Diane Blanchette a présenté le bilan 2018 de DCL. CRÉDIT : AUDE MALARET

L’année 2018 s’est déroulée sous le signe des 40 ans de Diffusion culturelle de Lévis (DCL), l’organisme qui anime et gère L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise-Carrier. Après les records de 2017, le diffuseur lévisien reste dans la moyenne de ses résultats des dernières années, alors que son rayonnement régional s’intensifie.

«Le 40e de Diffusion culturelle de Lévis, c’est ce qui a teinté, qui a marqué, qui a distingué l’année 2018. Ça a motivé beaucoup d’actions et d’activités qui ont occupé notre temps, nos énergies et qui ont eu des effets en termes de rayonnement», présente Diane Blanchette, directrice générale et artistique de DCL qui note «une excellente année sur le plan des retombées publiques grâce au 40e.

Diffusion culturelle de Lévis a profité de son 40e anniversaire en 2018 pour ajouter deux nouveautés à sa programmation. D’abord, six représentations d’un spectacle jeune public ont été organisées pour les enfants inscrits aux camps de jour de la Ville de Lévis.

«C’était la première fois qu’on présentait un spectacle pour enfant en saison estivale. Normalement, c’est pendant l’année scolaire puisqu’on s’adresse beaucoup au public des écoles», précise-t-elle.

Une nouvelle formule découverte

 Une nouvelle série, les Apéros éclatés, a également fait son apparition dans le programme de L’Anglicane. Dans les cartons depuis plusieurs années, ce projet d’introduire une formule en 5 à 7 de spectacles courts, d’une heure sans entracte et présentés à prix mini, a été rendu possible par la marge de manœuvre budgétaire dégagée grâce aux surplus laissés par les succès.

«Cette série nous permet de sortir encore un peu plus de nos sentiers battus dans la programmation et d’éclater notre éventail de sélection de contenus artistiques. Ça permet au public de faire des découvertes à petit prix», souligne la directrice qui a présenté le bilan 2018 lors de l’assemblée générale annuelle, le 30 avril.

Au Centre d’exposition Louise-Carrier, 2018 a été marquée par une exposition qui a retracé quatre décennies en arts visuels. «C’était une rétrospective d’une cinquantaine d’œuvres des 40 dernières années, de l’évolution, de l’accompagnement de certains artistes qui, de débutants sont devenus des artistes reconnus avec une bonne cote sur le marché de l’art. Ça a été un très beau moment du 40e.»

Un taux de fréquentation élevé

 Du côté des chiffres, les variables se maintiennent dans la moyenne enregistrée ces dernières années. Après les records de 2017, difficile d’égaler le nombre de spectateurs ou le montant des revenus de guichet. Mais le taux de fréquentation payante s’affiche toujours au-dessus des moyennes régionales.

L’an passé, les surplus accumulés ont permis de renouveler les équipements d’éclairage de L’Anglicane. En 2020, ce sera au tour du site Internet de se refaire une beauté, après le renouvellement complet de l’image visuelle de DCL en 2018. 

De nouveaux publics sensibilisés

Pour développer le goût de la culture chez différents publics que ce soient les jeunes, le milieu d’affaires, les gens touchés par l’action sociale, DCL a organisé plus de 200 activités de sensibilisation.

En arts visuels, l’initiation à l’art s’articule autour de visites commentées qui permettent aux visiteurs d’apprécier davantage les œuvres exposées. Dans les arts de la scène, des rencontres, ou encore des tables rondes sont organisées pour favoriser questionnements et échanges.

«Ces activités visent à sensibiliser les gens aux arts ou à des disciplines moins fréquentées. Ça permet au public de mieux apprécier les spectacles et les expositions qu’il va voir», explique Diane Blanchette.

Et même si L’Anglicane se place comme une salle régionale, «notre défi demeure de développer le goût de l’audace des Lévisiens», rappelle-t-elle. Et d’ajouter, «notre premier bailleur de fonds, c’est la Ville de Lévis et les bâtiments qu’on anime lui appartiennent. On sent un devoir de desservir les Lévisiens et de faire du développement culturel pour la ville et ses citoyens».

«Au-delà du nombre de spectateurs qu’on attire, ce qui importe c’est le rayonnement et l’impression qu’on a régionalement qu’on est un acteur signifiant dans le milieu culturel.» DCL souhaite d’ailleurs se positionner dans les grands projets culturels à venir sur le territoire et prévoit de sortir prochainement de ses murs. 

2018 en chiffres

- 73 spectacles à l’affiche pour un total de 109 représentations
- 10 expositions d’arts visuels
- 30 jours d’activités en location à L’Anglicane, dont 3 spectacles professionnels
- 204 animations de sensibilisation des publics en arts de la scène et en arts visuels 
- 23 045 spectateurs à L’Anglicane (incluant ceux du Cégep de Lévis-Lauzon) et 6 256 visiteurs au Centre d’exposition Louise-Carrier
- 11 154 élèves, enseignants et enfants inscrits aux camps de jour de la Ville de Lévis accueillis en représentations scolaires, visites commentées au centre d’exposition et ateliers artistiques
- Taux d’assistance payante : 74 %
- Revenus de la vente aux enchères : 42 475 $
- Revenus de guichet : 380 989 $ 
- Excédent des revenus sur les dépenses : 7 529 $

Au programme cet été

Un spectacle théâtral adapté du succès Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus (27 juillet), un des derniers passages au Québec du grand bluesman américain Bryan Lee (10 août) et des concerts en formation intimiste des icônes de la chanson québécoise Isabelle Boulay (7 septembre) et Paul Piché (13 septembre) ainsi que le sympathique Mario Jean (18 juillet), le brillant duo Karen Young et Marianne Trudel formé autour de l’œuvre folk incontournable de Joni Mitchell (24 août) et l’étoile montante d’origine anglaise Sam Tucker (5 septembre).

Les plus lus

La mallette rouge : rocambolesque et divertissant

À l’affiche au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, La mallette rouge raconte l’histoire de Claude-Henri qui, le jour de sa fête, se trompe de mallette sur le traversier en rentrant à la maison.

La fascinante vie de Lionel Lefebvre

Jockey pendant plusieurs années aux États-Unis, le Lévisien Lionel Lefebvre a pu développer un grand talent artistique grâce à sa passion des chevaux. En plus de lui fournir une source d’inspiration inépuisable, son travail équestre lui a permis d’avoir les moyens pour suivre des cours afin de devenir peintre.

Les aventures complètes de Fonck et Ponck rééditées

Un nouveau chapitre s’ouvre pour Luca Jalbert et ses personnages Fonck et Ponck. La collection complète de leurs aventures sera réimprimée par la maison d’édition montréalaise ADA. Un septième tome devrait aussi sortir en 2021.

Artistes et public ont rendez-vous à Saint-Nicolas

Du 5 au 7 juillet, plus de 50 artistes et artisans seront réunis sous les chapiteaux de Village en Arts dans le parc Le Picart, à Saint-Nicolas. Tout le quartier vibrera au rythme de l’événement artistique grâce aux activités, dont le circuit pédestre, la visite de la chapelle Notre-Dame- de-Grâce, des prestations de danse le samedi et de la musique le dimanche.

Les Dimanches des Artistes célèbrent la musique

Du 7 juillet au 1er septembre, des musiciens et des chanteurs accompagneront la célébration dominicale de 10h30, à l’église Notre-Dame, précédée d’un prélude à 10h15. Pour souligner leur 25e année d’existence, les Dimanches des Artistes se clôtureront chaque semaine au son des grandes orgues Mitchell.

10 ans de passion de la photographie

Le Club photo rassemble depuis une décennie des amoureux de l’image qui partagent leur savoir-faire et leurs clichés. En plus de l’exposition annuelle, les membres se retrouvent pour des rendez-vous, des conférences et des sorties extérieures.

11e saison pour les Beaux Dimanches en Musique

Avec la saison estivale, les Beaux Dimanches en Musique reviennent pour une 11e saison à l’église de Charny, du 30 juin au 25 août, à 9h15. Neuf célébrations dominicales sont au programme.

Une suite pour les aventures du sorcier Thubden

C’est le 8 juin dernier que l’auteur lévisien Denis Guay, plus connu sous son nom de plume Émil, a lancé le deuxième tome des aventures du sorcier Thubden, L’œil du démon borgne.

Regart infiltré par trois projets d’art actuel

Dans le cadre de sa programmation estivale, le centre d’artistes en art actuel de Lévis accueille trois artistes qui investissent la galerie, la piste cyclable et ses abords. Par les mots, les échanges et les paroles, ils nous interpellent, parlent de nous et s’immiscent dans notre intimité autant qu’ils nous engagent à entrer dans leur monde.

De l’art format mini par des artistes internationaux

C’est un tour du monde en petit format. Au Centre d’exposition Louise Carrier, sont exposées 347 œuvres de 185 artistes originaires de 23 pays, jusqu’au 1er septembre. Créée il y a 20 ans, l’Internationale d’art miniature de Lévis en est à sa 10e édition.