Gaston Cadrin (1re photo) et Michel Boutin (2e photo) ont présenté leurs arguments devant le conseil municipal.

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Une séance extraordinaire du conseil municipal s’est tenue le 21 janvier à l’hôtel de ville afin de procéder à l’audition de l’appel de la décision prise par le comité de démolition autorisant la destruction des bâtiments situés au 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert. C’est lors de la séance publique du 11 octobre dernier que le comité avait rendu un avis favorable aux demandes présentées en 2016 par le promoteur Michel Boutin, également résident du numéro 57.

Cette décision autorisant la démolition a ensuite fait l’objet d’un appel déposé par Clément Locat, président du Comité patrimoine de la Fédération Histoire Québec, et Gaston Cadrin, vice-président environnement et patrimoine du Groupe d’initiative et de recherches appliquées au milieu (GIRAM). Tous deux ont été entendus lors de l’audition de l’appel ainsi que le promoteur Michel Boutin, accompagné de l’ingénieur Marcel LeBlanc et de l’architecte Pierre Martin. Plusieurs citoyens ont finalement pris la parole, ainsi que Pierre-Paul Sénéchal, président du GIRAM.

Une part de la culture

 «Lévis est un établissement ancien avec une longue occupation du territoire et possède donc de nombreux bâtiments anciens. C’est une richesse pour un milieu qui vient aussi avec des obligations. Le bâti ancien est l’élément le plus important de notre culture matérielle. Pour notre organisme, ça contribue à la valeur d’une société, au témoignage de notre culture et de notre histoire», a rappelé Clément Locat.

Si dans sa réflexion la Fédération Histoire Québec a considéré chaque bâtiment et veut mettre l’accent sur la protection du patrimoine, elle veut attirer l’attention sur le numéro 63 en raison de sa valeur patrimoniale. Caractéristique des maisons d’ouvrier et d’artisan, la bâtisse est en effet l’une des plus anciennes du secteur, «possède une très belle qualité architecturale et elle est incluse dans l’inventaire du patrimoine de la ville». L’atelier adjacent est par ailleurs unique sur le territoire.

«Posez-vous la question. Est-ce qu’il n’y aurait pas des promoteurs qui achètent des maisons et qui les laissent à l’abandon, qui arrêtent de les chauffer? Ça coule un peu, ils ne les réparent pas. Et ils veulent dans le fond les démolir. Le promoteur a acheté une maison en 2012, la petite rouge, la petite blanche en 2014. Est-ce qu’il a fait des travaux? Est-ce qu’il a été un propriétaire diligent? Est-ce qu’il a utilisé le principe de précaution pour conserver ces maisons? Pas sûr. Il n’a rien fait», s’est indigné Gaston Cadrin, tout en regrettant que l’absence d’occupation d’une maison pèse aussi fort, selon lui.

Pas d’alternative à la démolition

 S’appuyant sur son expérience de la restauration de la maison Gomin à Québec, «un bâtiment qui n’a pas de valeur, c’est difficile de dire qu’il en a», a répondu Michel Boutin à propos des trois maisons concernées par la demande de démolition. Le promoteur a estimé qu’il n’y a rien de nouveau au dossier puisque l’expertise réalisée à sa demande, puis la contre-expertise faite à la demande de la Ville, sont arrivées aux mêmes conclusions.

Le numéro 51 présente ainsi des problèmes de structure et se trouve très endommagé par des infiltrations d’eau ainsi que des moisissures. Des constatations rappelées par Marcel LeBlanc pendant la séance qui estime qu’aucun élément n’est récupérable à cause de la contamination fongique importante. Quant au 63, l’ingénieur a expliqué que les fondations sont instables et la structure en bois abimée. Il n’y a donc pour lui pas d’alternative à la démolition. Ce sont d’ailleurs sur ces observations que s’était basé le comité pour justifier sa décision.

Les plus lus

Une lettre inquiétante envoyée à la mosquée de Lévis

Selon le professeur en philosophie et blogueur montréalais Xavier Camus, la mosquée de Lévis a reçu un message troublant la semaine dernière.

Les chauffeurs de taxi de Lévis en grève lundi

À l'instar de leurs collègues de Montréal et de Québec, les chauffeurs de taxi de Lévis seront en grève lundi.

Combattre le cancer pas à pas

Organisée par la Société canadienne du cancer, la 14e édition du Relais pour la vie de Lévis aura lieu au Stade Georges-Maranda, dans la nuit du 1er au 2 juin prochains. L’organisation souhaite attirer au moins 70 équipes à participer à l’événement et amasser 210 000 $ pour la recherche médicale entourant ce fléau.

Bienville et Lauzon 100 % automatisés

À partir du 10 juin, les services au comptoir des centres de Bienville et Lauzon disparaitront pour être concentrés aux Galeries Chagnon. Entre le 7 mai et le 20 juin, l’ensemble des distributeurs automatiques seront modernisés.

L'échéance pour retirer les abris tempos à Lévis est prolongée

La Ville de Lévis a annoncé, le 17 avril, qu’en raison des conditions hivernales particulières des derniers mois, la date de retrait des abris d’hiver sera exceptionnellement repoussée jusqu'au 12 mai.

Ouvert ou fermé à Pâques?

La Ville de Lévis a dévoilé, le 12 avril, l’horaire des services municipaux pendant le congé de Pâques, du vendredi 19 avril au lundi 22 avril.

La paramédecine communautaire : une alternative

Devant une Chambre de commerce de Lévis (CCL) bondée, Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom, a présenté la conférence Investir dans le réseau ambulancier au Québec, c’est payant, le 3 avril dernier. Celui-ci a mis en lumière la mission de Dessercom, l’histoire de la paramédecine au Québec et a soulevé certaines problématiques pour le futur du milieu.

Le Collège de Lévis fait une différence en Inde

Au cours des deux dernières années, une douzaine d’élèves du Collège de Lévis ont mis la main à la pâte afin de récolter des sous pour permettre la construction de puits en Inde. Ce projet d’éducation à la solidarité internationale a culminé en janvier dernier avec un voyage de 12 jours du groupe dans le sud de ce pays d’Asie.

Bourses à 65 leaders inspirants de l’Université Laval

Trois étudiants de la région font partie des 65 lauréates et lauréats de la 9e cérémonie du Programme de bourses de leadership et développement durable tenue récemment à l’Université Laval.

Un mouvement citoyen créé à Saint-Michel

À la suite de la séance du conseil municipal du 11 mars où des citoyens de Saint-Michel-de-Bellechasse ont contesté l’augmentation des salaires et des allocations de dépenses des élus municipaux, un regroupement de citoyens a été créé le 18 mars. Ce mouvement en a fait l’annonce via un communiqué de presse le 26 mars.