, cette dernière ne veut pas d’enfant, adorant sa vie actuelle libre de toute contrainte. Toutefois, son mari désire fonder une famille et une petite blonde commence à lui faire les yeux doux. À la suite d’un déclic, Laurie finit par entendre l’appel de la maternité, mais tomber enceinte n’est pas aussi simple et l’héroïne devra passer à travers une montagne russe d’émotions. Un processus qu’a aussi vécu Isabelle Petit et qui lui a servi d’inspiration.

«Au début du roman, Laurie ne me ressemble pas beaucoup. Mais je me base sur du vécu. Pour mon plus vieux, ça nous a pris cinq ans avant que ça fonctionne. Quand tu es dans le processus (de procréation), tu es loin d’en rire, mais ça amène des situations cocasses. Par exemple, lorsque c’est la fois dans le mois où tu dois le faire, mais que ça ne te tente pas ou lorsque tu reçois des trucs d’alimentation pour être fertile. Le roman est dosé entre réflexions sensibles et moments cocasses du processus», partage l’écrivaine.

Autres inspirations

Et à peine après la sortie de son deuxième livre, Isabelle Petit travaille déjà à la production d’autres œuvres traitant encore une fois de problématiques humaines. Au printemps, un livre «qui donne la parole aux hommes en ce qui a trait aux relations homme/femme» devrait paraître. L’auteure lévisienne travaille aussi sur un ouvrage qui parlera de la maladie d’Alzheimer.

«Je veux écrire sur des choses qui me tiennent à cœur, toujours avec ma touche sensible et humoristique», conclut Isabelle Petit.

Les plus lus

Dénoncer à l’aide de l’art urbain

Originaire de Lévis et âgé de 25 ans, celui que l’on surnomme Rafa Scöff est ce qu’on peut appeler un peintre urbain. À l’aide de la peinture en aérosol et à l’huile, Scöff dépeint les injustices sociales. Le Lévisien participait à son premier vernissage, le 15 décembre dernier.

Une histoire de Mélissa Verreault qui fait peur

L’auteure lévisienne a participé à un recueil de nouvelles d’épouvante et d’horreur écrites au féminin. Si le genre attirent davantage un lectorat masculin, c’est peut-être parce que les femmes s’y reconnaissent peu? La collection La Shop renverse la vapeur avec Montres et fantômes.

Le Concours d’œuvres d’art toujours en cours

La période d’inscription pour le concours d’œuvres d’art est prolongée jusqu’au 4 janvier, a annoncé dans un communiqué Diffusion culturelle de Lévis.

Rencontres artistiques dominicale à l’heure du thé

Un dimanche par mois le public a rendez-vous avec des écrivains, des conférenciers ou des artistes à la Maison natale de Louis Fréchette. À l’heure du thé débute le 27 janvier et promet des rencontres émouvantes, intrigantes,ludiques ou poétiques.

Un nouveau rendez-vous mensuel avec les ÉJVA

Les Événements Jeunesse Venite Adoremus ont lancé leur saison artistique 2019 avec une nouvelle série de sept messes d’artistes. Les Samedis des arts ÉJVA sont présentés chaque mois jusqu’en juin à l’église Notre-Dame-de-Lévis.

Sur la scène de L’Anglicane, le monde autrement

Les spectacles présentés au fil des prochains mois seront autant de façons de voir le monde en musique, en chanson, en humour et en théâtre. Lors du lancement de saison, le 17 janvier, Boogàt, Dominique Fils-Aimé, Émilie Clepper et That’s All Folk ont offert des performances aux spectateurs fidèles de la salle lévisienne.

L’humour imagé de Simon Delisle au VBP

En rodage de son premier one man show, Sur la table à dessin, le dynamique Simon Delisle sera de passage sur la scène du Vieux Bureau de Poste le 17 janvier, armé de numéros aussi imagés qu’hilarants.

Du théâtre improvisé pour petits et grands

Le groupe d’improvisateurs Premières théâtre spontané s’installe dans les locaux de l’Espace jeunesse Espéranto à Lévis pour sa saison hivernale. Premières donnera le coup d’envoi à sa troisième année d’existence le 19 janvier prochain.

Des dessins d’enfants dans les vitrines de Saint-Nicolas

Treize dessins d’enfants sont exposés dans les vitrines de Place Saint-Nicolas et de l’Espace Marie-Victorin depuis le 14 décembre. Les créations ont été sélectionnées par un jury parmi plus de 300 dessins reçus dans le cadre d’un concours organisé par Revitalisation Village Saint-Nicolas.

Pierre Laliberté y met les formes

Le Foyer des Arts du Centre de congrès et d’exposition de Lévis accueille des œuvres de l’artiste lévisien Pierre Laliberté jusqu’au 28 février.