Sur la première photo : François Paradis, député de Lévis et président de l’Assemblée nationale, Stéphanie Lachance et Steven Blaney ont pu discuter des enjeux qui les interpelleront au cours des prochains mois.

C’est le 22 janvier que la Chambre de commerce de Lévis (CCL) présentait son traditionnel dîner-conférence portant sur les enjeux à surveiller dans la région au cours des prochains mois. Tenu sous le thème #noussommeschaudiereappalaches, l’événement a principalement permis à des députés, des maires et des dirigeants économiques de la région de partager leur désir de se voir réaliser un troisième lien entre Lévis et Québec ainsi que leurs inquiétudes face à la pénurie de main-d’œuvre.

C’est la pénurie de main-d’œuvre qui a été en toile de fond des discussions des trois panels formés dans le cadre de l’activité de la CCL, soit celui des députés provinciaux et fédéraux, de maires de la Chaudière-Appalaches et économique.

Lors du panel réservé aux élus provinciaux et fédéraux, le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a une nouvelle fois déploré les longs délais auxquels font face les entrepreneurs de son comté afin de recruter des travailleurs étrangers.

«Quand nous avons perdu le pouvoir, les délais pour l’Étude d’impact sur le marché du travail (EIMT) étaient de quatre semaines. Maintenant, ils sont de 24 semaines. Dans la région, le problème de la pénurie de main-d’œuvre existe depuis 2008. Au lieu d’enlever des bâtons dans les roues des entrepreneurs, on en met plus. […] Il faut mettre en place des façons de faire innovantes pour y faire face», a critiqué l’élu conservateur tout en plaidant pour une concertation régionale pour trouver des solutions à la congestion routière.

Préoccupée également par cette question, la députée provinciale de Bellechasse, Stéphanie Lachance, estime que la construction d’un troisième lien entre Lévis et Québec pourrait résoudre en partie la problématique. 

«Le troisième lien facilitera l’accès à Bellechasse. Quand je travaillais en recrutement dans cette région, l’une des problématiques était la distance, pas en kilomètres, mais en temps. La mobilité est donc une donnée importante. Toutefois, la pénurie de main-d'oeuvre ne se règlera pas par enchantement avec un troisième lien. Il faut y travailler. (Entre autres), il faut se rendre attractif pour les jeunes familles avec des services de proximité», a affirmé Mme Lachance.

Attirer les familles et miser sur les retraités

Avant le panel des députés, les maires participant à l’exercice (sur la deuxième photo), Claude Morin (Saint-Georges), Marc-Alexandre Brousseau (Thetford Mines) et Rémy Langevin (Montmagny), ainsi que les intervenants économiques interrogés, Richard Moreau (Tourisme Chaudière-Appalaches) et Daniel Voyer (DPME Chaudière-Appalaches), ont abordé par la bande la problématique de main-d’œuvre.

Pour les premiers citoyens des trois villes dont l’économie tourne à plein régime, la solution à la pénurie de travailleurs passe par deux mesures : poursuivre le travail d’équipe pour bien intégrer les travailleurs immigrants ainsi que continuer les investissements pour améliorer la qualité de vie afin d’attirer les jeunes familles dans leurs municipalités.

«Présentement, nous révisons nos incitatifs financiers pour attirer les jeunes familles. Également, nous travaillons avec un promoteur pour un nouveau développement résidentiel plus accessible aux premiers acheteurs, avec des duplex et des triplex. Dans le cadre de la fête du 375e qui aura lieu en 2021, nous planifions aussi de travailler sur un projet pour créer une place du 375e à la pointe aux Oies, projet qui nous permettrait de donner un accès au fleuve aux citoyens», a notamment partagé le maire de Montmagny.

Du côté des intervenants économiques, si la robotisation a, entre autres, été une solution avancée pour les manufacturiers, Richard Moreau aimerait que les entreprises puissent miser davantage sur les retraités.

