Avec sept étudiantes en soins infirmiers comme lui et deux professeures, Antonin Giguère a réalisé un satge de deux semaines dans un dispensaire des Caraïbes. CRÉDIT : COURTOISIE

Sept étudiantes, un étudiant et deux professeures en technique de Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon ont aidé à soigner 582 patients lors d’un voyage humanitaire à Haïti, en 2018. Un voyage qui a changé le regard d’Antonin Giguère, futur infirmier parti pour la seconde fois sur ce territoire des Caraïbes.

Après des désistements, il restait de la place pour partir effectuer un stage de deux semaines en soins infirmiers dans un dispensaire d’Haïti. Antonin Giguère n’a pas hésité. Il connaissait déjà le pays pour y être parti l’année d’avant avec un organisme de coopération internationale du cégep, Amitié Haïti-Lévis.

Pour financer leur voyage, il a d’abord pris part, avec les autres participantes, à plusieurs activités de financement afin de réunir les 30 000 $ nécessaires. Chacun des étudiants a aussi apporté une contribution de 500 $, sur ses propres deniers.

«L’argent amassé payait notre hébergement, notre nourriture, et aussi les soins qu’on donnait, les médicaments qu’on offrait et les salaires des médecins et des infirmières en surplus qui étaient là spécialement pour nous», explique Antonin Giguère.

Une fois sur place, les étudiants ont découvert des conditions de travail difficile en raison de la pauvreté qui touche le pays. Pour cette raison, ils ont eu trois jours à la fin de leur séjour à un «sas de décompression» à proximité de la plage, pour se remettre cette aventure pas comme les autres.

«Même si on ne veut pas le voir, c’est une bonne claque dans la face. C’est direct. C’est complètement différent d’ici, au niveau des conditions et du fonctionnement du travail», reconnait Antonin.

Au dispensaire, la journée débutait à 8 heures chaque matin. «Souvent, il y avait une centaine de personnes, des Haïtiens de la région, qui nous attendaient dans la salle de triage», raconte le jeune infirmier.

En équipe de deux, avec une infirmière locale, les étudiants participaient d’abord au triage des patients qui permet d’identifier les cas les plus urgents. Ils déposaient ensuite les dossiers qui seraient repris par les médecins pour faire les évaluations et prescrire des médicaments.

«Quand on avait un patient dont le cas clinique nous intéressait, on accompagnait le médecin et on allait faire les examens avec lui. C’était vraiment intéressant», se remémore-t-il.

Pendant ce stage, les étudiants ont ainsi beaucoup observé les professionnels et découvert comment les choses se passent et se font dans un autre contexte. Ils ont tout de même pu pratiquer différents actes de base appris pendant leur formation.
«On voit comment le personnel s’organise avec ce qu’il a, parce qu’il n’a pas souvent les ressources nécessaires pour traiter les problèmes de façon efficace et à long terme», constate Antonin.

De son expérience, il a appris le travail en équipe et la compréhension. «Je suis plus patient. J’accepte plus les différences aussi, ça a ouvert mon esprit à d’autres façon de penser.» Mais surtout, la débrouillardise.

«Quelqu’un est entré au dispensaire. Il avait reçu une roche et pris une débarque en moto. Je suis arrivé pour le piquer et je n’avais pas de garrot. J’en avais besoin sinon, je ne pouvais pas le faire. L’infirmière a juste pris un gant puis elle l’a attaché. Ici, je n’y aurais pas pensé, mais là-bas, c’est le genre de chose qu’on apprend», illustre-t-il.

À l’avenir, Antonin aimerait travailler à l’international, pour la Croix-Rouge, les Forces armées canadiennes ou Infirmières sans frontière, par exemple, afin de renouveler l’expérience, même s’il n’entend pas en faire une carrière.

Les plus lus

Une programmation éclatée au quai Paquet

Amateurs lévisiens de musique, d’humour, de houblon, de bouffe et de spectacles lumineux seront biens servis cet été grâce à la programmation estivale des activités présentées au quai Paquet, dévoilée lors d’une conférence de presse de la Ville de Lévis le 29 mai.

Une machine distributrice spécialisée au Collège de Lévis

Le Bazar étudiant du Collège de Lévis, une friperie gérée par les élèves pour les élèves du Collège basée sur le modèle entrepreneurial d’une coopérative, a mis sur pied une machine distributrice à matériel scolaire et produits d’hygiène, au Collège, le 10 avril dernier.

Parachutisme Atmosphair ouvert au dialogue

Après 25 ans d’opération à l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome, le centre de parachutisme a déménagé à Pintendre. Depuis plusieurs années, ce type d’activité dans le secteur est remis en cause par la Ville de Lévis. Le centre dispose pourtant des autorisations, délivrées par Transports Canada, nécessaires pour opérer.

Denis Sonier n'est plus

Bien connu dans la région par ses nombreuses implications, le Lévisien Denis Sonier est décédé à l'âge de 80 ans, vendredi dernier, des suites d'un cancer du pancréas.

Cégep de Lévis-Lauzon : une bibliothèque flambant neuve

Le Carrefour de l’information du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) accueille de nouveau les étudiants. Deux années de rénovation et 6,1 M$ d’investissement ont été nécessaires pour moderniser complètement l’espace de travail. La bibliothèque a été officiellement inaugurée le 15 mai.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Ouverture ce week-end de la Grande plée Bleue

La Ville de Lévis a annoncé, le 4 juin, que la Grande plée Bleue ouvrira ses portes dès ce samedi.

Ouvert ou fermé lundi?

La Ville de Lévis a dévoilé, le 10 mai, les modifications à l’horaire des services municipaux pendant le congé de la Journée nationale des patriotes du lundi 20 mai prochain. 

Week-end festif à Lévis

En plus de pouvoir profiter d’une belle fin de semaine côté température grâce à la bonté de Dame nature, les Lévisiens ont pu célébrer l’arrivée prochaine de l’été lors de nombreuses activités, le week-end dernier.

Le coup de feu du Régiment de la Chaudière

Le 6 juin 1944, 150 000 soldats alliés débarquaient sur les plages de Normandie afin de libérer l’Europe du joug nazi, dont près de 900 membres du Régiment de la Chaudière. 75 ans plus tard, le régiment basé à Lévis commémore sa participation à cet événement historique. Deux de ses membres ont bien voulu partager au Journal la petite histoire des exploits de la seule unité canadienne-française aya...