Irène et Marielle (à droite) présentent avec humour un Québec vu par les Français. CRÉDIT : COURTOISIE

Elles ont quitté la France pour le Québec. L’une est arrivée il y a 17 ans, l’autre l’a rejointe quatre ans plus tard. Toutes deux sont passées par ce parcours que les immigrants ont à réaliser, avec ses adaptations, ses embûches, ses surprises et ses défis. Les sœurs Lumineau publient Icitte aux éditions Guy Saint-Jean, un livre destiné aux Français qui s’installent dans la Belle Province. Sortie prévue le 13 mars.

Franchir les étapes sur le chemin de l’immigration, c’est comme traverser les saisons, l’une après l’autre, avec leur lot d’aléas, de joies et de difficultés. Pour Marielle, aujourd’hui installée à Lévis, et Irène, à Saint-Gilles, l’image est celle qui représente le mieux les différentes phases par lesquelles chaque personne qui arrive en terre étrangère passe pour s’adapter à sa nouvelle réalité. Les auteures ont ainsi divisé leur ouvrage en quatre parties, été, automne, hiver et printemps.

Le livre s’ouvre sur la saison estivale, à l’image de la période d’euphorie vécue par les nouveaux arrivants. «Quand on arrive, on est très heureux», se souvient Marielle. C’est aussi le moment où les premières nouveautés sautent aux yeux des immigrants, comme les nouvelles règles de circulation ou la taille des autos. «Presque toute est plus gros icitte» est devenu l’un des chapitres qui composent la section ainsi que le code de la route.

Puis vient l’installation, symbolisé par l’automne. Voici arrivé le temps de prendre le chemin de l’école ou des études, de se trouver un travail. «Et ici, on se rend compte que ce n’est pas pareil qu’en France. Le réseau est extrêmement important», note Marielle.

Maman, elle a découvert que même une liste de fournitures scolaires pouvait s’avérer bien plus compliquée qu’elle n’en a l’air.

«On s’est aperçu qu’à la rentrée, le matériel scolaire c’est tout un monde. Irène n’a pas d’enfant en âge scolaire. Donc, elle a catché ça quand elle est venue chez moi et que je lui ai montré. On a bien rigolé, s’amuse-t-elle. Les premières fois, j’ai demandé à mes amies pour demander ce que c’était cette affaire-là. Je ne savais même pas ce que c’est!»

L’hiver, le temps de la nostalgie

 Quand l’hiver s’installe avec la neige et les températures glacées, le vague à l’âme peut se faire sentir. «On se rend compte qu’on a un peu de nostalgie, que ce n’est pas si simple. On est loin, il fait froid», raconte Marielle. Certains peuvent alors prendre la décision de rentrer en France.

Icitte présente alors un témoignage, parmi d’autres dans le livre, sous forme de lettre d’une personne qui est repartie et comment elle l’a vécu. Un retour qui n’avait pas forcément été prévu et qui n’est pas si simple. «Le Québec n’est pas non plus un eldorado et ce n’est pas fait pour tout le monde. On a le droit de ne pas s’y sentir bien et de retourner chez soi si on n’est pas bien», rappelle-t-elle.

Finalement, «on a décidé de rester. C’est aussi un moment où on se dit la neige est partie, l’hiver et le froid ça s’arrête à un moment donné. Donc, on peut s’intégrer d’une autre façon», observe la Lévisienne. Le printemps est enfin là. La période d’adaptation commence. «Trouver des amis ici, c’est tout un défi. On ne les trouve pas de la même façon et ça peut être extrêmement long. Il ne faut pas se décourager», encourage-telle.

Celle qui travaille à soutenir les entrepreneurs sait de quoi elle parle. «Ce que je voudrais dire aux gens, aux Français comme à tous les immigrants, quand tu arrives ici, implique-toi. Trouve des façons d’aller rencontrer des gens, même si tu ne travailles pas. Toutes les implications que j’ai eues m’ont apporté quelque chose, m’ont permis de trouver une job ou de rencontrer des gens.»

