Le réseau Circuit zéro déchets répertorie des commerçants qui acceptent les contenants des clients, tels que la nouvelle épicerie de vrac à Lévis ouverte à l’automne (1re photo). Sur la deuxième photo, Ann-Sophie Lemieux, fondatrice de Bidon rempli.

Programme d’accompagnement mené par la ville, groupes Facebook, épicerie en vrac et commerçants qui proposent à leurs clients d’apporter leurs propres plats, les pratiques évoluent en même temps que la conscience environnementale se développe.

De plus en plus de citoyens  choisissent un mode de consommation plus respectueux de l’environnement. Fini les sacs d’épicerie jetables, les emballages en plastique non recyclables et autres contenants à usage unique jetés à la poubelle et dont la durée de vie n’excède pas le temps de trajet de retour à la maison. 

«L’important, c’est d’y aller à son rythme. Des fois, ça fait peur aux gens, car ils pensent que zéro déchet c’est ‘’pas de déchets’’. C’est tendre vers, une étape à la fois, conseille Ann-Sophie Lemieux, fondatrice de l’épicerie Bidon rempli à Lévis qui a ouvert à l’automne. Quand on tombe dans le bain, on a le goût d’en faire plus et d’en apprendre plus. Il ne faut pas se stresser si on oublie sa tasse à café!».

Dans une épicerie en vrac, les clients apportent leurs contenants, plats, bocaux ou sacs réutilisables, les pèsent à l’entrée puis à nouveau une fois remplis de la quantité choisie du produit. 

Réduire les emballages

«Le but, c’est vraiment de réduire les emballages plastiques. Mes producteurs sont le plus possible locaux, bio et équitables pour rester dans les valeurs environnementales», explique la propriétaire de l’épicerie écologique et orientée zéro déchet.

Une épicerie en vrac propose des produits secs tels que les légumineuses, grains, céréales, noix, fruits séchés, farines et flocons, ainsi que des huiles et vinaigres balsamiques, des produits ménagers et corporels. À Lévis, on trouve aussi des articles écologiques pour la vie courante comme les pailles réutilisables, les essuies et les protections périodiques réutilisables.

Adopter de nouvelles pratiques

Consommer zéro déchet demande un peu plus d’organisation. Pour faciliter l’adoption de ces nouvelles pratiques, une solution est de toujours avoir des sacs en tissu et des bocaux prêts dans son auto.

«Comme pour les sacs réutilisables quand on va à l’épicerie, c’est juste un changement d’habitude. C’est quelque chose qui s’intègre tranquillement. Et quand on les oublie, on ne vire pas fou. On fait notre possible!», souligne-t-elle.

Des citoyens et des commerçants impliqués 

Soutenues par la Ville de Lévis, vingt familles ont aussi pris le virage zéro déchet. Au cours de l’année 2018-2019, les foyers sélectionnés à la suite d’un appel à candidatures bénéficient d’un accompagnement, de conseils d’experts, d’ateliers, de réseautage et de ressources pour changer leurs habitudes.

À Lévis, on trouve une quinzaine d’enseignes répertoriées par le Circuit zéro déchet (circuitzerodechet.com) créé en 2018 dans la province par Cindy Trottier. Comptant 260 membres au Québec l’an passé, le réseau a comme objectif de de rassembler en ligne tous les commerces zéro déchet offrant des produits en vrac, mais également ceux plus conventionnels prêts à accommoder les clients dans leurs démarches.

Les commerçants y adhérant acceptent donc les contenants apportés par les clients. Fromagerie, boucherie, boulangerie, poissonnerie, café et restaurant s’y sont mis. Les membres sont reconnaissables grâce à l’autocollant Ici, nous acceptons vos contenants réutilisables propres pour le service! Une affichette, généralement apposée dans la vitrine ou sur un mur, explique comment s’y prendre. 
Les commerçants ont le droit de les utiliser en respectant les règles établies par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Une procédure à utiliser pour servir un clients dans son propre plat a été établie. Les contenants doivent être propres, non fissurés, certifiés alimentaires, sans étiquette et il est conseillé de les transporter fermés. Alors en 2019, plats et bocaux découvrent une nouvelle utilisation et prennent une deuxième vie. 

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.