CRÉDIT : AUDE MALARET

Ces 55 dernières années, le fondateur et actuel président de la société immobilière lévisienne IMAFA a enfilé les habits de comptable agréé, d’avocat, de chef d’entreprise, de promoteur, mais aussi de père et de citoyen engagé dans sa communauté. Retour sur le parcours d’une figure lévisienne tournée vers l’avenir.

C’est derrière le comptoir du casse-croûte de son père qu’André Fortin débute à peine âgé de 10 ans sa carrière, retracée par le promoteur devant une centaine de gens d’affaires de la région lors d’un déjeuner de la Chambre de commerce de Lévis, qui le mènera à la tête d’un petit empire immobilier sur le territoire lévisien. Sa société compte désormais une trentaine de bâtiments et continue de se développer. Son père le voyait dans la restauration, lui obtient le titre de comptable agréé à la fin des années 1970.

À 24 ans, il rachète le casse-croûte de son père, puis fonde quatre ans plus tard son propre bureau, Comptable agréé André Fortin et associés, spécialisé dans les petites entreprises, la dentisterie et les mandats spéciaux. Mais pendant les 15 années suivantes, André Fortin développe en parallèle des activités d’affaires et immobilières. 

Sans compter ses nombreuses implications communautaires. «J’ai mis beaucoup de temps dans les organisations sur le territoire et ça m’a apporté beaucoup. Dans les conseils d’administration, on apprend et on se crée des contacts. Je dirai aux jeunes : ‘‘Impliquez-vous! Rentrez sur les conseils’’.»

De 1989 à 1993, André Fortin fait son barreau. La raison? Exécuteur testamentaire pour une entreprise de pétrole avec un réseau de stations-services et de dépanneurs, il s’occupe de la transaction rendue difficile par la situation familiale des héritiers. 

«Finalement, ça a pris un bureau d’avocat pour nous aider. De mémoire, le bureau d’avocat a chargé 215 000 $ d’honoraires et j’ai eu de la peine à avoir mes 115 000 $. C’est comme ça que je me suis dit, tiens, je vais aller faire mon cours de droit, ça a plus de puissance que le comptage», raconte-t-il amusé.

Rien ne semble l’arrêter et après la vente de son bureau comptable au milieu des années 1990, André Fortin crée la société immobilière IMAFA qui s’étend sur le territoire au fil des ans. «Pour une petite organisation comme la nôtre, être capable d’aller frapper des bons coups à toutes les fois qu’on va chercher un locataire national. On aime le local, on a besoin d’eux, ils ont besoin de nous. On travaille ensemble. Mais quand tu décroches un locataire national, c’est important.»

Des difficultés, il y en a eu, et parfois encore, telles que le manque de liquidités pour réaliser des projets ou de ressources qualifiées pour supporter les développements. La clé selon le promoteur est de savoir s’entourer de professionnels capables de compenser ses faiblesses. Aujourd’hui, ses défis concernent la mise aux normes des bâtiments, la compétition accrue et la construction d’espace locatif neuf.

Un grand projet et une transition

Avant de passer la main, André Fortin garde encore des cartes à jouer, comme le terrain de l’ancien Fort Numéro 3. «Ma vie est rendue à 66 ans. Je suis encore en forme. À date, si j’avais voulu le vendre, il serait vendu. Quand je garde quelque chose, c’est, un petit peu, parce que j’ai une relation d’amour avec», fait-il savoir.

Le promoteur, qui veut d’abord sentir le pouls, n’est pour l’instant «pas encore en mesure de définir le projet comme tel et de le dévoiler». André Fortin souhaite que le site, actuellement en zonage mixte, donne de la place au public, à la culture et aux arts dans l’objectif de créer «un milieu de vie» qui plaise aux Lévisiens.

Un projet devrait être déposé à la Ville l’été prochain. «Il va avoir des phases. La Ville va réagir (au projet), va dire : ‘‘On aime ou on n’aime pas. Voici ce qu’on veut modifier’’. Comme dans tout projet. Celui-là est majeur, donc il passe par les grands projets.»

