Avec sept étudiantes en soins infirmiers comme lui et deux professeures, Antonin Giguère a réalisé un satge de deux semaines dans un dispensaire des Caraïbes. CRÉDIT : COURTOISIE

Sept étudiantes, un étudiant et deux professeures en technique de Soins infirmiers du Cégep de Lévis-Lauzon ont aidé à soigner 582 patients lors d’un voyage humanitaire à Haïti, en 2018. Un voyage qui a changé le regard d’Antonin Giguère, futur infirmier parti pour la seconde fois sur ce territoire des Caraïbes.

Après des désistements, il restait de la place pour partir effectuer un stage de deux semaines en soins infirmiers dans un dispensaire d’Haïti. Antonin Giguère n’a pas hésité. Il connaissait déjà le pays pour y être parti l’année d’avant avec un organisme de coopération internationale du cégep, Amitié Haïti-Lévis.

Pour financer leur voyage, il a d’abord pris part, avec les autres participantes, à plusieurs activités de financement afin de réunir les 30 000 $ nécessaires. Chacun des étudiants a aussi apporté une contribution de 500 $, sur ses propres deniers.

«L’argent amassé payait notre hébergement, notre nourriture, et aussi les soins qu’on donnait, les médicaments qu’on offrait et les salaires des médecins et des infirmières en surplus qui étaient là spécialement pour nous», explique Antonin Giguère.

Une fois sur place, les étudiants ont découvert des conditions de travail difficile en raison de la pauvreté qui touche le pays. Pour cette raison, ils ont eu trois jours à la fin de leur séjour à un «sas de décompression» à proximité de la plage, pour se remettre cette aventure pas comme les autres.

«Même si on ne veut pas le voir, c’est une bonne claque dans la face. C’est direct. C’est complètement différent d’ici, au niveau des conditions et du fonctionnement du travail», reconnait Antonin.

Au dispensaire, la journée débutait à 8 heures chaque matin. «Souvent, il y avait une centaine de personnes, des Haïtiens de la région, qui nous attendaient dans la salle de triage», raconte le jeune infirmier.

En équipe de deux, avec une infirmière locale, les étudiants participaient d’abord au triage des patients qui permet d’identifier les cas les plus urgents. Ils déposaient ensuite les dossiers qui seraient repris par les médecins pour faire les évaluations et prescrire des médicaments.

«Quand on avait un patient dont le cas clinique nous intéressait, on accompagnait le médecin et on allait faire les examens avec lui. C’était vraiment intéressant», se remémore-t-il.

Pendant ce stage, les étudiants ont ainsi beaucoup observé les professionnels et découvert comment les choses se passent et se font dans un autre contexte. Ils ont tout de même pu pratiquer différents actes de base appris pendant leur formation.
«On voit comment le personnel s’organise avec ce qu’il a, parce qu’il n’a pas souvent les ressources nécessaires pour traiter les problèmes de façon efficace et à long terme», constate Antonin.

De son expérience, il a appris le travail en équipe et la compréhension. «Je suis plus patient. J’accepte plus les différences aussi, ça a ouvert mon esprit à d’autres façon de penser.» Mais surtout, la débrouillardise.

«Quelqu’un est entré au dispensaire. Il avait reçu une roche et pris une débarque en moto. Je suis arrivé pour le piquer et je n’avais pas de garrot. J’en avais besoin sinon, je ne pouvais pas le faire. L’infirmière a juste pris un gant puis elle l’a attaché. Ici, je n’y aurais pas pensé, mais là-bas, c’est le genre de chose qu’on apprend», illustre-t-il.

À l’avenir, Antonin aimerait travailler à l’international, pour la Croix-Rouge, les Forces armées canadiennes ou Infirmières sans frontière, par exemple, afin de renouveler l’expérience, même s’il n’entend pas en faire une carrière.

Les plus lus

Trois garderies lévisiennes fermeront dans moins d'une semaine

Des parents de la région ont appris une bien mauvaise nouvelle samedi. Ils devront trouver une nouvelle garderie pour leurs enfants. Les propriétaires des garderies La boîte à magie de Saint-Romuald, La boîte à calin de Charny et La boîte aux sourires de Saint-Jean-Chrysostome, Richard Lemelin et Chantale Cloutier, ont annoncé la fermeture de ces trois garderies privées de leur groupe dès vendredi...

Procédure de fermeture des écoles de la CSDN : une décision qui se prend tôt le matin

La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a dû fermer à de nombreuses reprises ces établissements cet hiver en raison des difficiles conditions climatiques. Mais qu'est-ce qui motive ou pas la fermeture des écoles? Voici un résumé des points qui motivent une telle décision.

Transport en commun : changements en vue dans le centre de Lévis

La Société de transport de Lévis (STLévis) projette de modifier plusieurs parcours dans trois quartiers de l’arrondissement Chutes-de-la-Chaudière-Est, soit à Charny, Saint-Jean-Chrysostome et Saint-Romuald. Les changements désirés par l’organisme paramunicipal permettraient de bonifier, dès cet été, son offre de service.

Deux arrondissements renommés

Chutes-de-la-Chaudière-Est et Chutes-de-la-Chaudière-Ouest pourraient être renommés Etchemin et Chaudière. La Ville en a fait la demande au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Un résident du Vieux-Charny, Alain Tremblay, a fait part de son étonnement au sujet des nouveaux noms choisis par la municipalité à la Ville de Lévis ainsi qu’au Journal.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 27 février 2019

Un résident très connu de Pintendre et bon joueur de hockey a échangé avec ses idoles de jeunesse. Stéphan Dupont, animateur de radio à Énergie, a rencontré les frères Hanson lors du Tournoi pee-wee de Québec (1re photo).

L’ensemble des traitements contre le cancer disponibles à Lévis

En Chaudière-Appalaches, les patients atteints de cancer pourront désormais être pris en charge à Lévis sans avoir à se rendre à Québec, grâce au nouveau Centre régional intégré de cancérologie (CRIC) situé à l’Hôtel-Dieu.

150 ans pour le Régiment de la Chaudière

2019 est une année importante pour le Régiment de la Chaudière puisque l’unité de réserve qui rassemble des soldats de Lévis, la Beauce, Québec et du Lac-Mégantic fête son 150e anniversaire. Dans le cadre de ses festivités, le Régiment tiendra un souper en l’honneur des anciens et anciennes, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis, le 6 avril prochain.

Fermeture de trois garderies lévisiennes : deux établissements pourraient rester ouverts

Deux des trois garderies lévisiennes qui doivent fermer leurs portes ce vendredi, La boîte à magie de Saint-Romuald et La boîte à câlins de Charny, pourraient rester ouvertes, au grand soulagement des parents des enfants qui fréquentent les trois établissements.

Une adolescente qui fait une différence

Adolescente impliquée dans de nombreuses causes, la Lévisienne Daphnée Gagnon-Beaulé multiplie les bonnes actions pour faire de notre planète un monde meilleur. Récemment, la jeune femme de 16 ans a mis sur pied une pétition demandant que les déversements d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent cessent. Une initiative qui a dépassé les frontières de la province.

Estelle Breton et son plus grand combat

Estelle Breton est une Lévisienne âgée de 40 ans et mère de quatre enfants. Lors de sa dernière grossesse, les médecins ont constaté qu’elle était frappée d’une récidive d’un cancer de la peau vieux de trois ans. Aujourd’hui, quatre enfants dans les bras, elle doit se battre pour sa vie et peine à trouver de l’aide pour assurer les tâches du quotidien.