CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

En collaboration avec le Réseau québécois des villes et villages en santé (RQVVS) et le Groupe femmes, politique et démocratie, le Collectif de recherche participative sur la pauvreté en milieu rural a dévoilé les résultats de sa recherche et la trousse d’outils qu’il offre aux municipalités rurales. Cette recherche de trois ans menée par Lorraine Gaudreau et Lucie Gélineau, du campus de Lévis l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), Paule Simard, de l’Institut national de santé publique, et Sophie Dupéré, de l’Université Laval, cherchait à mettre en lumière la situation précaire de la pauvreté en milieu rural.

Devant maires, conseillers municipaux, acteurs sociaux en milieu rural et étudiants, les chercheuses ont présenté les outils qu’elles ont conçus pour agir face à la pauvreté, le 24 octobre. Cette recherche s’est révélée nécessaire à la suite d’une constatation que les chercheuses ont faite.

«On a remarqué que l’intervention en milieu rural en situation de pauvreté n’était à peu près pas documentée, et ce, pas seulement au Québec, mais au Canada et même aux États-Unis. On s’est rendu compte qu’il y avait un vide à ce niveau-là», a analysé Loraine Gaudreau. Selon la professeure, il y a un manque et plusieurs municipalités sont dans le besoin.

L’étude permet de constater que les préjugés véhiculés écartent la pauvreté des milieux ruraux, mais c’est une réalité bien présente. Selon les données récoltées par Statistique Canada lors du recensement de 2016, 14,6 % de la population se retrouve en situation de pauvreté dans les milieux urbains comparés à 14,9 % pour les milieux ruraux.

Ces statistiques ne surprennent pas le président du RQVVS et maire de Massueville (Montérégie), Denis Marion. «Dans une municipalité comme la mienne, les fameuses statistiques ont des noms et des adresses», a-t-il témoigné.

Plusieurs acteurs des milieux municipaux étaient présents lors du lancement de cette trousse d’outils.

«Le fait de lancer la trousse aujourd’hui a suscité un intérêt partout à travers le Québec. On a reçu des appels de partout autour de la province, soit d’organismes communautaires, de tables de concertation, d’élus municipaux. comme quoi ils sont intéressés à avoir cet outil», a expliqué Ariane Pichette Neveu, directrice générale par intérim du RQVVS.

Diane Vincent, résidente de Beauceville qui a participé à la recherche de par son expérience de vie, a côtoyé la pauvreté une bonne partie de sa vie. Elle reconnaît que les municipalités en milieu rural n’ont pas toujours les outils nécessaires pour briser l’isolement qui entoure les personnes en situation de pauvreté.

«Il faut aller chercher les gens qui vivent des situations de pauvreté, car ce sont des gens qui vivent beaucoup de solitude. Il faut leur tendre la main et les suivre à leur rythme», a tenu à souligner Mme Vincent. 

Pour la directrice générale par intérim, il faut offrir cette trousse au plus grand nombre de municipalités.

«On souhaite l’amener plus loin, aller directement dans les municipalités qui la demanderont et la présenter dans leurs locaux. On veut susciter des réflexions et des discussions autour du sujet», a lancé Mme Pichette Neveu. 

Les chercheuses se disent satisfaites de voir un impact aussi direct et rapide, car elles souhaitent changer les choses. «On avait vraiment comme objectif que l’ensemble de nos projets ne demeurent pas sur les tablettes, mais atterrissent directement sur le terrain», a conclu Loraine Gaudreau.

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.