CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Une cinquantaine d’étudiants du baccalauréat en travail social du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a manifesté, toute la journée du 21 novembre, afin de protester contre la non-rémunération des stages qu’ils doivent suivre pendant leur parcours universitaire.

«Nous embarquons dans le mouvement de revendication des étudiants. Les allocations de prêts et bourses sont insuffisantes pour pourvoir aux besoins des étudiants, quand ils ont y accès. En plus, on rajoute des stages non rémunérés qu’on doit, dans les faits, payer. Nous avons à débourser de l’argent pour les frais de scolarité, la vignette de stationnement, etc.», a d’emblée expliqué Samuel Doucet-Lagueux, un éducateur spécialisé qui étudie au baccalauréat en travail social, sur les raisons derrière l’action au campus de Lévis.

Rappelons que depuis le 19 novembre, près de 60 000 étudiants ont amorcé un mouvement de grève partout au Québec afin d’obtenir la rémunération de tous les stages en milieu de travail. Les protestataires estiment que ce volet des parcours pédagogiques devrait être rémunéré pour tous les programmes et pour tous les niveaux d’étude, soit les centres de formation professionnelle, les cégeps et les universités.

Le tout permettrait de faciliter la vie de plusieurs étudiants selon ces derniers. Plusieurs manifestants rencontrés par le Journal, lors de son passage au campus de Lévis le 21 novembre, ont critiqué que les stages non rémunérés nécessitent plusieurs sacrifices personnels.

«On doit se trouver des stratégies. De mon côté, je suis retourné vivre chez mes parents parce que c’était clair que je n’avais pas les moyens de me payer un logement pendant mon stage. Je suis passé de 15 heures de cours par semaine à 28 heures de stage par semaine. Grosso modo, il me reste donc deux journées pour travailler. Et si je travaille au salaire minimum, je vais me faire couper la moitié de mes prêts et bourses», a notamment partagé Olivier Bélanger-Nadeau, un étudiant qui effectue présentement un stage au CLSC de Montmagny.

Gratification

Plus particulièrement en ce qui a trait au travail social, la rémunération des stages permettrait également de reconnaître l’apport des étudiants au système de santé.

«Notre stage en travail social dure un an dans le même milieu. Après deux mois, tu as  une charge de travail assez lourde. Tu joues le rôle d’un intervenant, tu pallies le travail que les intervenants ne peuvent pas nécessairement faire dans le réseau parce qu’ils sont surchargés», a lancé Emmanuelle Bonneau-Lebleu, une étudiante en deuxième année au baccalauréat en travail social.

Notons finalement que les étudiants au baccalauréat en travail social entendent poursuivre leurs moyens de pression au cours des prochaines semaines. Il se pourrait que des étudiants d’autres programmes du campus de Lévis se joignent à eux.

Les plus lus

Matières résiduelles : changement du jour de la collecte pour plusieurs quartiers

À compter du lundi 4 février 2019, près du tiers des Lévisiens qui sont desservis par des collectes en bacs roulants de matières résiduelles verront leur journée de collecte modifiée. La Ville de Lévis a donc invité, le 29 novembre, la population et les entreprises concernées à vérifier si leur secteur et leur jour de collecte sont modifiés.

Stages non rémunérés : le mouvement de contestation gagne Lévis

Une cinquantaine d’étudiants du baccalauréat en travail social du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a manifesté, toute la journée du 21 novembre, afin de protester contre la non-rémunération des stages qu’ils doivent suivre pendant leur parcours universitaire.

Un métro pour Québec et Lévis?

Le collectif J’y vais en métro souhaite raviver le débat du projet de transport en commun structurant de Québec. Le collectif souligne le manque de vision du projet du tramway de Québec et désire inclure Lévis dans ce projet. Jacques Vandersleyen, chargé de cours au campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et membre du collectif, croit que «le tramway est un beau projet, mais ce...

Quartier des Constellations : entente de principe entre les deux parties

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 30 novembre, qu'une entente de principe est survenue entre la municipalité et le Regroupement des citoyens du secteur des Constellations. Le pacte permettra de mettre un terme à l’action collective qui concernait le développement du quartier des Constellations à Saint-Jean-Chrysostome, où plusieurs maisons ont été endommagées par des affaisse...

Une 10e édition pour le Marché de Noël de Lévis

Le Marché de Noël fêtera ses 10 ans d’existence au début du mois alors que l’édition 2018 de l’événement se déroulera les 7, 8 et 9 décembre sur l’avenue Bégin revampée. Les détails entourant cette édition bien spéciale ont été dévoilés lors d’un point de presse le 29 novembre.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 21 novembre 2018

Le 9 novembre dernier, j’ai assisté à la 9e édition du Défi Karaoké au profit de la Maison de soins palliatifs du Littoral, qui s’est déroulée au Centre de congrès et d’expositions de Lévis (1re photo). Merci à Pierre Gagné et toute son équipe du Centre de congrès pour leur excellent travail. 650 personnes se sont réunies pour assister à tout un spectacle en plus d’être très généreuses. On a réell...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 14 novembre 2018

Le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon vous invite à son concert Féérie de Noël, le 2 décembre à 13h30, en l’église Notre-Dame-de-Lévis. Pour réserver vos billets : 418 476–3015.

Les Lévisiens se souviennent

Plusieurs événements ont eu lieu à Lévis le 11 novembre, dans le cadre du jour du Souvenir, afin de souligner le sacrifice des militaires.

Les employés de service du CISSS approuvent l'entente de principe

Lors des 20 assemblées syndicales qui se sont déroulées au cours de novembre, les travailleurs du CISSS Chaudière-Appalaches ont approuvé à 96 % l’entente de principe intervenue entre les représentants du Syndicat québécois des employées et employés de service (FTQ) et l’employeur concernant les stipulations locales.

Transformer la science en jeu

Situé à Lévis, tout près de la traverse Québec-Lévis, le Bunker de la science a pignon sur rue depuis juillet 2017. Le Bunker est une initiative des entrepreneurs Joël Leblanc et David Bertrand qui ont comme mission de rehausser la culture scientifique auprès des Québécois. Cette entreprise offre des immersions scientifiques pour les plus petits jusqu’aux plus grands.