Le gouvernement du Canada a annoncé, via un communiqué de presse le 22 juin, qu’il a l’intention de retenir les services du Chantier Davie pour la conversion de trois brise-glaces à l’aide d’un préavis d’adjudication de contrat (PAC).

Ce que ce PAC dit, c’est que les fournisseurs ont 15 jours, soit jusqu’au 11 juillet, pour soumettre une offre concurrentielle au gouvernement pour ce même contrat. Si aucune offre n’est déposée, le contrat pourra être signé avec le chantier. Cependant, cette formalité ne semble pas trop préoccuper les dirigeants du chantier, selon le vice-président aux affaires publiques, Frédérik Boisvert. En effet, le marché des brise-glaces est très compétitif et peu de bateaux sont disponibles.

Ce contrat devrait permettre à quelques centaines de travailleurs de revenir sur le chantier pour environ deux ans de travail. Il s’agit de la conversion de trois brise-glaces de taille moyenne d’origine norvégienne. Ces appareils sont déjà à la disposition du Chantier Davie. Une fois le contrat signé, ils seront acheminés au chantier pour que les travaux s’amorcent à la fin du mois de juillet, toujours selon M. Boisvert.

«Ce contrat est un signe considérable du gouvernement fédéral qu’il y a un problème important au sein de la flotte de brise-glaces de la garde-côtière. Ce contrat nous permet aussi de poursuivre notre lancée internationale et nos efforts de diversification des revenus pour ne pas seulement dépendre du gouvernement fédéral», a expliqué Frédérik Boisvert, joint par téléphone.

Le chantier entend poursuivre ses efforts afin d’obtenir des contrats avec le Pérou, entre autres, pour la construction de frégates de navires. Ces intentions internationales peuvent représenter jusqu’à 4 G$ en retombées économiques. Sans oublier des contrats pour la modernisation de navires de croisières américains qui pourraient être attribués en 2019. «Avec ces contrats, nous serions le seul chantier canadien qui exporterait à l’international», a affirmé M. Boisvert.

De nouvelles mises à pied

Par ailleurs, le Chantier Davie a annoncé, le 28 juin, que 157 travailleurs ont été mis à pied en raison de la livraison prochaine du premier traversier à la Société des traversiers du Québec. Cette réduction fait en sorte qu’il reste environ 450 employés sur le chantier.

«Avec le contrat des brise-glaces qui sera confirmé sous peu, on sera en mesure de rappeler des travailleurs. Tout ça fera partie des décisions stratégiques qui seront prises au cours des prochaines semaines. Dans les prochains mois,le chantier aura besoin de différents types de techniciens», a annoncé Frédérik Boisvert, lors d’une entrevue téléphonique le 28 juin.

Cependant, M. Boisvert a tenu à se faire rassurant quant à l’avenir des emplois au chantier. «On espère que c’est la dernière baisse d’employés avant une longue série de contrats à venir pour aider le gouvernement fédéral à livrer la marchandise pour le renouvellement de sa flotte», a conclu M. Boisvert.

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.