«Toutes les entreprises québécoises commencent à avoir des difficultés avec la pénurie de main-d’œuvre. (Comme solution), je vois un retour des aînés et des préretraités sur le marché du travail. Dans l’industrie touristique, nous pouvons compter sur de nombreux étudiants lors de la période estivale, mais il y a une place pour les aînés. Ils pourraient revenir au travail tout en donnant une plus-value avec leur bagage d’expérience et leur connaissance du territoire», a conclu le directeur général de Tourisme Chaudière-Appalaches.

Les plus lus

Pénurie de main-d'oeuvre dans l'industrie du camionnage : un modèle original de rémunération pour retenir et attirer

Depuis le 3 février, les camionneurs du Groupe Transrapide sont rémunérés selon un modèle original en Chaudière-Appalaches, le taux horaire unique pour toutes les heures de travail (service et conduite). Par cette façon de faire, l’entreprise lévisienne spécialisée en transport routier interfrontalier veut notamment améliorer sa rétention du personnel et son attractivité dans le contexte de pénuri...

Une nouvelle adresse santé à Saint-Romuald

C’est le 24 janvier que Freshii a officiellement ouvert ses portes au 1191, rue de Courchevel à Saint-Romuald (Le Méribel).

De nouveaux investissements dans la région pour Logisco

Le groupe immobilier Logisco a a annoncé, le 23 janvier, une série d'investissements totalisant 45 M$ à Québec et Lévis. Un des nouveaux projets du promoteur lévisien sortira de terre à Saint-Romuald.

Un intérêt d'Uber qui soulève le mécontentement

Les chauffeurs de taxi de Lévis ne voient pas d’un bon œil le regain d’intérêt d’Uber Canada pour le marché lévisien.

Uber lorgne toujours le marché lévisien

Lors des derniers jours, Uber Canada a lancé une nouvelle offensive afin que son service d’application mobile mettant en contact des utilisateurs avec des conducteurs réalisant des services de transport soit disponible partout au Québec, dont à Lévis. Présentement, l’accès est limité aux personnes étant à Québec Montréal et Gatineau, dans le cadre du projet-pilote autorisé par le gouvernement prov...

Davie - Lettre ouverte de la CSN

Dans une lettre ouverte que vous pouvez lire ci-dessous, Ann Gingras, la présidente du conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN, le syndicat qui représente la majorité des travailleurs de la Davie, exige plus de transparence d'Ottawa dans le dossier des navires ravitailleurs pour la Marine royale canadienne, comme l'entreprise lévisienne l'a fait hier.

De nouveaux projets pour favoriser l’intégration des immigrants

Grâce à l’obtention d’aides financières du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), le Tremplin, centre pour personnes immigrantes et leurs familles a pu mettre en place de nouveaux projets pour favoriser l’intégration des immigrants. Ces derniers donneront notamment des outils aux entreprises de la région qui se tournent de plus en plus vers les travailleurs étrangers...

Première pelletée de terre pour Volkswagen Saint-Nicolas

Les copropriétaires, Raymond Ouellet, Pascal Ouellet et Olivier Fleury-Bellavance, ont procédé, le 11 décembre dernier, à la pelletée de terre officielle annonçant la construction de la nouvelle concession Volkswagen Saint-Nicolas.

Navire ravitailleur temporaire : Davie demande une analyse indépendante

Par voie de communiqué, Chantier Davie a demandé, le 28 janvier, au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, de commander une analyse indépendante pour déterminer si la Marine royale canadienne a réellement besoin d'un deuxième navire ravitailleur.

Mobilité et main-d’œuvre préoccupent élus et dirigeants économiques

C’est le 22 janvier que la Chambre de commerce de Lévis (CCL) présentait son traditionnel dîner-conférence portant sur les enjeux à surveiller dans la région au cours des prochains mois. Tenu sous le thème #noussommeschaudiereappalaches, l’événement a principalement permis à des députés, des maires et des dirigeants économiques de la région de partager leur désir de se voir réaliser un troisième l...