Deux psychologues cliniciens, le Dr Michel Larouche et Paule Limoges, des CLSC de Saint-Lazare de Bellechasse et Lévis, mènent ensemble un projet pilote de thérapie de groupe à Lévis, pendant un an, qui sera ensuite poursuivi ou non selon les résultats. L’objectif est de proposer un traitement psychothérapeutique dans un format novateur.

À lire aussi : «Nos problèmes quotidiens se ressemblent»

Dans un contexte où les thérapies de groupe se développent, Michel Larouche et Paule Limoges, tous deux psychologues cliniciens, ont pensé leur projet avec l’objectif d’offrir en groupe le même traitement qu’individuellement.

D’autres groupes existent d’ailleurs au sein du CLSC de Lévis. Des personnes inscrites sur la liste d’attente de l’organisme se sont donc vues proposer ce nouveau mode de prise en charge. Des règles de fonctionnement au format des séances, les psychologues ont construit un cadre ouvert, sans nombre de séances prédéterminé, et avec des évaluations personnalisées.

Si le nombre de participants aux rencontres est fixé à huit, une nouvelle personne peut entrer dans le groupe à chaque fois qu’une autre en sort, et ce, pendant un an. Car la thérapie s’arrête à chaque fois qu’un patient a répondu à ses besoins et le décide.

Ce projet s’adresse à des adultes avec des problématiques d’anxiété, de dépression, relationnelles ou des difficultés d’adaptation. Les problématiques interpersonnelles, les personnes suicidaires et les grands consommateurs ne sont pas pris en charge dans ce cadre.

Un suivi individuel

Si les psychologues ont choisi d’intervenir en groupe, c’est pour ses avantages. Être dans un groupe, ce n’est pas juste prendre en charge plus d’individus à la fois, c’est créer une situation favorable à l’entraide, où les gens partagent leur expérience.

Même en groupe, les deux psychologues ont veillé à ce que la prise en charge reste adaptée aux besoins de chacun et permette un travail individuel. Chaque participant rempli ainsi un questionnaire au début de la séance, puis une évaluation psychométrique est réalisée. Pendant les temps de parole individuels devant le groupe, les psychologues travaillent avec la personne qui parle en la guidant et en la relançant.

«Chaque personne a un temps à elle. On s’occupe de la problématique particulière qu’elle apporte, individuellement et devant le reste du groupe. Ce qui fait la différence, c’est cette idée de traitement individuel à chacune des personnes, dans le groupe», souligne Paule Limoges.

«On intervient en présence des autres. Je vais vous aider à réfléchir, comme en psychothérapie. Je vais vous aider à identifier les perceptions que vous avez de vous-même, le dialogue intérieur que vous avez à propos de vous, les émotions que ça suscite, et comment vous expliquez ça. Je vais vous aider à vous questionner pour donner sens aux images mentales. En les modifiant, ça amène le changement. Dans notre intervention, on amène les gens à ça», complète Michel Larouche.

Puisque cette thérapie de groupe est un projet pilote, un rapport sera remis au bout de l’année de fonctionnement, afin d’évaluer le projet quantitativement et qualitativement.

«C’est fascinant comme les gens ont une capacité d’entraide. Les gens apportent le groupe à l’intérieur d’eux. Ils le disent, ils le nomment. Moi, je n’allais pas bien, mais j’ai pensé au groupe, j’avais hâte d’arriver au groupe. Ça fait partie de notre évaluation. Toute cette partie qualitative de ce que les gens nomment», constate Paule Limoges.

Parce qu’en raison de limites financières, les professionnels ne sont pas capables de traiter tous les gens comme ils le voudraient, ils cherchent des meilleures façons d’y parvenir.

«Quand on parle de thérapie de groupe, ça ne fera jamais pour tout le monde. Il y a des gens pour qui une intervention individuelle sera toujours la meilleure solution. Plus on a un éventail de projets et d’offre de services, plus on rejoint une grande quantité de gens. L’idée, c’est de bien évaluer les gens pour qu’ils reçoivent le bon service. Et non pas, faire un service et rentrer les gens dedans.»

