Bondés, les autobus du parcours L3 doivent laisser des usagers dans l’attente et ne répondent pas à la demande selon l’un de ses utilisateurs. CRÉDIT : MARCOS CARDOSO

Le parcours du Lévisien-3 (L3) de la Société de transport de Lévis (STLévis), reliant le terminus de la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à l’Université Laval à Québec via la route des Rivières, semble débordé aux heures de pointe et doit laisser dans l’attente certains usagers.

Cet autobus qui permet un passage entre Lévis et Québec a un horaire adapté à la réalité des travailleurs. Il dessert les arrêts entre Saint-Étienne-de-Lauzon et l’Université Laval aux 15 minutes entre 6h et 8h30 et entre 15h et 18h.

Selon Marcos Cardoso, usager du parcours L3, ce service faillit souvent à la tâche. Il affirme que l’autobus est soit en retard ou trop plein. «Ce matin (28 janvier), il faisait -19 °C avec une sensation de -33 °C. L’autobus suivant est passé 40 minutes après. Pas drôle de se lever à 6h du matin pour être laissé au bord du chemin pendant 40 minutes à une telle température», déplore-t-il.

En effet, l’homme a constaté que l’autobus est fréquemment en retard et qu’il laisse plusieurs usagers dans l’attente, car il est souvent plein. Alors, par mesure de sécurité, le chauffeur ne peut pas les laisser monter dans l’autobus et les usagers doivent attendre le prochain.

Mario Fortier, président de la STLévis, assure que cela doit être une situation «exceptionnelle» étant donné que les autobus remplis devraient être suivis par un doublon qui permet aux usagers de ne pas devoir attendre au prochain passage prévu à l’horaire.

Toutefois, M. Cardoso a constaté cette situation à maintes reprises et il en a d’ailleurs déjà fait mention auprès du service à la clientèle de la STLévis. Selon l’usager, l’autobus L3 est souvent «plein à craquer» autant à l’heure de pointe en avant-midi qu’en après-midi.

Un problème sur la route des Rivières

 De plus, M. Cardoso ajoute que plusieurs véhicules ne respectent pas la réglementation des voies réservées de la route 116 qui favorise le covoiturage et le transport en commun. Selon lui, cette problématique est probablement ce qui cause le retard fréquent des autobus. Celui-ci déplore la non-action de la STLévis et le manque de surveillance policière sur cette route.

«Il est difficile de faire la bonne chose qu’est de laisser la voiture à maison et utiliser le transport en commun, si le service n’est pas fiable», explique-t-il.

Une surprise pour la STLévis

 Étonné par cette situation, M. Fortier affirme que son équipe se penchera sur le sujet. Selon les chiffres que la STLévis a observés, le service de transport en commun est en santé à Lévis et le nombre d’usagers ne cesse d’augmenter.

«On est victime de notre succès, je pense, mais on souhaite toujours s’améliorer. On ne peut pas laisser des gens attendre dans le froid comme ça, ça n’encourage personne à utiliser les services de transport en commun», conclut le président de la STLévis.

Les plus lus

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Une programmation éclatée au quai Paquet

Amateurs lévisiens de musique, d’humour, de houblon, de bouffe et de spectacles lumineux seront biens servis cet été grâce à la programmation estivale des activités présentées au quai Paquet, dévoilée lors d’une conférence de presse de la Ville de Lévis le 29 mai.

Parachutisme Atmosphair ouvert au dialogue

Après 25 ans d’opération à l’aérodrome de Saint-Jean-Chrysostome, le centre de parachutisme a déménagé à Pintendre. Depuis plusieurs années, ce type d’activité dans le secteur est remis en cause par la Ville de Lévis. Le centre dispose pourtant des autorisations, délivrées par Transports Canada, nécessaires pour opérer.

Denis Sonier n'est plus

Bien connu dans la région par ses nombreuses implications, le Lévisien Denis Sonier est décédé à l'âge de 80 ans, vendredi dernier, des suites d'un cancer du pancréas.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Week-end festif à Lévis

En plus de pouvoir profiter d’une belle fin de semaine côté température grâce à la bonté de Dame nature, les Lévisiens ont pu célébrer l’arrivée prochaine de l’été lors de nombreuses activités, le week-end dernier.

Ouverture ce week-end de la Grande plée Bleue

La Ville de Lévis a annoncé, le 4 juin, que la Grande plée Bleue ouvrira ses portes dès ce samedi.

Des patients hébergés à proximité de l’Hôtel-Dieu dès 2020

La construction d’une hôtellerie hospitalière sur la rue Wolfe à Lévis a commencé début juin. Les trente chambres devraient accueillir leurs premiers locataires, des patients suivis en radiothérapie ou d’autres traitements répétés qui impliquent des déplacements fréquents, en février ou mars prochain.

Le coup de feu du Régiment de la Chaudière

Le 6 juin 1944, 150 000 soldats alliés débarquaient sur les plages de Normandie afin de libérer l’Europe du joug nazi, dont près de 900 membres du Régiment de la Chaudière. 75 ans plus tard, le régiment basé à Lévis commémore sa participation à cet événement historique. Deux de ses membres ont bien voulu partager au Journal la petite histoire des exploits de la seule unité canadienne-française aya...