Roxane Blanchet, porte-parole du comité organisateur Engagez-vous pour le communautaire de Chaudière-Appalaches qui regroupe des d’organismes de la région.

Des organismes communautaires de Chaudière-Appalaches ont participé à la manifestation qui se tenait à Québec, ce 20 février, dans le cadre de la Journée mondiale pour la justice sociale. Aux côtés des groupes syndicaux, écologistes et étudiants de la Capitale-Nationale, ils ont réclamé un budget pour la justice et l’équité sociale.

À la veille du budget provincial, les organismes en action communautaire autonome de Chaudière-Appalaches ont uni leurs voix à celles d’autres organismes de la province pour demander un réinvestissement dans les services publics, les programmes sociaux et le communautaire, des conditions de travail décentes avec un salaire horaire minimum de 15 $, la rémunération des stages, des mesures majeures contre les changements climatiques et la lutte contre toute forme de discrimination.

«On est plusieurs à s’inquiéter des intentions du gouvernement Legault d’aller de l’avant avec de nouvelles compressions au niveau de plusieurs ministères, alors qu’il nage dans les surplus, a souligné Roxane Blanchet, porte-parole du comité organisateur Engagez-vous pour le communautaire de Chaudière-Appalaches qui regroupe une dizaine d’organismes en action communautaire autonome de la région. Ce qu’on constate sur le terrain, c’est que les besoins sont criants. Après des années d’austérité, ce dont on a besoin, c’est d’un réinvestissement significatif dans nos services publics et nos programmes sociaux.»

Transformation sociale, équité ou encore respect des droits humains font partie des composantes de la justice sociale. Les organismes qui œuvrent en ce sens interviennent dans la lutte contre la pauvreté, contre les violences conjugales, en matière de logement, pour soutenir les jeunes, défendre les personnes assistées socialement et d’autres enjeux.

«Depuis des années, on connait une situation de sous financement. Avec le dernier budget, il y a eu des bonnes nouvelles. Mais c’est très peu par rapport à ce qui était demandé. La campagne Engagez-vous pour le communautaire demandait 475 M$ pour l’ensemble des groupes d’action communautaire autonome. On estime qu’on a reçu le dixième de ce montant. C’est clairement insuffisant», a ajouté Roxane Blanchet.

En plus du financement des organismes, ce sont les besoins en investissements dans les services publics et les programmes sociaux qui sont mis de l’avant. «L’action communautaire autonome est complémentaire. On ne peut pas pallier les compressions que sont en train de vivre l’ensemble (des services publics)», a rappelé la coordonnatrice.

L’action communautaire autonome

Adoptée en 2001 la politique gouvernementale L’action communautaire : une contribution essentielle à l’exercice de la citoyenneté et au développement social du Québec a défini l’action communautaire autonome selon huit critères.

Les organismes d’action communautaire sont à but non lucratif, enracinés dans la communauté, entretiennent une vie associative et démocratique et sont libres de déterminer leur mission, leurs approches, leurs pratiques et leurs orientations.

 S’ajoutent quatre critères à la définition des organismes d’action communautaire autonome (ACA) :
- avoir été constitué à l’initiative des gens de la communauté;
- poursuivre une mission sociale qui lui soit propre et qui favorise la transformation sociale;
- faire preuve de pratiques citoyennes et d’approches larges, axées sur la globalité de la problématique abordée;
- être dirigé par un conseil d’administration indépendant du réseau public.

Les plus lus

Procédure de fermeture des écoles de la CSDN : une décision qui se prend tôt le matin

La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a dû fermer à de nombreuses reprises ces établissements cet hiver en raison des difficiles conditions climatiques. Mais qu'est-ce qui motive ou pas la fermeture des écoles? Voici un résumé des points qui motivent une telle décision.

Une lettre inquiétante envoyée à la mosquée de Lévis

Selon le professeur en philosophie et blogueur montréalais Xavier Camus, la mosquée de Lévis a reçu un message troublant la semaine dernière.

Deux arrondissements renommés

Chutes-de-la-Chaudière-Est et Chutes-de-la-Chaudière-Ouest pourraient être renommés Etchemin et Chaudière. La Ville en a fait la demande au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Un résident du Vieux-Charny, Alain Tremblay, a fait part de son étonnement au sujet des nouveaux noms choisis par la municipalité à la Ville de Lévis ainsi qu’au Journal.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 27 février 2019

Un résident très connu de Pintendre et bon joueur de hockey a échangé avec ses idoles de jeunesse. Stéphan Dupont, animateur de radio à Énergie, a rencontré les frères Hanson lors du Tournoi pee-wee de Québec (1re photo).

Les chauffeurs de taxi de Lévis en grève lundi

À l'instar de leurs collègues de Montréal et de Québec, les chauffeurs de taxi de Lévis seront en grève lundi.

L’ensemble des traitements contre le cancer disponibles à Lévis

En Chaudière-Appalaches, les patients atteints de cancer pourront désormais être pris en charge à Lévis sans avoir à se rendre à Québec, grâce au nouveau Centre régional intégré de cancérologie (CRIC) situé à l’Hôtel-Dieu.

150 ans pour le Régiment de la Chaudière

2019 est une année importante pour le Régiment de la Chaudière puisque l’unité de réserve qui rassemble des soldats de Lévis, la Beauce, Québec et du Lac-Mégantic fête son 150e anniversaire. Dans le cadre de ses festivités, le Régiment tiendra un souper en l’honneur des anciens et anciennes, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis, le 6 avril prochain.

Une adolescente qui fait une différence

Adolescente impliquée dans de nombreuses causes, la Lévisienne Daphnée Gagnon-Beaulé multiplie les bonnes actions pour faire de notre planète un monde meilleur. Récemment, la jeune femme de 16 ans a mis sur pied une pétition demandant que les déversements d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent cessent. Une initiative qui a dépassé les frontières de la province.

Estelle Breton et son plus grand combat

Estelle Breton est une Lévisienne âgée de 40 ans et mère de quatre enfants. Lors de sa dernière grossesse, les médecins ont constaté qu’elle était frappée d’une récidive d’un cancer de la peau vieux de trois ans. Aujourd’hui, quatre enfants dans les bras, elle doit se battre pour sa vie et peine à trouver de l’aide pour assurer les tâches du quotidien.

Un «effondrement» à prévoir pour le futur

Dans le cadre des activités du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM), l’environnementaliste Harvey Mead viendra discuter des enjeux climatiques et environnementaux de la région, le 24 mars prochain.