Un livre né d’un sondage

 Pour écrire cet ouvrage, Marielle et Irène se sont appuyées sur les résultats d’un sondage mené auprès de la communauté française du Québec via leurs réseaux et les groupes de Français. Elles leur ont demandé pourquoi ils étaient venus, comment ils percevaient le Québec avant leur venue et après, ainsi que leur perception des Québécois, leurs défis, leurs difficultés, ce qu’ils apprécient le plus, leurs manques et bien d’autres commentaires.

Grâce à ces réponses ainsi qu’à la somme de leurs expériences et de leur vécu, les sœurs Lumineau ont créé cet ouvrage à leur image, drôle, incisif et surtout pratique.

«Ce livre, c’est deux Françaises un peu folles qui ont décidé de faire rire le monde, mais aussi de dédramatiser et de voir le Québec d’une autre façon. L’immigration, ce n’est vraiment pas facile. Quand on arrive ici, on se dit : ‘‘Ah, c’est facile. Ici, on parle français.’’ Sauf que la similitude, c’est juste la langue. Et encore! Avec plein de bémols.»

Au delà de l’ouvrage, Marielle et Irène espèrent rassembler une communauté et tisser des liens entre des personnes qui ont vécu une expérience commune. Loin de s’arrêter aux mots, leur humour se retrouve aussi sur Internet à travers de petites vidéos à découvrir sur la page Facebook d’Icitte, où les sœurs se mettent en scène dans des lieux ou des situations typiquement d’ici. Avec autodérision et facéties, les sœurs Lumineau disent leur amour pour le Québec et appuie là où ça fait rire. 

Les plus lus

Le CHSLD Chanoine-Audet teste de nouveaux ratios

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

L'urgence du Centre Paul-Gilbert rouvrira en soirée la semaine

Comme promis par la Coalition avenir Québec (CAQ), l’urgence du Centre Paul-Gilbert sera en mesure de reprendre en partie ses heures d’ouvertures habituelles à partir du lundi 11 février grâce à l'arrivée de nouveaux médecins. Toutefois, la reprise de service annoncée le 6 février par le CISSS Chaudière-Appalaches ne sera possible qu'en semaine.

Lévis, attache ta tuque : la programmation dévoilée

Le Vieux-Lévis se transformera en terrain de jeu hivernal les 9 et 10 février prochains à l’occasion de l’événement Lévis, attache ta tuque. Le temps d’une fin de semaine, l’ambiance carnavalesque gagnera les rues de la ville avec une multitude d’activités pour petits et grands.

Une demande trop élevée pour la STLévis

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Avis de ne pas consommer des fèves au canard et à l'érable vendues au Marché Carrier

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec le Marché Carrier (798, route du Président-Kennedy à Pintendre), avise la population de ne pas consommer des fèves au canard et érable, les unités vendues jusqu'au 23 janvier en format de 500 ml. En effet, ce produit ne comporte pas sur son contenant la mention «Garder réfrigéré» qui est exigée.

Des élèves de Lévis s’envoleront pour le Grand Nord

À plus de 2 000 kilomètres d’ici, au nord du Québec, se trouve un petit village nommé Quaqtaq. Dans cette communauté inuite de quelques centaines d’habitants, 17 élèves et 2 enseignantes de l’école Guillaume-Couture de Lévis passeront une semaine, du 27 mars au 3 avril, et iront à la rencontre des habitants du Nunavik et de leur mode de vie.

Demandes de démolitions en débat

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Lévis ne sait plus où mettre la neige

La capacité des sites de dépôt et des terrains privés à recevoir la neige est à son maximum en raison des fortes précipitations des dernières semaines. Sans compter, les 40 centimètres supplémentaires que pourrait amener la tempête hivernale à partir de ce soir et jusqu'à demain.

Une prestigieuse bourse pour un génie lévisien

Depuis septembre, Marc-André Bégin, un étudiant en génie mécanique originaire de Lévis, a amorcé des études de doctorat au réputé Massachusetts Institute of Technology (MIT) grâce à l’obtention d’une prestigieuse aide financière américaine, la bourse Fulbright.

Policier de père en fils

Le 18 janvier dernier, le Lévisien Gabriel Teed a obtenu son diplôme de l’École nationale de police du Québec, située à Nicolet.