L’artiste autochtone jouera au VBP. CRÉDIT:PAGEFACEBOOKLAURANIQUAY

Première artiste atikamekw à avoir participé aux Francofolies, la musique de Laura Niquay puise dans ses racines autochtones. La chanteuse présentera son univers musical qui parle des valeurs de sa communauté, de l’environnement et de la force féministe, le 23 mars au Vieux Bureau de Poste (VBP).

À travers sa voix rauque et feutrée, c’est un message de persévérance, de prévention et d’abnégation toujours positif que Laura Niquay livre au public. La chanteuse aborde dans ses textes les questions difficiles du suicide, de la drogue ou encore des conditions de vie dans les communautés autochtones, dont elle fait partie. Écrin de ses mots en langues atikamekw et française, sa musique est un folk intimiste moderne et optimiste pour les siens et pour l’humanité.

Dans les communautés, les difficultés persistent et entrainent d’autres problèmes comme la consommation d’alcool. «Je trouve ça très dur de voir mon père comme ça. C’est quelque chose dont il faut parler dans les communautés, ces problèmes», confie la chanteuse. 

Véritable modèle pour les jeunes et les femmes de sa communauté, Laura Niquay met aussi au cœur de ses chansons le respect de la nature, la prise de pouvoir des femmes et l’espoir d’un avenir meilleur pour les jeunes.

«Les femmes sont des guerrières. Elles font tout dans la vie. Elles portent la vie. Elles donnent la vie. Pour nous, c’est tout un personnage une femme, souligne Laura Niquay. Il n’y a pas beaucoup de femmes autochtones qui sont artistes et qui sont dans le domaine de la musique. Ça en prend des jeunes filles, des jeunes femmes, des femmes qui démontrent leur importance, qui se font entendre. C’est important. Les femmes sont fortes mentalement et psychologiquement. Il faut respecter les femmes et il y a encore beaucoup de personnes qui ne voient pas leurs qualités.»

C’est dans son village que l’artiste va chercher son inspiration «Ce qui m’inspire, c’est le bois, la forêt, les quatre éléments. Ma famille aussi, je suis très proche d’elle. Je parle des problématiques auxquelles on fait face dans les communautés. J’essaie d’aider les gens avec les chansons que je fais. Je fais des chansons préventives sur les cas problématiques, la drogue, l’alcool. Ce sont plus des chansons d’encouragement pour rappeler de ne pas abandonner dans la vie», explique-t-elle.

Née à Wemotaci dans une famille de musiciens, Laura Niquay a grandi une guitare à la main et entouré de chanteurs. Elle a sorti son premier album, Waratanak, de façon indépendante en 2015. Elle est la première artiste atikamekw à avoir joué aux Francofolies de Montréal en 2011, même année où elle remporte le prix de la relève au Gala Teweikan. En 2018, elle a reçu huit prix au festival Vue sur la Relève, après avoir été lauréate du Prix spécial du Jury au Gala Teweikan en 2017, pour l’ensemble de son œuvre et de son implication.

L’artiste ouvre et veut ouvrir la voie aux autres artistes autochtones. «Faire des chansons dans notre langue, c’est important. Mais il faut faire des chansons immortelles qui ne meurent jamais.»

Billets disponibles à la billetterie. Réservations au 418 839-1018 ou sur le site Web de la salle.

Les plus lus

Lévis servira de décor à un court-métrage

Ancienne étudiante en cinéma au Cégep de Lévis-Lauzon qui a fait sa place dans le monde de la production cinématographique, Nellie Carrier a remporté un prix de 100 000 $ à un concours de scénario. Son court-métrage Boulevard 132 sera tourné à Lévis.

Rosalie Roberge quitte La Voix

La ronde des duels de cette 7e édition de La Voix s’est terminée le 31 mars. Face à Joel Brassard, la chanteuse lévisienne Rosalie Roberge a été éliminée de la compétition. Mais la jeune interprète a beaucoup appris de cette expérience et travaille déjà sur de nouveaux projets.

Rosalie Roberge met sa couleur à La Voix

Qualifiée le 10 mars pendant les auditions à l’aveugle, Rosalie Roberge se prépare à la prochaine étape du concours de chant télévisé. La Lévisienne aime jouer avec les tonalités jazz et soul dans des arrangements musicaux à son image. Elle tentera de séduire à nouveau son coach Alex Nevski lors de son duel dans les prochaines semaines.

Carte blanche à la comédienne Pascale Montpetit

La comédienne Pascale Montpetit lira l’œuvre de l’écrivaine Geneviève Amyot, dans le cadre de la série À l’heure du thé, à la Maison natale de Louis Fréchette, le 31 mars. Ces rencontres se tiennent chaque dernier dimanche du mois.

Découvrez le monde animal sous un autre angle

Diffusion culturelle de Lévis présente, du 7 avril au 5 mai au Centre d’exposition Louise-Carrier, l’exposition Animal Nation, œuvres de Sylvie Plante. Le vernissage aura lieu en présence de l’artiste le dimanche 7 avril à 13h30.

Les Denis Drolet complètement déjantés à L’Anglicane

Le duo humoristique des Denis Drolet sera de passage à L’Anglicane avec son spectacle En attendant le beau temps, le 11 avril prochain. Les spectateurs pourront assister au spectacle le plus fou et cinglé du duo bien connu du Québec.

À Portée de Voix ouvre ses portes

Le mercredi 10 avril, le Groupe vocal À Portée de Voix tiendra sa porte ouverte dans le but de recruter des nouveaux choristes pour la prochaine saison.

La virtuosité de Calum Graham au Juvénat

Considéré comme l’un des 30 meilleurs guitaristes de 30 ans et moins par le Acoustic Guitar Magazine grâce à sa technique de fingerpicking indescriptible, Calum Graham émoustillera les amateurs de guitare sèche au Juvénat Notre-Dame le 20 avril.

L’indiscipline artistique de la relève à Regart

Les finissants du programme d’arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon présentent leur première exposition, intitulée Indiscipliner, du 13 au 28 avril à Lévis, au Centre d’artistes en art actuel.

The Young Cast 3e au Showcase Hit The Floor Gatineau

La 6e édition de l’événement de danse Hit The Floor Gatineau a pris fin le 17 mars au Centre de congrès du Casino du Lac-Leamy. Encore une fois cette année, plusieurs troupes de l’école de danse lévisienne District.Mao se sont illustrées lors de la compétition.