La présidente du conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN, Ann Gingras. CRÉDIT : ARCHIVES

Dans une lettre ouverte que vous pouvez lire ci-dessous, Ann Gingras, la présidente du conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN, le syndicat qui représente la majorité des travailleurs de la Davie, exige plus de transparence d'Ottawa dans le dossier des navires ravitailleurs pour la Marine royale canadienne, comme l'entreprise lévisienne l'a fait hier.

Le Canada a-t-il besoin ou pas de l’Obélix?

 Vendredi dernier, devant un parterre de gens d’affaires réunis à Québec pour l’entendre, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé que le Canada n’avait pas besoin de l’Obélix, un deuxième navire d’approvisionnement proposé par Chantier Davie. Il se faisait ainsi écho à certaines déclarations de divers responsables du ministère de la Défense nationale et de la Marine. À notre avis, le premier ministre est mal informé et la population est en droit d’exiger l’heure juste.

La situation actuelle

 Actuellement, bien qu’elle opère deux flottes de navires, l’une dans le Pacifique, l’autre dans l’Atlantique, et qu’elles doivent patrouiller dans trois océans, la Marine canadienne ne possède qu’un seul navire de ravitaillement, l’Astérix, une réalisation de Chantier Davie. C’est évidemment insuffisant et, comme de fait, la Marine canadienne sous-contracte le ravitaillement de ses navires à des pays alliés.

Il y a des besoins qui ne sont pas comblés. C’est la conclusion à laquelle parviennent le comité de défense du Sénat et le comité de défense des communes qui tous deux soutiennent la proposition d’un deuxième navire de ravitaillement fourni par Chantier Davie. C’est également la position officielle du document de politique de défense, la doctrine de la Marine (Leadmark 2050). 

Comment alors peut-on dire que « le Canada n’a pas besoin de l’Obélix » ? C’est que le Canada a commandé deux navires de soutien interarmées au chantier Seaspan de Vancouver. Le problème, c’est que l’on ne sait pas quand au juste le Canada pourra compter sur ces navires dont la construction n’est même pas commencée au moment d’écrire ces lignes.

Promis à l’origine pour 2017, l’échéancier est repoussé d’année en année et les coûts explosent. Aux dernières nouvelles, le premier navire commandé à Seaspan ne sera pas opérationnel avant 2025 au plus tôt et coûtera au minimum 800 M$ de plus que prévu. En comparaison, Chantier Davie promet une livraison en 18 mois avec un coût fixe comme pour l’Astérix.

Mensonges et obstruction

 Un personnage semble tirer les ficelles à Ottawa dans le dossier de la construction navale et faire de l’obstruction systématique. Il s’agit de Pat Finn, sous-ministre responsable de l’approvisionnement au ministère de la Défense nationale. Il est également responsable, depuis le début, de la Stratégie nationale de construction navale. Encore récemment, Pat Finn déclarait aux médias nationaux que le premier navire de soutien interarmées promis par Seaspan est « en voie d'achèvement ». Dire qu’un navire de 20 000 tonnes, qui est encore à l’étape de la conception, est « en voie d’achèvement » semble pour le moins exagéré.

Quand Davie a proposé de construire deux navires d'approvisionnement pour le Canada, en 2014, Pat Finn s’est opposé à ce projet, affirmant notamment que Chantier Davie et ses travailleurs étaient incapables de construire un seul navire ravitailleur. Les faits l’ont évidemment contredit, comme l’a démontré la livraison de l’Astérix.

À chaque fois que le dossier de l’Obélix revient dans l’actualité, Pat Finn affirme que Seaspan livrera sous peu un premier navire de ravitaillement… d’abord en 2021, puis en 2023, puis en 2025. 

Alors que Davie insistait pour obtenir un contrat pour la construction de l’Obélix, le ministre de la Défense et son équipe ont soudainement trouvé 60 M$ pour « couper de l'acier » pour une petite section du navire projeté par Seaspan et donc pouvoir déclarer que « le travail avait commencé » et ainsi prétendre à nouveau qu’il est inutile de commander un deuxième navire à Davie. 

La semaine dernière encore, en réponse à d'autres appels en faveur d'un deuxième navire d'approvisionnement de Davie, Pat Finn a informé les médias que « la moitié avant du premier navire de soutien interarmées est presque terminée » à Seaspan et que la proposition de la Davie est inutile.

Pourtant, dans un courriel de Seaspan à ses fournisseurs envoyé la semaine dernière, le chantier naval cherchait un fournisseur capable de construire la même partie avant du navire que M Finn déclarait pourtant « en voie d'achèvement ». Seaspan, dans son courrier électronique, n’a fourni qu’un croquis approximatif de la partie avant du navire et indique aux fournisseurs qu’il y aura plus de détails lors de la publication d’une demande officielle de devis pour la construction de la totalité de la section avant. Cependant, M. Finn affirme que « la moitié avant du navire est presque terminée ».

Que cachent les mensonges et l’obstruction systématique? Pat Finn était responsable du projet pour les navires de soutien interarmées avant d’être sous-ministre adjoint à l’approvisionnement pour le ministère de la Défense nationale. En fait, il travaille sur ce dossier depuis 2004, au grand dam des contribuables canadiens. 

Prendre acte de l’échec

 La Stratégie nationale de construction navale est un échec flagrant. Il est temps d’en prendre acte et ne plus se fier sur la parole de l’un de ses artisans. Dans le dossier spécifique de l’Obélix, il est évident que la Marine canadienne a besoin maintenant, et sans doute pour plusieurs années, d’un deuxième navire de ravitaillement. Et, même si les deux navires de soutien interarmées promis par Seaspan sont livrés un jour, ça ne veut pas dire que l’Obélix deviendrait soudainement superflu. En effet, un deuxième navire permettrait à la Marine d’assurer une présence sur les deux côtes, tout en effectuant l’entretien et en réalisant des exercices et des missions à l’étranger.

Rappelons que le vice-chef de la défense par intérim, l'amiral Darren Hawco, a déclaré au Comité des finances du Sénat, le 30 mai 2018, que « nous n'avons jamais vraiment examiné la nécessité ou le besoin d'un deuxième navire de ravitaillement intérimaire ».

Devant les échecs de Seaspan, les milliards de dollars en coût excédentaire et les mensonges, le premier ministre à une responsabilité de rétablir l’ordre ainsi que les faits dans le dossier de la Stratégie nationale de construction maritime dont les travailleuses et les travailleurs de la Davie font les frais depuis déjà trop longtemps. La population a droit à la vérité dans ce dossier, d’autant de plus que c’est elle qui assume la facture en bout de ligne.

Ann Gingras, présidente
Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN)

 

Les plus lus

Pénurie de main-d'oeuvre dans l'industrie du camionnage : un modèle original de rémunération pour retenir et attirer

Depuis le 3 février, les camionneurs du Groupe Transrapide sont rémunérés selon un modèle original en Chaudière-Appalaches, le taux horaire unique pour toutes les heures de travail (service et conduite). Par cette façon de faire, l’entreprise lévisienne spécialisée en transport routier interfrontalier veut notamment améliorer sa rétention du personnel et son attractivité dans le contexte de pénuri...

Une nouvelle adresse santé à Saint-Romuald

C’est le 24 janvier que Freshii a officiellement ouvert ses portes au 1191, rue de Courchevel à Saint-Romuald (Le Méribel).

De nouveaux investissements dans la région pour Logisco

Le groupe immobilier Logisco a a annoncé, le 23 janvier, une série d'investissements totalisant 45 M$ à Québec et Lévis. Un des nouveaux projets du promoteur lévisien sortira de terre à Saint-Romuald.

Un intérêt d'Uber qui soulève le mécontentement

Les chauffeurs de taxi de Lévis ne voient pas d’un bon œil le regain d’intérêt d’Uber Canada pour le marché lévisien.

Davie - Lettre ouverte de la CSN

Dans une lettre ouverte que vous pouvez lire ci-dessous, Ann Gingras, la présidente du conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN, le syndicat qui représente la majorité des travailleurs de la Davie, exige plus de transparence d'Ottawa dans le dossier des navires ravitailleurs pour la Marine royale canadienne, comme l'entreprise lévisienne l'a fait hier.

Uber lorgne toujours le marché lévisien

Lors des derniers jours, Uber Canada a lancé une nouvelle offensive afin que son service d’application mobile mettant en contact des utilisateurs avec des conducteurs réalisant des services de transport soit disponible partout au Québec, dont à Lévis. Présentement, l’accès est limité aux personnes étant à Québec Montréal et Gatineau, dans le cadre du projet-pilote autorisé par le gouvernement prov...

De nouveaux projets pour favoriser l’intégration des immigrants

Grâce à l’obtention d’aides financières du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), le Tremplin, centre pour personnes immigrantes et leurs familles a pu mettre en place de nouveaux projets pour favoriser l’intégration des immigrants. Ces derniers donneront notamment des outils aux entreprises de la région qui se tournent de plus en plus vers les travailleurs étrangers...

Première pelletée de terre pour Volkswagen Saint-Nicolas

Les copropriétaires, Raymond Ouellet, Pascal Ouellet et Olivier Fleury-Bellavance, ont procédé, le 11 décembre dernier, à la pelletée de terre officielle annonçant la construction de la nouvelle concession Volkswagen Saint-Nicolas.

Navire ravitailleur temporaire : Davie demande une analyse indépendante

Par voie de communiqué, Chantier Davie a demandé, le 28 janvier, au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, de commander une analyse indépendante pour déterminer si la Marine royale canadienne a réellement besoin d'un deuxième navire ravitailleur.

Mobilité et main-d’œuvre préoccupent élus et dirigeants économiques

C’est le 22 janvier que la Chambre de commerce de Lévis (CCL) présentait son traditionnel dîner-conférence portant sur les enjeux à surveiller dans la région au cours des prochains mois. Tenu sous le thème #noussommeschaudiereappalaches, l’événement a principalement permis à des députés, des maires et des dirigeants économiques de la région de partager leur désir de se voir réaliser un troisième l...