CRÉDIT : COURTOISIE

Depuis le 3 février, les camionneurs du Groupe Transrapide sont rémunérés selon un modèle original en Chaudière-Appalaches, le taux horaire unique pour toutes les heures de travail (service et conduite). Par cette façon de faire, l’entreprise lévisienne spécialisée en transport routier interfrontalier veut notamment améliorer sa rétention du personnel et son attractivité dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre, qui frappe également l’industrie du camionnage.

«On veut que d’autres entreprises de transport soient aussi innovantes. On crée un précédent pour faire bouger les choses. Arrêtons de nous plaindre qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre. Regardons plutôt pourquoi il y a une pénurie plutôt que lancer la pierre à la démographie ou aux jeunes qui ne veulent plus travailler. Donnons à cette jeunesse des éléments qui pourraient les intéresser à faire une carrière dans le camionnage», partage d’emblée Pierre Tanguay, formateur au sein du Groupe Transrapide et camionneur cumulant plusieurs années d’expérience derrière la cravate.

Ce changement représente une certaine révolution dans le domaine. La grande majorité des entreprises de transport paie leurs camionneurs au kilométrage parcouru ainsi qu’avec des montants forfaitaires selon certains types d’action (chargement, etc.). 

En plus de mettre sur un pied d’égalité toutes les heures travaillées, le nouveau mode de rémunération mise sur des taux progressifs favorisant et reconnaissant l’expérience des camionneurs. Puisque près de 80 % de la cinquantaine de conducteurs du Groupe Transrapide ont au moins cinq ans d’expérience, le changement de mode de rémunération entraînera, en moyenne, des augmentations salariales de 15 % à 20 %.

Un investissement qui en vaut largement la peine selon Pierre Tanguay. En plus d’offrir un argument financier intéressant pour retenir ou attirer des camionneurs, la modification permet d’accorder une plus grande valeur aux sacrifices que ces travailleurs doivent consentir.

«On veut récompenser d’une manière juste et équitable les gens qui exercent ce métier. C’est une profession qui demande beaucoup d’heures. Pour l’exercer d’une manière professionnelle, il faut que tu acceptes de passer moins de temps avec ta famille ou tes amis parce que tu reviens, par exemple, d’une livraison le samedi midi. Ça prend énormément de passion pour faire ce métier», explique M. Tanguay sur un autre des motifs derrière le changement.

Améliorer l’encadrement

En plus du volet pécunier, le Groupe Transrapide a récemment amélioré l’encadrement qu’il offre à ses nouveaux et expérimentés camionneurs.

Concrètement, les nouveaux camionneurs doivent suivre une formation intensive de trois jours. Par la suite, ils ont un suivi sur six mois pour apporter un soutien. Enfin, l’entreprise favorise la mise à niveau des compétences pour ses travailleurs expérimentés.

«Cela permet aux nouveaux employés de débuter leur carrière au sein du groupe avec toutes les informations essentielles et nécessaires permettant de bien exécuter leurs tâches quotidiennes, que ce soit à leurs débuts et par la suite, au fil des années, grâce à la formation continue qui leur sera dispensée. Cela permettra à nos chauffeurs d’être à la fine pointe, tant au niveau des politiques de l’entreprise, des changements concernant les réglementations et les dernières avancées technologiques», conclut M. Tanguay.

Les plus lus

Un des locataires à la place de l’ancien Sears connu

Déjà installé dans les Galeries Chagnon, Sport Expert va déménager sur l’un des deux étages anciennement occupé par Sears. Le magasin d’articles sportifs profite de ce changement pour tripler sa surface, passant à 50 000 pieds carrés. L’ouverture est prévue en novembre prochain.

Attirer les travailleurs français avec une formule clé en main

La France et le Québec ont toujours ressemblé à deux cousins éloignés qui cherchent à mieux se connaître. Avec la pénurie de main-d’œuvre qui s’étend sur la Belle Province, l’immigration des travailleurs français fait partie des différentes pistes de solutions et l’organisme Objectif Québec! a décidé de miser là-dessus.

La quatrième révolution industrielle à nos portes

Louis Duhamel, conseiller stratégique chez Deloitte (sur la photo), a présenté une conférence nommée L’humain au cœur de la 4e révolution industrielle devant la Chambre de commerce de Lévis (CCL), le 19 février dernier. Par la suite, Stéphane Jean, vice-président vente et marketing chez Jobillico, Amira Boutouchent, cofondatrice et présidente directrice générale (PDG) de BRIDGR, et Bernard Trembla...

Un nouvel outil pour le Club auto-neige Ville-Marie

Le Club auto-neige Ville-Marie a récemment fait l’acquisition d’un surfaceur pour la somme de 24 950 $ avant taxes. Cet outil est fort utile à l’organisme lévisien qui gère notamment l’entretien de 80 kilomètres de sentiers de motoneige dans la région.

Excédents de 2,326 G$ pour Desjardins

C’est le 27 février que le Mouvement Desjardins a dévoilé ses résultats financiers pour l’année 2018. Le groupe financier coopératif basé à Lévis a notamment enregistré des excédents avant ristournes aux membres de 2,326 G$, une hausse de 175 M$ comparativement à 2017.

La Ville à la recherche de partenaires

La Ville de Lévis lance un appel d’offre de commandites auprès des entreprises qui désirent s’associer au projet du nouveau complexe aquatique multifonctionnel dont l’ouverture est prévue à l’automne 2019.

Le siège social de Creaform primé

Cecobois a récompensé 15 projets en bois d’exception, dont le siège social de Creaform à Lévis, à l’occasion de la sixième édition du gala des Prix d’excellence Cecobois, qui s’est tenue le 21 février au Palais Montcalm de Québec. Le bâtiment lévisien a reçu cet honneur dans la catégorie Design intérieur.

De nouveaux investissements dans la région pour Logisco

Le groupe immobilier Logisco a a annoncé, le 23 janvier, une série d’investissements totalisant 45 M$ à Québec et Lévis. Un des nouveaux projets du promoteur lévisien sortira de terre à Saint-Romuald.

Succès pour Un emploi en sol québécois et le Salon de l'emploi Lévis-Bellechasse

Tenue le 15 mars dans le cadre du Salon de l’emploi Lévis-Bellechasse (SELB), l’édition lévisienne d’Un emploi en sol québécois, organisée par la Chambre de commerce de Lévis (CCL), a connu un franc succès.

BMW Lévis change de propriétaire

Gad Bitton et Michael Serruya ont récemment signé une entente pour l’achat des concessionnaires BMW – Mini Ville de Québec et BMW – Lévis détenus par Bertrand Roberge. Le vice-président en poste, Jean-François Tremblay, demeurera au sein du consortium d’actionnaires.