CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Les chauffeurs de taxi de Lévis ne voient pas d’un bon œil le regain d’intérêt d’Uber Canada pour le marché lévisien.

À lire aussi : Uber lorgne toujours le marché lévisien

«Avec ce que nous vivons, si Uber est autorisée à faire des courses à Lévis, ce serait catastrophique pour les services de taxi à Lévis. Puisqu’Uber respecte des règles différentes de celles qui nous sont imposées, cette entreprise aurait un avantage sur nous puisque nous avons notamment des obligations sur les tarifs et les exigences envers les conducteurs contrairement à cette compagnie. Ce serait de la compétition déloyale», a d’entrée de jeu déploré Hicham Berouel, président de Taxi Lévis 833-9000, l’une des importantes compagnies de taxis de la ville.

Un intérêt encore plus frustrant puisque cette entreprise lévisienne a consenti à d’importants investissements depuis sa création en 2017 afin d’améliorer l’expérience de ses clients, notamment avec la mise en place d’une application mobile et le port de l’uniforme par tous ses conducteurs.

Un point de vue qui est également partagé par Ali Nefzi, le président de Taxi Lévis. «Si on fait entrer d’autres joueurs qui ne respectent pas les mêmes règles que nous, c’est injuste. Uber viendrait également jouer dans le gagne-pain de personnes qui travaillent sérieusement», a soutenu le dirigeant d’un autre joueur majeur de l’industrie du taxi à Lévis.

Une tarte trop petite? 

Hicham Berouel et Ali Nefzi estiment également que le marché lévisien est trop petit pour accueillir un nouveau joueur comme Uber.

«Lévis, ce n’est pas un gros marché comme Montréal. À Lévis, on ne peut pas faire du pick up (en attente dans un lieu achalandé comme un aéroport). Ce sont principalement des courses à la demande. Alors, si un autre joueur qui peut modifier les tarifs contrairement à nous arrive, on ne peut pas rivaliser avec lui», a expliqué le président de Taxi Lévis 833-9000.

«Lévis est bien desservie par l’industrie du taxi. Nous avons assez de taxis pour la demande. Nous offrons un bon service qui est bien organisé. Les citoyens peuvent en témoigner. Il n’y a pas de place pour un service comme Uber», a renchéri M. Nefzi.

Modernisation de l’industrie souhaitée

Dans un autre ordre d’idées, le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a fait savoir par l’entremise de sa porte-parole, Sarah Bigras, que le nouveau gouvernement caquiste veut poursuivre sa réflexion sur le sujet. 

«Le ministre des Transports est conscient des défis que doit relever l’industrie du transport rémunéré de personnes et compte poursuivre sa modernisation, notamment avec la réglementation», a laconiquement commenté Mme Bigras.

Les plus lus

Un des locataires à la place de l’ancien Sears connu

Déjà installé dans les Galeries Chagnon, Sport Expert va déménager sur l’un des deux étages anciennement occupé par Sears. Le magasin d’articles sportifs profite de ce changement pour tripler sa surface, passant à 50 000 pieds carrés. L’ouverture est prévue en novembre prochain.

Attirer les travailleurs français avec une formule clé en main

La France et le Québec ont toujours ressemblé à deux cousins éloignés qui cherchent à mieux se connaître. Avec la pénurie de main-d’œuvre qui s’étend sur la Belle Province, l’immigration des travailleurs français fait partie des différentes pistes de solutions et l’organisme Objectif Québec! a décidé de miser là-dessus.

La quatrième révolution industrielle à nos portes

Louis Duhamel, conseiller stratégique chez Deloitte (sur la photo), a présenté une conférence nommée L’humain au cœur de la 4e révolution industrielle devant la Chambre de commerce de Lévis (CCL), le 19 février dernier. Par la suite, Stéphane Jean, vice-président vente et marketing chez Jobillico, Amira Boutouchent, cofondatrice et présidente directrice générale (PDG) de BRIDGR, et Bernard Trembla...

Excédents de 2,326 G$ pour Desjardins

C’est le 27 février que le Mouvement Desjardins a dévoilé ses résultats financiers pour l’année 2018. Le groupe financier coopératif basé à Lévis a notamment enregistré des excédents avant ristournes aux membres de 2,326 G$, une hausse de 175 M$ comparativement à 2017.

Le siège social de Creaform primé

Cecobois a récompensé 15 projets en bois d’exception, dont le siège social de Creaform à Lévis, à l’occasion de la sixième édition du gala des Prix d’excellence Cecobois, qui s’est tenue le 21 février au Palais Montcalm de Québec. Le bâtiment lévisien a reçu cet honneur dans la catégorie Design intérieur.

La Ville à la recherche de partenaires

La Ville de Lévis lance un appel d’offre de commandites auprès des entreprises qui désirent s’associer au projet du nouveau complexe aquatique multifonctionnel dont l’ouverture est prévue à l’automne 2019.

De nouveaux investissements dans la région pour Logisco

Le groupe immobilier Logisco a a annoncé, le 23 janvier, une série d’investissements totalisant 45 M$ à Québec et Lévis. Un des nouveaux projets du promoteur lévisien sortira de terre à Saint-Romuald.

Succès pour Un emploi en sol québécois et le Salon de l'emploi Lévis-Bellechasse

Tenue le 15 mars dans le cadre du Salon de l’emploi Lévis-Bellechasse (SELB), l’édition lévisienne d’Un emploi en sol québécois, organisée par la Chambre de commerce de Lévis (CCL), a connu un franc succès.

BMW Lévis change de propriétaire

Gad Bitton et Michael Serruya ont récemment signé une entente pour l’achat des concessionnaires BMW – Mini Ville de Québec et BMW – Lévis détenus par Bertrand Roberge. Le vice-président en poste, Jean-François Tremblay, demeurera au sein du consortium d’actionnaires.

Une initiative pour favoriser l’économie sociale

Un nouveau projet de commercialisation a été lancé, le 3 décembre, pour les entreprises d’économie sociale (EÉS) des régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. L’agence de courtage en économie sociale vise à faire le lien entre l’offre en biens et services des EÉS et les besoins des grands acheteurs institutionnels et des entreprises.