Les plus lus

La SQDC dévoile l’emplacement de la succursale de Lévis

La Société québécoise du Cannabis (SQDC) a dévoilé que sa succursale de Lévis aura pignon sur rue au 95, route du Président-Kennedy. L'information a été confirmée par le service des relations de presse de la SAQ.

La Maison Rodolphe-Audette sera finalement démolie

La décision du comité de démolition de la Ville de Lévis, prise le 3 juillet en séance publique, a mis fin aux espoirs des citoyens mobilisés pour la sauvegarde de la bâtisse plus que centenaire. La résidence de l’ancien dirigeant de la Banque nationale, qui lui a donné son nom, laissera place à un immeuble de condos.

Boussole à la main dans le désert marocain

Du 31 octobre au 5 novembre, la Lévisienne Marie-France Roy et ses deux acolytes, Anik Cadieux et Josée Veilleux, prendront d’assaut le désert de la région de Merzouga, au Maroc, à l’occasion de la toute première édition du trek Rose Trip. Tout au long de ce rallye d’orientation 100 % féminin, les trois femmes ont bien l’intention de se démarquer et de rapporter le trophée de la victoire au Québec...

Un projet d’hôtellerie hospitalière défendu devant la Ville

Une séance extraordinaire du conseil municipal s’est tenue le 9 juillet, afin d’examiner l’appel, déposé par Dessercom, de la décision de la séance du 6 mars du comité de démolition, qui avait refusé les demandes de démolition de deux résidences, situées au 15 de la rue Charles-Édouard et au 36 de la rue Montcalm. Dessercom souhaite démolir ces bâtiments, afin de réaliser un projet d’hôtellerie ho...

Zoo à Festivent : l'organisation fait son mea culpa

Via sa page Facebook, le Festivent Ville de Lévis a annoncé, le 8 août, que son activité d'animaux exotiques, présentée lors de la dernière édition et qui a provoqué un vif tollé sur les médias sociaux, ne sera pas de retour lors des prochaines années.

2,5 M$ pour la réhabilitation de la caserne de Lévis-Lauzon

Après un premier schéma de couverture de risques en incendie adopté en décembre 2010, c’est donc le second schéma pour la période 2018-2022, qui a été présenté lors d’une assemblée publique de consultation au dernier conseil municipal.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 18 juillet 2018

Frédéric Bergeron, Raphaël Molaison, Geneviève Lagueux, Matthew Bourgeons et Lauriane Bégin, du Club de natation les Riverains de Lévis, nous ont très bien représentés au championnat du Nouveau-Brunswick (1re photo). Félicitations à vous tous!

Redécouvrir Guillaume Couture

Bien plus que le nom d’un boulevard, Guillaume Couture a marqué l’histoire de Lévis en étant le premier colon à s’établir à la Pointe-Lévy, plus précisément à Lauzon en 1647. Comme 2018 marque le 400e anniversaire de naissance de ce pionnier, fonctionnaire, interprète et explorateur de l’époque de la Nouvelle-France, la Société d’histoire de Lévis (SHL) a décidé de consacrer son exposition estival...

L’école autrement dans la classe de M. Gérald

Dans le cadre du projet «Cap historique, visée tactique!», les élèves de quatrième année du primaire du Programme Arts-Langues-Sports (PALS) de l’École Saint-Joseph ont usé de stratégie à l’occasion d’un tournoi d’échecs, le 20 juin dernier. L’événement a marqué la fin du projet annuel créé par l’enseignant Gérald Charron.

Les Grands Feux entrent dans la danse

La danse donnera plus que jamais le tempo des Grands Feux Loto-Québec, qui débutent ce jeudi 2 août avec la soirée country. Tout a été mis en œuvre pour entraîner le public dans un immense bal à ciel ouvert, avec DJ, danseurs, costumes et, bien sûr, le spectacle pyrotechnique à 22h.