Le photographe expose son travail réalisé entre l’été 2017 et l’été 2018. CRÉDIT : AUDE MALARET

De retour le temps d’une exposition dans la Ville qui l’a vu naître et grandir, John R. Porter présente trente de ses photographies au Centre d’exposition Louise-Carrier jusqu’au 9 juin. D’un regard curieux, il s’attarde dans un instant déjà parti. Le saisissant dans toute sa fugacité, il révèle par ses instantanés d’éphémères motifs figés dans ses compositions.

Dans cette maison qu’il a connue au temps où elle était habitée, John R. Porter revient exposer ses photographies. En 1967, alors qu’il entame sa dernière année d’étude au Collège de Lévis, celui qui n’est encore qu’un jeune homme rêveur vient, de temps à autre, rendre visite aux occupants de l’ancien presbytère, Louise Carrier et André Garant, son professeur d’arts plastiques.

Cinq décennies se sont écoulées depuis, pendant lesquelles John R. Porter a été directeur du Musée national des beaux-arts de Québec, de 1993 à 2008, ainsi que professeur d’histoire de l’art à l’Université Laval pendant plus de vingt ans. Avec ses œuvres photographiques cette fois, il revient dans un des lieux marquants de ses jeunes années et renoue avec ses rêves d’alors.

Une évocation du temps qui passe

Ses œuvres évoquent le temps qui s’écoule. John R. Porter photographie la nature, les marques laissées par les saisons, les couleurs des ses voyages. Derrière l’objectif, il fixe L’empreinte des jours, titre de son exposition, et s’amuse du jeu des apparences. Son œil capte les reflets, les traces, les surfaces dans des compositions entre figuration et abstraction.

Ici la surface de l’eau, là le reflet des arbres sur le canal du Midi, en France. John R. Porter montre la rugosité de l’écorce, le blanc de l’écume, les distorsions de la lumière, la densité de la végétation, la matière.

«Je vais chercher dans les endroits où je passe, ici et à l’étranger, des morceaux, des instants, des portions de réel et j’ai dégage le magnifique que trop souvent dans notre société contemporaine, on ne voit plus. Je m’arrête. Je saisis l’empreinte des jours», illustre-t-il.

S’arrêter et contempler

Par la photographie, John R. Porter a trouvé sa manière d’arrêter le temps, de faire durer des moments privilégiés. Il invite les visiteurs à prendre le temps de s’arrêter pour apprécier ce qui s’offre à leurs yeux, une «banalité parlante».

De son regard, celui qu’il porte sur le monde, il retient ce qui nous échappe, repart trop vite. «Ironiquement dans certains cas, pour arrêter le temps il faut aller très vite. Parce que l’instant est fugace.»

Dans son travail, le photographe manifeste une «obsession de l’authenticité» de ce qu’il voit. «Tout ce que vous voyez, je l’ai vu tel quel», dit-il. Aucun de ses clichés ne sont d’ailleurs ni retouché ni recadré et n’ont été prix avec un filtre. Son outil, c’est un appareil «ordinaire qui n’a rien de sophistiqué».

Les photographies sont imprimées sur toile. «Ça vient leur donner une texture additionnelle et dans certains cas, ça sert très bien la photographie car on a l’impression que quelque chose en sort.»  John R. Porter puise dans le réel pour jouer avec l’abstraction en modifiants les repères.

«Qu’est-ce que j’abstrais de mon environnement? À quel moment? Le hasard fait que je vois quelque chose, je le saisis.» Montrer ce qui échappe au regard. Le partager. John R. Porter invite à la contemplation d’un moment devenu éternel.

Visite commentée avec John R. Porter, le dimanche 2 juin, à 14h. Jusqu’au 9 juin, au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Les plus lus

Un air de jazz dans les rues de Lévis

Pour une treizième année consécutive, le Festival Jazz etcetera fera vibrer le cœur du Vieux-Lévis, du 8 au 11 août. Jazz varié, blues, soul, funky et big band, les sonorités chaudes et rythmées résonneront dans les rues de la ville pendant quatre jours.

Le Chœur du Monde dans tous ses éclats

Le Chœur du Monde présentera son prochain concert au Cégep de Lévis-Lauzon, les 7 et 8 juin prochains à 20h.

Plus de rire que de peur au Vieux Bureau de Poste cet été

C’est une pièce qui fera frissonner les spectateurs même en pleine canicule (oui, le soleil finira bien par revenir). Une maison hantée et des personnages tous plus loufoques les uns que les autres servis par quatre jeunes comédiens débordants d’énergie. Cet été à Lévis le théâtre se déguste avec une bonne dose d’humour et une pointe de suspense.

La fascinante vie de Lionel Lefebvre

Jockey pendant plusieurs années aux États-Unis, le Lévisien Lionel Lefebvre a pu développer un grand talent artistique grâce à sa passion des chevaux. En plus de lui fournir une source d’inspiration inépuisable, son travail équestre lui a permis d’avoir les moyens pour suivre des cours afin de devenir peintre.

Des œuvres format mini à découvrir à Lévis

L’Internationale d’art miniature revient à Lévis du 16 juin au 1er septembre pour une 10e édition. Présenté par Diffusion culturelle de Lévis, l’événement se tient au Centre d’exposition Louise-Carrier, à L’Anglicane et à la bibliothèque Pierre-Georges-Roy.

Chaudière-Appalaches en œuvres cherche artistes

Le concours d’arts visuels qui s’adresse aux artistes de tous les niveaux la région, Chaudière-Appalaches en œuvres, est lancé. Organisée par le Musée Marius-Barbeau, cette deuxième édition se tient sous le thème Deuxième vie.

Théâtre Beaumont-St-Michel : passer un été à rire à s’en taper les cuisses

Carl Béchard, Amélie Grenier, Isabelle Drainville, Jacques Girard, Caroline Dardenne et Patric Saucier sont les six comédiens qui donneront vie à l’histoire La mallette rouge de Ray Cooney, adaptée par Reynald Robinson à la sauce bellechassoise, à partir du 21 juin au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, et tout au long de l’été.

À la découverte de trésors de la Ville de Lévis

La Ville de Lévis présente son exposition Œuvres choisies du 6 juin au 1er septembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts de Saint-Nicolas.

Candidats recherchés pour le concours Chantons pour Elles

Les inscriptions pour la troisième édition du Concours Chantons pour Elles, organisée par la Fondation Jonction pour Elle, sont ouvertes. L’activité de financement permet de récolter des sous pour venir en aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale.