L’artiste peintre urbain lévisien, Rafa Scöff, a participé à son premier vernissage le 15 décembre dernier. CRÉDIT : COURTOISIE

Originaire de Lévis et âgé de 25 ans, celui que l’on surnomme Rafa Scöff est ce qu’on peut appeler un peintre urbain. À l’aide de la peinture en aérosol et à l’huile, Scöff dépeint les injustices sociales. Le Lévisien participait à son premier vernissage, le 15 décembre dernier.

Rafa Scöff pratique la peinture urbaine depuis plusieurs années déjà. Lorsque la saison le permet, l’artiste peintre aime s’exprimer par le moyen de graffitis sur les différents murs où il est permis d’effectuer ce genre de pratiques. L’hiver, il se met à la peinture sur des toiles à l’aide d’aérosol et de pochoirs.

Celui qui signe ses portraits sous le nom de Scöff a débuté le graffiti afin de s’extirper du milieu de la consommation de drogue. «Un moment donné, je voulais me sortir de ce monde-là et je suis revenu à mes racines, l’art», lance-t-il. 

À force de dessins, le Lévisien s’est fait remarquer par une équipe de promoteurs, Urban Graf, une compagnie québécoise qui fait la promotion d’artistes du milieu urbain via une ligne de vêtements et des événements.

Sous les thèmes de la consommation de drogue, l’abus de pouvoir, les inégalités, la justice, les émotions, la tristesse et la colère, l’autodidacte aime choquer. «Un des sujets qui me touche le plus dans ces temps-ci, c’est le réchauffement climatique. Je m’inspire des problèmes de société et de l’actualité. Mon but n’est pas de dessiner quelque chose de beau, mais de dénoncer», souligne-t-il.

Un rêve de plus en plus réaliste

Le 15 décembre dernier, Rafa Scöff a eu la chance de participer au vernissage Le souffle de l’âme, en collaboration avec cinq artistes, à la galerie d’art Urbania, située sur la rue Saint-Paul à Québec.

Cet événement était une première pour l’artiste urbain et il le voit comme un tremplin. «Pour moi, cette première expérience va m’aider à connaître le fonctionnement du milieu. C’est sûr que mes efforts n’arrêteront pas là, je vois plus gros encore que ce vernissage-là. Je veux faire ma propre exposition et marquer l’inconscient du public par ce type d’art qui n’est pas encore ouvert à tous», partage le Lévisien.

Sortir des sentiers battus

Si Scöff exprime son désir de combattre les injustices via ses toiles, il souhaite se distinguer dans son domaine à sa façon en prenant un chemin propre à lui. «Mon rêve est de vivre de ça. Je suis autodidacte. Je veux prouver qu’on est capable encore aujourd’hui de réussir sans avoir fait de grosses études», explique le jeune artiste.

Selon lui, il n’est pas nécessaire pour les artistes de se coller à un carcan pour réussir. Plusieurs lui ont dit qu’il devrait suivre un cours universitaire afin d’apprendre les techniques «classiques», mais l’artiste en a fait fi. Il n’est pas fait pour les bancs d’école et ils ne sont pas nécessaires pour qu’il atteigne ses objectifs.

À plusieurs reprises, il a proposé son portfolio à différentes galeries et lorsqu’il a dû essuyer un refus, c’était en raison du manque d’espace dans la galerie. C’est pourquoi il a confiance en ses moyens et son cheminement.

Rafa Scöff n’est qu’au début de son parcours et malgré son désir de se perfectionner et d’évoluer, il continuera à faire passer ses messages. «Je veux déranger pour choquer, déranger pour faire parler, déranger pour forcer le changement», conclut Scöff.

Les plus lus

Dénoncer à l’aide de l’art urbain

Originaire de Lévis et âgé de 25 ans, celui que l’on surnomme Rafa Scöff est ce qu’on peut appeler un peintre urbain. À l’aide de la peinture en aérosol et à l’huile, Scöff dépeint les injustices sociales. Le Lévisien participait à son premier vernissage, le 15 décembre dernier.

Une histoire de Mélissa Verreault qui fait peur

L’auteure lévisienne a participé à un recueil de nouvelles d’épouvante et d’horreur écrites au féminin. Si le genre attirent davantage un lectorat masculin, c’est peut-être parce que les femmes s’y reconnaissent peu? La collection La Shop renverse la vapeur avec Montres et fantômes.

Le Concours d’œuvres d’art toujours en cours

La période d’inscription pour le concours d’œuvres d’art est prolongée jusqu’au 4 janvier, a annoncé dans un communiqué Diffusion culturelle de Lévis.

Rencontres artistiques dominicale à l’heure du thé

Un dimanche par mois le public a rendez-vous avec des écrivains, des conférenciers ou des artistes à la Maison natale de Louis Fréchette. À l’heure du thé débute le 27 janvier et promet des rencontres émouvantes, intrigantes,ludiques ou poétiques.

Un nouveau rendez-vous mensuel avec les ÉJVA

Les Événements Jeunesse Venite Adoremus ont lancé leur saison artistique 2019 avec une nouvelle série de sept messes d’artistes. Les Samedis des arts ÉJVA sont présentés chaque mois jusqu’en juin à l’église Notre-Dame-de-Lévis.

Sur la scène de L’Anglicane, le monde autrement

Les spectacles présentés au fil des prochains mois seront autant de façons de voir le monde en musique, en chanson, en humour et en théâtre. Lors du lancement de saison, le 17 janvier, Boogàt, Dominique Fils-Aimé, Émilie Clepper et That’s All Folk ont offert des performances aux spectateurs fidèles de la salle lévisienne.

L’humour imagé de Simon Delisle au VBP

En rodage de son premier one man show, Sur la table à dessin, le dynamique Simon Delisle sera de passage sur la scène du Vieux Bureau de Poste le 17 janvier, armé de numéros aussi imagés qu’hilarants.

Du théâtre improvisé pour petits et grands

Le groupe d’improvisateurs Premières théâtre spontané s’installe dans les locaux de l’Espace jeunesse Espéranto à Lévis pour sa saison hivernale. Premières donnera le coup d’envoi à sa troisième année d’existence le 19 janvier prochain.

Des dessins d’enfants dans les vitrines de Saint-Nicolas

Treize dessins d’enfants sont exposés dans les vitrines de Place Saint-Nicolas et de l’Espace Marie-Victorin depuis le 14 décembre. Les créations ont été sélectionnées par un jury parmi plus de 300 dessins reçus dans le cadre d’un concours organisé par Revitalisation Village Saint-Nicolas.

Pierre Laliberté y met les formes

Le Foyer des Arts du Centre de congrès et d’exposition de Lévis accueille des œuvres de l’artiste lévisien Pierre Laliberté jusqu’au 28 février.