Le peintre a entre autres réalisé des tableaux à partir de poubre de marbre. CRÉDIT : AUDE MALARET

Retraité de l’enseignement, le résident de Saint-Nicolas s’est consacré à la peinture et au dessin tout au long de sa vie. De son imagination débordante, est né un monde fantaisiste et plein d’audace peuplé de créatures surprenantes. Rencontre avec l’artiste.

Jeune, il est fort en dessin et pratique beaucoup. Pendant ses études, il a toujours un crayon à la main et passe même tout son temps à dessiner. Au collège, à l’École normale puis lorsqu’il prépare le baccalauréat, le dessin ne le quitte jamais. 

À partir de 1983, il suit des cours avec Paul-Émile Lemieux, au Moulin des arts à Saint-Étienne. Pendant six ans, peut-être même sept, Lynn Roy s’y exerce. On lui propose de montrer son travail. Exposition après exposition, il commence à vendre des tableaux et fait sa place en galerie, à Montréal, Toronto et ailleurs.

Alors que ses camarades préfèrent les paysages, lui s’oriente vers le dessin surréaliste. Et de toute façon, il dit qu’il ne sait pas faire ça, dessiner des paysages. Il a une imagination débordante et leurs préfère taureaux et têtes de violon. Il les dessine et les personnifie. 

Autant de figures qui prennent vie sous les coups de pinceaux de l’artiste, avant qu’apparaisse la figure du hibou qui va incarner tour à tour un chef d’orchestre, un musicien célèbre ou une multitude de personnages. Par dessus tout, Lynn Roy aime Picasso, son peintre favori, qui l’a inspiré tout au long de sa carrière. «Pour faire ce qu’il fait, il faut être tout simplement génial. Si on essaye de faire comme lui, on ne peut pas, c’est impossible», constate-t-il. 

Exprimer la beauté avec des formes

Une citation qu’il a inscrite à la main au dos d’une carte d’affaires, résume pour lui l’essence de son travail. Elle dit : «Le rôle de la peinture n’est pas de représenter, mais d’exprimer la beauté avec des formes, des lignes et des couleurs qu’elle prend où elle les trouve et qu’elle invente, quand elle ne les trouve pas dans la nature». 

Quand il l’a découverte, Lynn Roy s’est aussitôt reconnu dans ces mots. «J’ai dit c’est moi ça! J’étais tellement content quand j’ai lu ça, car je ne savais pas trop comment me décrire. Surréaliste, oui. Fantaisiste, oui. Naïf, j’en ai fait un peu», complète le peintre.

Sur ses toiles, se déploie toute la richesse imaginative de cet artiste surprenant. Ses créatures ont des figures d’allégorie et les symboles habitent un monde fantastique. De ses esquisses naissent des animaux imaginaires. De titres de chanson naissent des toiles. Il y a celle-ci de Gerry Boulet, Ayoye, qui dit : «Tu m’fais mal à mon cœur d’animal».

Une technique unique

Peintre fantaisiste, il aime travailler l’acrylique, le fusain et la poussière de marbre en technique mixte qu’il a ramenée d’un voyage. La technique lui plait d’autant plus qu’il est le seul à l’utiliser au Canada.

En 1994, le peintre se rend en Espagne pour la première fois. Lors d’une visite, il découvre la poussière de marbre travaillée par un artiste de Malaga. Poussière de marbre, sable, colle, Lynn Roy retrouve une fois rentré tous les ingrédients nécessaire à cette technique. Il réalise de petits tableaux. 

Le matériau se travaille comme une pâte. Une fois le support de bois recouvert, il trace sur la surface encore molle à l’aide d’une spatule et la laisse sécher quelques jours. Une fois sèche, il y déposer de la peinture. À cause du poids des œuvres, il doit tout de même se limiter à un format maximum de 12 par 24 pouces.

De ses toiles, il en a vendu près de 300. Mais produire pour des galeries qui en veulent toujours plus, trouve-t-il, ne le tente plus. Et il en conserve de nombreuses chez lui, dans son atelier ou les pièces de sa maison. À 83 ans, il se demande ce que son œuvre va devenir et espère trouver acquéreur à ses œuvres orphelines.

Les plus lus

Un air de jazz dans les rues de Lévis

Pour une treizième année consécutive, le Festival Jazz etcetera fera vibrer le cœur du Vieux-Lévis, du 8 au 11 août. Jazz varié, blues, soul, funky et big band, les sonorités chaudes et rythmées résonneront dans les rues de la ville pendant quatre jours.

Le Chœur du Monde dans tous ses éclats

Le Chœur du Monde présentera son prochain concert au Cégep de Lévis-Lauzon, les 7 et 8 juin prochains à 20h.

Plus de rire que de peur au Vieux Bureau de Poste cet été

C’est une pièce qui fera frissonner les spectateurs même en pleine canicule (oui, le soleil finira bien par revenir). Une maison hantée et des personnages tous plus loufoques les uns que les autres servis par quatre jeunes comédiens débordants d’énergie. Cet été à Lévis le théâtre se déguste avec une bonne dose d’humour et une pointe de suspense.

La fascinante vie de Lionel Lefebvre

Jockey pendant plusieurs années aux États-Unis, le Lévisien Lionel Lefebvre a pu développer un grand talent artistique grâce à sa passion des chevaux. En plus de lui fournir une source d’inspiration inépuisable, son travail équestre lui a permis d’avoir les moyens pour suivre des cours afin de devenir peintre.

Des œuvres format mini à découvrir à Lévis

L’Internationale d’art miniature revient à Lévis du 16 juin au 1er septembre pour une 10e édition. Présenté par Diffusion culturelle de Lévis, l’événement se tient au Centre d’exposition Louise-Carrier, à L’Anglicane et à la bibliothèque Pierre-Georges-Roy.

Chaudière-Appalaches en œuvres cherche artistes

Le concours d’arts visuels qui s’adresse aux artistes de tous les niveaux la région, Chaudière-Appalaches en œuvres, est lancé. Organisée par le Musée Marius-Barbeau, cette deuxième édition se tient sous le thème Deuxième vie.

Théâtre Beaumont-St-Michel : passer un été à rire à s’en taper les cuisses

Carl Béchard, Amélie Grenier, Isabelle Drainville, Jacques Girard, Caroline Dardenne et Patric Saucier sont les six comédiens qui donneront vie à l’histoire La mallette rouge de Ray Cooney, adaptée par Reynald Robinson à la sauce bellechassoise, à partir du 21 juin au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, et tout au long de l’été.

À la découverte de trésors de la Ville de Lévis

La Ville de Lévis présente son exposition Œuvres choisies du 6 juin au 1er septembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts de Saint-Nicolas.

Candidats recherchés pour le concours Chantons pour Elles

Les inscriptions pour la troisième édition du Concours Chantons pour Elles, organisée par la Fondation Jonction pour Elle, sont ouvertes. L’activité de financement permet de récolter des sous pour venir en aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale.