CRÉDIT:PAGEFACEBOOKMARINATHIBEAULT

Quand elle a quitté le violon pour l’alto, Marina Thibeault venait de trouver son instrument, celui dont elle voulait jouer. Dans une épopée toute féminine de la musique pour alto du 19e siècle au 21e, l’altiste interprétera des chefs-d’œuvre écrits pour cet instrument lors de son concert à L’Anglicane le 25 mai, accompagnée de la pianiste Janelle Fung.

L’alto est un instrument proche de la voix humaine, dans un registre «chaleureux» situé entre le violon et le violoncelle. «C’est comme si les deux s’étaient mariés et avaient fait cet enfant», illustre l’altiste Marina Thibeault, sacrée Révélation Radio-Canada Classique 2016-2017 entre autres distinctions.

Au fil des derniers siècles, l’instrument a surtout été utilisé comme accompagnement aux époques baroque et classique. «À cause de sa grande taille, il était énorme, il était souvent mal manié et ça ne sonnait pas très bien.»

Trop gros, trop inconfortable, l’instrument n’a pas bonne réputation. Des artistes talentueux vont toutefois remettre l’alto en lumière tels que William Primrose, Lionel Tertis et Rebecca Clarke. «Ça a inspiré plusieurs grands compositeurs à écrire du grand répertoire pour l’instrument comme soliste», note Marina Thibeault.

À ses débuts, Marina Thibeault choisit le violon. «J’avais un voisin violoneux et j’ai commencé à jouer du folklore.» En fait, elle ne connaît pas encore l’existence de l’alto. Étudiante au conservatoire, la jeune fille côtoie peu d’altistes, rares parmi les musiciens.

À 15 ans, elle entend jouer de l’alto pour la première fois au Domaine Forget de Charlevoix. Marina Thibeault se demande aussitôt pourquoi elle joue du violon alors que l’alto se révèle être l’instrument par lequel elle veut s’exprimer et chanter. «Les instrumentistes, tout ce qu’on veut c’est chanter avec notre instrument.»

Des compositrices de talent

Au-delà de la musique mais toujours grâce à son art, Marina Thibeault joue au diapason des changements sociaux, particulièrement ceux qui touchent les femmes afin de leur ouvrir la voie vers davantage de reconnaissance et de nouvelles perspectives.

Elles, son second disque qu’elle interprètera pour la première fois dans la région et pour une unique représentation, rassemble plusieurs chefs-d’œuvre écrits pour l’alto.

Particularité de ce programme, sa sélection ne contient que des pièces composées par des femmes, dont le talent ne laisse plus de place aux considérations de genre : Clara Schuman, Fanny Hensel, Nadia Boulanger, Rebecca Clarke, Lilian Fuchs et Anna Pidgorna.

«Je voulais m’assurer que ce n’était pas juste un concept idéaliste. Les œuvres sont sur cet album d’abord parce que c’est de la grande musique. Et aussi, elles ont été écrites par des femmes», souligne la musicienne.

Ce qui ne leur a pas toujous valu d’être reconnues à la hauteur de leur talent. Compositrice et altiste, Rebecca Clarke a été freinée dans sa carrière, comme l’explique Marina Thibeault. Lauréate d’un deuxième prix pour sa Sonate pour alto et piano, «elle avait failli gagner le premier. Mais c’était tellement extraordinaire comme œuvre que les juges croyaient qu’un homme avait utilisé un pseudonyme de femme et l’avaient pénalisée pour ça.» Et, ses œuvres programmées au Carnegie Hall l’ont été sous pseudonyme masculin, rappelle-t-elle.

«Je veux lui donner la valeur que j’aurais aimé qu’elle reçoive il y a longtemps. Je veux la faire rayonner dans un univers qui ne l’a pas propulsée où elle aurait dû aller.»

Si de plus en plus de compositrices sont programmées, «le danger c’est qu’on ne les voit pas comme les compositeurs, que ce soit juste un thème, du marketing. En choisissant des compositrices, on inspire les jeunes compositrices à continuer dans leur voie».

Les plus lus

Hit The Floor s’étendra à Montréal

La 9e édition a pris fin le 20 mai, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis. À l’aube des 10 ans de Hit The Floor, son fondateur Nicolas Bégin a annoncé la création d’un festival de danse dès l'an prochain, lors de la grande soirée du dimanche.

Le Chœur du Monde dans tous ses éclats

Le Chœur du Monde présentera son prochain concert au Cégep de Lévis-Lauzon, les 7 et 8 juin prochains à 20h.

Un air de jazz dans les rues de Lévis

Pour une treizième année consécutive, le Festival Jazz etcetera fera vibrer le cœur du Vieux-Lévis, du 8 au 11 août. Jazz varié, blues, soul, funky et big band, les sonorités chaudes et rythmées résonneront dans les rues de la ville pendant quatre jours.

Festivent : Weezer, Sean Paul et les Cowboys Fringants

Weezer, Patrice Michaud, Smash Mouth, Gregory Charles, Sean Paul, La Chicane, les Cowboys Fringants et X Ambassadors sont annoncés pour cette 37e édition du Festivent Ville de Lévis qui se tiendra du 31 juillet au 4 août prochains. L'ensemble de la programmation a été dévoilé ce mercredi 22 mai.

Plus de rire que de peur au Vieux Bureau de Poste cet été

C’est une pièce qui fera frissonner les spectateurs même en pleine canicule (oui, le soleil finira bien par revenir). Une maison hantée et des personnages tous plus loufoques les uns que les autres servis par quatre jeunes comédiens débordants d’énergie. Cet été à Lévis le théâtre se déguste avec une bonne dose d’humour et une pointe de suspense.

Les Grands Feux Loto-Québec comme au grand écran

Les Grands Feux Loto-Québec (GFLQ) souffleront sur leurs 25 bougies au-dessus du fleuve Saint-Laurent entre Lévis et Québec, du 31 juillet au 24 août prochains. Au menu : six soirées festives mettant de l’avant la danse et la pyrotechnie, le tout inspiré par six lieux emblématiques de films cultes. La programmation complète a été dévoilée, le 23 mai dernier.

Des œuvres format mini à découvrir à Lévis

L’Internationale d’art miniature revient à Lévis du 16 juin au 1er septembre pour une 10e édition. Présenté par Diffusion culturelle de Lévis, l’événement se tient au Centre d’exposition Louise-Carrier, à L’Anglicane et à la bibliothèque Pierre-Georges-Roy.

Chaudière-Appalaches en œuvres cherche artistes

Le concours d’arts visuels qui s’adresse aux artistes de tous les niveaux la région, Chaudière-Appalaches en œuvres, est lancé. Organisée par le Musée Marius-Barbeau, cette deuxième édition se tient sous le thème Deuxième vie.

L’OSL braque ses projecteurs sur des musiciens d’avenir

Alors que le printemps déploie ses ailes, l’Orchestre symphonique de Lévis (OSL) mettra à l’avant plan de jeunes pousses prometteuses lors de son dernier concert de la saison 2018-2019, le 26 mai prochain dès 13h15 à l’Espace symphonique de Lévis. Fraîchement diplômés du Conservatoire de musique de Québec, le hautboïste Jean-Sébastien Blais et la soprano Evelyne Larochelle interprèteront les solos...