Le long séjour de Lionel Lefebvre aux États-Unis lui a permis de développer son talent artistique. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Jockey pendant plusieurs années aux États-Unis, le Lévisien Lionel Lefebvre a pu développer un grand talent artistique grâce à sa passion des chevaux. En plus de lui fournir une source d’inspiration inépuisable, son travail équestre lui a permis d’avoir les moyens pour suivre des cours afin de devenir peintre.

C’est au tournant des années 50 que la série d’événements ayant mené l’homme de 90 ans originaire de Saint-Romuald à développer sa passion artistique a débutée. Travailleur à la Davie à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Lionel Lefebvre s’est alors engagé dans le Royal 22e Régiment, unité qui allait être déployée en Asie pour prendre part à la guerre de Corée.

Stationné avant son départ dans l’État de Washington (nord-ouest des États-Unis), le jeune Lévisien s’est lié d’amitié avec des Américains. En raison de son petit gabarit digne d’un jockey, il pèse encore aujourd’hui 106 livres, ces derniers lui ont demandé s’il exerçait cette profession. Si ce n’était alors pas le cas, l’idée lui est restée en tête.

Après sa participation de six mois à la guerre de Corée et d’un séjour de trois ans à Toronto où il a commencé à travailler avec les chevaux sur des terrains de course, Lionel Lefebvre a œuvré pendant 40 ans dans l’industrie des courses de chevaux, à titre de jockey et de vendeur de billets.

Transformer son temps libre en œuvres

C’est lors de ses soirées libres que l’homme qui a vécu 63 ans chez nos voisins du Sud a découvert la peinture. Lionel Lefebvre a eu la chance d’étudier à la Pennsylvania Academy of Fine Arts (académie des beaux-arts) et au Fleisher Art Memorial.

«Au lieu d’aller à la taverne, j’aimais mieux suivre des cours, notamment d’espagnol et d’art. Je m’y suis appliqué. J’ai pu participer à plusieurs expositions et symposiums aux États-Unis, dont une à New York avec Tug McGraw, un lanceur des Mets (baseball), comme j’étais un jockey connu et peintre. Comme je connaissais beaucoup les chevaux, j’en ai peint beaucoup, mais j’ai pratiqué différents styles, comme la nature morte, le pointillisme ou le réalisme», se rappelle M. Lefebvre.

En plus de la création de plusieurs peintures, le résident du quartier Lévis depuis 2017 s’est aussi attaqué à la sculpture. S’il n’a pas adoré cet art en raison de la forte charge de travail qu’il nécessite, sa démarche lui a quand même permis de créer une série de quelques œuvres en lien avec la thématique équestre.

Toujours passionné

 Ne disposant plus d’un studio comme il vit désormais en appartement, Lionel Lefebvre ne peint plus. Toutefois, l’art n’est jamais bien loin dans la vie du nonagénaire.

«Ça me manque, mais je peux toujours prendre un crayon des fois et faire des petits dessins. Chaque jour, je pratique ma musique, comme je joue de la mandoline grâce à des cours que j’ai suivis. J’ai même eu la chance d’être dans un orchestre aux États-Unis. Mais, pour revenir à la peinture, c’est sûr que j’aimerais pouvoir exposer mes œuvres dans ma ville natale», conclut M. Lefebvre.

Les plus lus

La mallette rouge : rocambolesque et divertissant

À l’affiche au Théâtre Beaumont-Saint-Michel, La mallette rouge raconte l’histoire de Claude-Henri qui, le jour de sa fête, se trompe de mallette sur le traversier en rentrant à la maison.

La fascinante vie de Lionel Lefebvre

Jockey pendant plusieurs années aux États-Unis, le Lévisien Lionel Lefebvre a pu développer un grand talent artistique grâce à sa passion des chevaux. En plus de lui fournir une source d’inspiration inépuisable, son travail équestre lui a permis d’avoir les moyens pour suivre des cours afin de devenir peintre.

Catherine Sheedy expose ses bijoux porteurs d’histoire

La joaillère et sculpteure lévisienne présente ses bijoux sculpturaux à la Maison natale de Louis Fréchette, jusqu’au 21 juillet. Constituées de matières issues des rives du fleuve Saint-Laurent, ses œuvres évoquent littéralement et métaphoriquement l’acte de porter son histoire.

Les aventures complètes de Fonck et Ponck rééditées

Un nouveau chapitre s’ouvre pour Luca Jalbert et ses personnages Fonck et Ponck. La collection complète de leurs aventures sera réimprimée par la maison d’édition montréalaise ADA. Un septième tome devrait aussi sortir en 2021.

Artistes et public ont rendez-vous à Saint-Nicolas

Du 5 au 7 juillet, plus de 50 artistes et artisans seront réunis sous les chapiteaux de Village en Arts dans le parc Le Picart, à Saint-Nicolas. Tout le quartier vibrera au rythme de l’événement artistique grâce aux activités, dont le circuit pédestre, la visite de la chapelle Notre-Dame- de-Grâce, des prestations de danse le samedi et de la musique le dimanche.

Les Dimanches des Artistes célèbrent la musique

Du 7 juillet au 1er septembre, des musiciens et des chanteurs accompagneront la célébration dominicale de 10h30, à l’église Notre-Dame, précédée d’un prélude à 10h15. Pour souligner leur 25e année d’existence, les Dimanches des Artistes se clôtureront chaque semaine au son des grandes orgues Mitchell.

10 ans de passion de la photographie

Le Club photo rassemble depuis une décennie des amoureux de l’image qui partagent leur savoir-faire et leurs clichés. En plus de l’exposition annuelle, les membres se retrouvent pour des rendez-vous, des conférences et des sorties extérieures.

11e saison pour les Beaux Dimanches en Musique

Avec la saison estivale, les Beaux Dimanches en Musique reviennent pour une 11e saison à l’église de Charny, du 30 juin au 25 août, à 9h15. Neuf célébrations dominicales sont au programme.

Une suite pour les aventures du sorcier Thubden

C’est le 8 juin dernier que l’auteur lévisien Denis Guay, plus connu sous son nom de plume Émil, a lancé le deuxième tome des aventures du sorcier Thubden, L’œil du démon borgne.

Regart infiltré par trois projets d’art actuel

Dans le cadre de sa programmation estivale, le centre d’artistes en art actuel de Lévis accueille trois artistes qui investissent la galerie, la piste cyclable et ses abords. Par les mots, les échanges et les paroles, ils nous interpellent, parlent de nous et s’immiscent dans notre intimité autant qu’ils nous engagent à entrer dans leur monde.