La paramédicine serait une alternative pour désengorger le système de santé québécois, selon Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom.

Devant une Chambre de commerce de Lévis (CCL) bondée, Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom, a présenté la conférence Investir dans le réseau ambulancier au Québec, c’est payant, le 3 avril dernier. Celui-ci a mis en lumière la mission de Dessercom, l’histoire de la paramédecine au Québec et a soulevé certaines problématiques pour le futur du milieu.

Le directeur général de Dessercom a souligné les progrès du milieu paramédical au Québec grâce, notamment, à la formation maintenant obligatoire et la mise sur pied d’un registre national des paramédics au Québec.
Il a ensuite pointé plusieurs faits éloquents sur les activités de Dessercom. «On couvre 15 régions administratives au Québec. Dans une année, avec les transports ambulanciers et médicaux, on parcourt 10 059 037 km, l’équivalent de 251 tours de la Terre», a fait valoir Maxime Laviolette. 

Une préoccupation suivied’une solution

L’organisme à but non lucratif qu’est Dessercom a pour mission d’améliorer les soins de santé et le bien-être de la population. C’est pourquoi M. Laviolette a soulevé quelques inquiétudes pour l’avenir des services de la santé au Québec.

Le Recensement de la population de 2016 de Statistique Canada et l’Institut de la statistique du Québec font le constat que d’ici 15 ans, 1 Canadien sur 4 sera âgé de plus de 65 ans. Combiné à cette statistique, le directeur général de Dessercom se penche sur les grands investissements dans le réseau de la santé et des services sociaux qui s’élèvent à 37,8% du budget provincial 2018-2019. 

«Les dépenses ne font qu’augmenter et nous allons finir par frapper un mur si ne nous trouvons pas une alternative», s’est-il inquiété.

Selon l’homme d’affaires, il existe une solution : la paramédicine communautaire. Cette pratique se base sur un apport plus grand des paramédics et des services préhospitaliers d’urgence. C’est un modèle de soins collaboratif conçu pour répondre aux besoins locaux des différentes communautés du Québec. À ses yeux, les paramédics ne sont pas utilisés à leur plein potentiel. La paramédicine communautaire désengorgerait le système de santé et améliorerait la qualité de vie des patients, notamment des aînés. 

M. Laviolette a appuyé ses dires à l’aide de modèles d’autres provinces qui pratiquent déjà la paramédicine comme dans le comté de Renfrew, en Ontario. Avec l’implantation des paramédics communautaires, le comté a vu les appels au 911 réduire de 24%, les visites répétées à l’urgence de 20% et le nombre de patients admis à l’hôpital de 55%. 

Pour le directeur général, les paramédics communautaires pourraient, par exemple, intervenir dans les suivis auprès des patients, offrir des cliniques du mieux-être, faire la vaccination ou les prises de sang. Ainsi, les répercussions se feraient sentir auprès des infirmières qui doivent souvent faire des heures supplémentaires, a prédit Maxime Laviolette. 

Les plus lus

Une lettre inquiétante envoyée à la mosquée de Lévis

Selon le professeur en philosophie et blogueur montréalais Xavier Camus, la mosquée de Lévis a reçu un message troublant la semaine dernière.

Les chauffeurs de taxi de Lévis en grève lundi

À l'instar de leurs collègues de Montréal et de Québec, les chauffeurs de taxi de Lévis seront en grève lundi.

Ouvert ou fermé à Pâques?

La Ville de Lévis a dévoilé, le 12 avril, l’horaire des services municipaux pendant le congé de Pâques, du vendredi 19 avril au lundi 22 avril.

Combattre le cancer pas à pas

Organisée par la Société canadienne du cancer, la 14e édition du Relais pour la vie de Lévis aura lieu au Stade Georges-Maranda, dans la nuit du 1er au 2 juin prochains. L’organisation souhaite attirer au moins 70 équipes à participer à l’événement et amasser 210 000 $ pour la recherche médicale entourant ce fléau.

L'échéance pour retirer les abris tempos à Lévis est prolongée

La Ville de Lévis a annoncé, le 17 avril, qu’en raison des conditions hivernales particulières des derniers mois, la date de retrait des abris d’hiver sera exceptionnellement repoussée jusqu'au 12 mai.

Bienville et Lauzon 100 % automatisés

À partir du 10 juin, les services au comptoir des centres de Bienville et Lauzon disparaitront pour être concentrés aux Galeries Chagnon. Entre le 7 mai et le 20 juin, l’ensemble des distributeurs automatiques seront modernisés.

La paramédecine communautaire : une alternative

Devant une Chambre de commerce de Lévis (CCL) bondée, Maxime Laviolette, directeur général chez Dessercom, a présenté la conférence Investir dans le réseau ambulancier au Québec, c’est payant, le 3 avril dernier. Celui-ci a mis en lumière la mission de Dessercom, l’histoire de la paramédecine au Québec et a soulevé certaines problématiques pour le futur du milieu.

Le Collège de Lévis fait une différence en Inde

Au cours des deux dernières années, une douzaine d’élèves du Collège de Lévis ont mis la main à la pâte afin de récolter des sous pour permettre la construction de puits en Inde. Ce projet d’éducation à la solidarité internationale a culminé en janvier dernier avec un voyage de 12 jours du groupe dans le sud de ce pays d’Asie.

Bourses à 65 leaders inspirants de l’Université Laval

Trois étudiants de la région font partie des 65 lauréates et lauréats de la 9e cérémonie du Programme de bourses de leadership et développement durable tenue récemment à l’Université Laval.

Un mouvement citoyen créé à Saint-Michel

À la suite de la séance du conseil municipal du 11 mars où des citoyens de Saint-Michel-de-Bellechasse ont contesté l’augmentation des salaires et des allocations de dépenses des élus municipaux, un regroupement de citoyens a été créé le 18 mars. Ce mouvement en a fait l’annonce via un communiqué de presse le 26 mars.