Pour la suite, sa fierté serait «qu’IMAFA continue à rester sur le territoire, à l’influencer et le développer. Je travaille à former du personnel beaucoup plus jeune que moi, qui va être là pour un bon moment. J’aimerais regarder pour avoir un actionnariat avec ces gens. Que mon retrait soit définitif, que ma femme, la famille soit autour de ça, ce sont des possibilités. Mais définitivement, le personnel sera au centre de notre réflexion.»

Avant de se retirer, André Fortin accompagnera et continuera de travailler avec son équipe.

Les plus lus

Un des locataires à la place de l’ancien Sears connu

Déjà installé dans les Galeries Chagnon, Sport Expert va déménager sur l’un des deux étages anciennement occupé par Sears. Le magasin d’articles sportifs profite de ce changement pour tripler sa surface, passant à 50 000 pieds carrés. L’ouverture est prévue en novembre prochain.

Attirer les travailleurs français avec une formule clé en main

La France et le Québec ont toujours ressemblé à deux cousins éloignés qui cherchent à mieux se connaître. Avec la pénurie de main-d’œuvre qui s’étend sur la Belle Province, l’immigration des travailleurs français fait partie des différentes pistes de solutions et l’organisme Objectif Québec! a décidé de miser là-dessus.

La quatrième révolution industrielle à nos portes

Louis Duhamel, conseiller stratégique chez Deloitte (sur la photo), a présenté une conférence nommée L’humain au cœur de la 4e révolution industrielle devant la Chambre de commerce de Lévis (CCL), le 19 février dernier. Par la suite, Stéphane Jean, vice-président vente et marketing chez Jobillico, Amira Boutouchent, cofondatrice et présidente directrice générale (PDG) de BRIDGR, et Bernard Trembla...

Excédents de 2,326 G$ pour Desjardins

C’est le 27 février que le Mouvement Desjardins a dévoilé ses résultats financiers pour l’année 2018. Le groupe financier coopératif basé à Lévis a notamment enregistré des excédents avant ristournes aux membres de 2,326 G$, une hausse de 175 M$ comparativement à 2017.

La Ville à la recherche de partenaires

La Ville de Lévis lance un appel d’offre de commandites auprès des entreprises qui désirent s’associer au projet du nouveau complexe aquatique multifonctionnel dont l’ouverture est prévue à l’automne 2019.

Le siège social de Creaform primé

Cecobois a récompensé 15 projets en bois d’exception, dont le siège social de Creaform à Lévis, à l’occasion de la sixième édition du gala des Prix d’excellence Cecobois, qui s’est tenue le 21 février au Palais Montcalm de Québec. Le bâtiment lévisien a reçu cet honneur dans la catégorie Design intérieur.

De nouveaux investissements dans la région pour Logisco

Le groupe immobilier Logisco a a annoncé, le 23 janvier, une série d’investissements totalisant 45 M$ à Québec et Lévis. Un des nouveaux projets du promoteur lévisien sortira de terre à Saint-Romuald.

Succès pour Un emploi en sol québécois et le Salon de l'emploi Lévis-Bellechasse

Tenue le 15 mars dans le cadre du Salon de l’emploi Lévis-Bellechasse (SELB), l’édition lévisienne d’Un emploi en sol québécois, organisée par la Chambre de commerce de Lévis (CCL), a connu un franc succès.

BMW Lévis change de propriétaire

Gad Bitton et Michael Serruya ont récemment signé une entente pour l’achat des concessionnaires BMW – Mini Ville de Québec et BMW – Lévis détenus par Bertrand Roberge. Le vice-président en poste, Jean-François Tremblay, demeurera au sein du consortium d’actionnaires.

Une initiative pour favoriser l’économie sociale

Un nouveau projet de commercialisation a été lancé, le 3 décembre, pour les entreprises d’économie sociale (EÉS) des régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. L’agence de courtage en économie sociale vise à faire le lien entre l’offre en biens et services des EÉS et les besoins des grands acheteurs institutionnels et des entreprises.