Selon une carte de répartition établie par Uber, plusieurs milliers d’utilisateurs uniques ont ouvert l’application de l’entreprise à Lévis au cours de 2018. CRÉDIT : COURTOISIE

Lors des derniers jours, Uber Canada a lancé une nouvelle offensive afin que son service d’application mobile mettant en contact des utilisateurs avec des conducteurs réalisant des services de transport soit disponible partout au Québec, dont à Lévis. Présentement, l’accès est limité aux personnes étant à Québec Montréal et Gatineau, dans le cadre du projet-pilote autorisé par le gouvernement provincial.

À lire aussi : Un intérêt d'Uber qui soulève le mécontentement

«Tout ce que nous demandons, c’est que tous les Québécois aient les mêmes droits, soit de se commander un Uber s’ils le souhaitent. À Lévis, la demande est très dense. Tout ce que nous demandons, c’est de pouvoir répondre à cette demande», a d’emblée lancé Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole d’Uber Canada pour le Québec, lors d’une entrevue avec le Journal le 5 février.

Pour justifier sa demande, Uber Canada se fie à des statistiques démontrant un intérêt de plusieurs citoyens de villes québécoises pour ses services, dont à Lévis. Selon ces données, «plusieurs milliers» d’utilisateurs uniques ont ouvert l’application d’Uber en 2018 à Lévis. 

Notons qu’en raison de la politique de partage de données de l’entreprise, le porte-parole d’Uber Canada a refusé de donner le nombre exact d’utilisateurs. Toutefois, Jean-Christophe de Le Rue a indiqué qu’une majorité des ouvertures de l’application sont concentrées à la Gare fluviale de Lévis, aux Galeries Chagnon et à Place Lévis, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis ainsi qu’aux commerces près du pont de Québec.

Pour l’entreprise, ces statistiques démontrent un intérêt réel puisque dans le cadre du projet-pilote autorisé par le gouvernement provincial, aucun conducteur d’Uber ne peut embarquer dans son véhicule un utilisateur situé à Lévis. Une situation qui pourrait toutefois changer avec l’arrivée au pouvoir de la Coalition avenir Québec, une formation politique ouverte aux «solutions technologiques» proposées par Uber.

«Ça fait longtemps que nous sommes en discussions avec le ministère des Transports. Avec le nouveau ministre (François) Bonnardel, il y a une ouverture vers l’innovation. Nous avons vraiment beaucoup d’espoir de pouvoir amener prochainement notre technologie à Lévis», a affirmé M. de Le Rue.

Un choix environnemental?

Uber Canada avance également l’argument environnemental pour expliquer son désir de voir s’étendre ses activités. D’abord, puisqu’un conducteur d’Uber peut venir déposer à Lévis un utilisateur qui embarque dans son véhicule à Québec, l’entreprise déplore que les voitures de ses conducteurs doivent se promener sans passager lorsque la course est terminée sur la Rive-Sud.

Ensuite, Uber estime que ses dernières nouveautés, favorisant d’autres types de déplacements alternatifs, permettraient de réduire le trafic et la pollution à Lévis.

«Maintenant, à Denver, les utilisateurs d’Uber ont désormais l’offre d’un véhicule, mais aussi d’un vélo électrique partagé ou de réserver un trajet en transport en commun. L’idée d’Uber, c’est de travailler en synergie avec les autres modes de transport, comme le transport en commun, pour devenir une alternative forte, facile, efficace et rapide à l’utilisation de l’automobile en solitaire», a expliqué Jean-Christophe de Le Rue.

Les plus lus

Un des locataires à la place de l’ancien Sears connu

Déjà installé dans les Galeries Chagnon, Sport Expert va déménager sur l’un des deux étages anciennement occupé par Sears. Le magasin d’articles sportifs profite de ce changement pour tripler sa surface, passant à 50 000 pieds carrés. L’ouverture est prévue en novembre prochain.

Attirer les travailleurs français avec une formule clé en main

La France et le Québec ont toujours ressemblé à deux cousins éloignés qui cherchent à mieux se connaître. Avec la pénurie de main-d’œuvre qui s’étend sur la Belle Province, l’immigration des travailleurs français fait partie des différentes pistes de solutions et l’organisme Objectif Québec! a décidé de miser là-dessus.

La quatrième révolution industrielle à nos portes

Louis Duhamel, conseiller stratégique chez Deloitte (sur la photo), a présenté une conférence nommée L’humain au cœur de la 4e révolution industrielle devant la Chambre de commerce de Lévis (CCL), le 19 février dernier. Par la suite, Stéphane Jean, vice-président vente et marketing chez Jobillico, Amira Boutouchent, cofondatrice et présidente directrice générale (PDG) de BRIDGR, et Bernard Trembla...

Excédents de 2,326 G$ pour Desjardins

C’est le 27 février que le Mouvement Desjardins a dévoilé ses résultats financiers pour l’année 2018. Le groupe financier coopératif basé à Lévis a notamment enregistré des excédents avant ristournes aux membres de 2,326 G$, une hausse de 175 M$ comparativement à 2017.

La Ville à la recherche de partenaires

La Ville de Lévis lance un appel d’offre de commandites auprès des entreprises qui désirent s’associer au projet du nouveau complexe aquatique multifonctionnel dont l’ouverture est prévue à l’automne 2019.

Le siège social de Creaform primé

Cecobois a récompensé 15 projets en bois d’exception, dont le siège social de Creaform à Lévis, à l’occasion de la sixième édition du gala des Prix d’excellence Cecobois, qui s’est tenue le 21 février au Palais Montcalm de Québec. Le bâtiment lévisien a reçu cet honneur dans la catégorie Design intérieur.

De nouveaux investissements dans la région pour Logisco

Le groupe immobilier Logisco a a annoncé, le 23 janvier, une série d’investissements totalisant 45 M$ à Québec et Lévis. Un des nouveaux projets du promoteur lévisien sortira de terre à Saint-Romuald.

Succès pour Un emploi en sol québécois et le Salon de l'emploi Lévis-Bellechasse

Tenue le 15 mars dans le cadre du Salon de l’emploi Lévis-Bellechasse (SELB), l’édition lévisienne d’Un emploi en sol québécois, organisée par la Chambre de commerce de Lévis (CCL), a connu un franc succès.

BMW Lévis change de propriétaire

Gad Bitton et Michael Serruya ont récemment signé une entente pour l’achat des concessionnaires BMW – Mini Ville de Québec et BMW – Lévis détenus par Bertrand Roberge. Le vice-président en poste, Jean-François Tremblay, demeurera au sein du consortium d’actionnaires.

Une initiative pour favoriser l’économie sociale

Un nouveau projet de commercialisation a été lancé, le 3 décembre, pour les entreprises d’économie sociale (EÉS) des régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. L’agence de courtage en économie sociale vise à faire le lien entre l’offre en biens et services des EÉS et les besoins des grands acheteurs institutionnels et des entreprises.