Chloé Nadeau est confiante d’amasser la somme de 25 000$ en 6 mois pour s’acheter un véhicule adapté.

Confinée dans un fauteuil roulant électrique depuis sa naissance, Chloé Nadeau a lancé, le 11 juin, une campagne de financement pour faire l’acquisition d’un véhicule adapté. Elle sollicite les dons, ainsi que l’appui de la population dans son combat contre la Société de transport de Lévis (STLévis), qui, selon elle, discrimine les déplacements des personnes handicapées.

Malgré l’amyotrophie spinale dont elle est atteinte, la Lévisienne de 22 ans tente de demeurer active dans la société. Elle étudie à l’Université Laval et travaille à Québec pour le gouvernement. Ses obligations rendent fréquents ses déplacements vers la capitale. Cependant, Chloé a abandonné depuis un moment l’idée de prendre le transport en commun. «Même s’il y a des logos d’handicapé sur les autobus, le chauffeur me dit qu’il ne sait pas comment m’embarquer, parce qu’il n’a pas été formé», a-t-elle expliqué, stupéfaite.

La jeune femme s’est depuis redirigée vers les services de transports adaptés offerts par la STLévis, qui s’associe à des partenaires-transporteurs pour assurer les déplacements des usagers à mobilité réduite. Encore une fois, elle s’est butée à des difficultés, qu’elle explique par l’horaire du service de réservation et des quotas imposés aux transporteurs. «C’est rendu qu’on doit appeler presque une semaine à l’avance, soit 72 heures ouvrables, pour avoir un déplacement. […] Quand on y pense, on a de la misère à prévoir ce qu’on va manger pour souper et moi, je dois prévoir où que je vais être dans une semaine, sous prétexte que les quotas vont être atteints. En plus, si j’appelle pour avoir un taxi, ils n’en ont pas qui soient adaptés à ma condition. Ils choisissent les types d’handicapés qu’ils voyagent», a-t-elle déploré.

Dans les moments où elle s’est retrouvée sans transport pour se rendre à l’université ou au travail, Chloé a dit avoir fait appel à des compagnies de taxis privés. Ces frais se sont ajoutés à ceux du renouvellement mensuel de sa carte Opus. «Je suis tannée de devoir payer des taxis privés, d’avoir une dette de près de 600 $ pour aller faire des examens à l’université que je suis en droit d’aller faire ou bien d’aller travailler», a-t-elle dénoncé.

Une rencontre décevante

En février, Chloé Nadeau et ses amis sont allés à la rencontre de Mario Fortier, président de la STLévis, et Jean-François Carrier, directeur général, pour tenter de comprendre la situation. Elle s’est dit insatisfaite des réponses fournies par les deux hommes, qui lui ont rappelé les contraintes budgétaires. «On a essayé de leur faire comprendre que des coupures budgétaires ne devraient pas porter atteinte à des droits fondamentaux, comme celui de sortir de chez nous», a fait valoir Chloé, qui se sent brimée dans sa liberté.

À la suite de son entretien avec la direction de la STLévis, la jeune femme a reçu une lettre de la part de M. Carrier pour la remercier de ses commentaires. À celle-ci a été joint un lecteur de carte Opus, qui permet une recharge mensuelle en ligne et sans déplacement. Chloé Nadeau y a toutefois vu un affront et ne compte pas l’utiliser. «Pourquoi je la remplirais, si je n’ai pas accès à leurs services de transport?», s’est-elle questionnée.

Une campagne qui va bon train

Malgré sa déception au terme de sa rencontre, Chloé Nadeau a gardé son objectif de vue et compte bien poursuivre ses démarches. En entrevue, elle a promis de mettre en œuvre des actions concrètes pour défendre sa liberté.

Entre temps, la jeune femme se réjouit de l’engouement autour de sa campagne de financement. «C’est incroyable! Je ne pensais pas que la population se mobiliserait autant pour ma cause. Je suis heureuse, parce que cette cause d’achat de véhicule fait comprendre à la population comment pour nous, ça peut être difficile de planifier nos déplacements», a-t-elle exprimée, confiante d’atteindre son objectif de 25 000 $. Au moment d’écrire ces lignes, une somme de 8 530 $ a été amassée.

Pour plus d’informations sur sa campagne, visitez www.gofundme.com/appel-a-la-liberte.

Lire aussi : Croissance fulgurante et budget serré à la STLévis

 

Les plus lus

Le prolongement d’Étienne-Dallaire se poursuit

La deuxième phase des travaux de prolongement du boulevard Étienne-Dallaire, réalisés dans le cadre du projet de développement résidentiel et commercial Umano, a été officiellement lancée ce 7 septembre.

Le 6e RAC a tenu sa parade régimentaire de rentrée

Le 6e Régiment d’artillerie de campagne à Lévis s’est réuni le 26 août, en marge de la formation des réservistes. Une grande parade régimentaire a ouvert les célébrations devant un parterre d’invités de la société civile et militaire réunis au Manège militaire de Lévis.

«J’apprends à faire la paix avec mon diagnostic»

À 19 ans, Sabrina Billard publie son second livre, quatre ans après un ouvrage qui racontait son histoire d’intimidation à l’école. Aux éditions Tête haute, Le journal d’une timbrée est le récit d’une jeune adulte, prise entre son parcours d’intimidée et la découverte de sa bipolarité.

Maison Rodolphe-Audette : démolition en appel

Une demande d’appel de la décision du 3 juillet du comité de démolition, autorisant la démolition de la bâtisse située au 6410, sur la rue Saint-Laurent, a été déposée par Jean-Marc Lafrenière le 30 juillet auprès de la Ville de Lévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 septembre 2018

René Bégin, président de Lemieux Nolet, était très heureux de son implication auprès de Cité Joie qui a permis d’amasser 16 250 $ (1re photo).

Nouvelle école secondaire nécessaire à Lévis

La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a officiellement transmis, le 28 août, une demande au ministère de l’Éducation afin d’obtenir les subsides en vue de la construction d’une nouvelle école secondaire dans le secteur Lévis d’ici trois à quatre ans. Le nouveau bâtiment permettrait à l’organisme de faire face adéquatement à l’explosion de la clientèle scolaire dans l’est de la ville.

Une grande roue s’installe au quai Paquet

Au quai Paquet, promeneurs et visiteurs peuvent désormais admirer les lieux et profiter de la vue sur Québec assis dans une nacelle. Depuis ce matin, la grande roue transporte des passagers à son bord.

Imaginer le troisième lien

Si le projet de troisième lien routier entre les deux rives provoque beaucoup de débats dans la région, l’infrastructure désirée par plusieurs alimente également l’imagination de certains citoyens. En effet, le Lévisien Jules Pérusse a décidé de construire une maquette d’une partie d’un possible nouveau trait d’union entre les deux rives.

Pousser un ami jusqu’à la ligne d’arrivée

C’est du 12 au 14 octobre prochains que se tiendront les différentes épreuves du Marathon SSQ à Québec. Un Lévisien se distinguera lors de l’épreuve du 42,2 km, le 14 octobre. En effet, Jean-Benoît Boudreau poussera Samuel Camiran, atteint de la maladie d’ataxie de Friedreich, dans son fauteuil roulant.

La passion du français

Participer au Forum national des jeunes ambassadeurs (FNJA) de l’organisme Le français pour l’avenir n’a pas été une décision difficile à prendre pour Rosalie Gendron, déjà élève du programme des langues au Collège de Lévis. En effet, cette passionnée de la langue française s’est rendue à l’Université McGill, du 9 au 14 août, pour échanger avec une trentaine de jeunes francophones du Canada.