Le taux de pénurie des pharmaciens en milieux hospitaliers était à 18 % en Chaudière-Appalaches, en 2018. CRÉDIT : ARCHIVES

Dans le cadre de la tournée provinciale de l’Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES), les représentants de l’association étaient de passage à l’Hôtel-Dieu de Lévis, le 1er mai dernier.

L’objectif de cette tournée provinciale est d’entendre les besoins et constater les réalités des pharmaciens en milieux hospitaliers. «On a mis cette tournée en place à la suite de la grande fusion des établissements de santé en 2015 qui a apporté énormément de changements dans la pratique des pharmaciens», a souligné Linda Vaillant, directrice générale de l’APES.

Les tâches des pharmaciens en milieux hospitaliers se divisent en deux volets. Celui de la distribution des médicaments, un service essentiel de base dans ce genre d’environnement, et celui de l’intervention du pharmacien dans les unités de soin. Selon François Paradis, président de l’APES, c’est ce volet qui permet des soins plus adaptés aux patients. 

Par le biais du pharmacien, on peut prévenir plusieurs situations difficiles chez le patient qui prend plusieurs médicaments par jour et s’assurer d’offrir le médicament le plus adéquat en fonction de l’état de santé de ce dernier, par exemple. Les représentants de l’APES ont souligné aussi l’apport de ces pharmaciens dans les Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

L’APES se retrouve devant un problème majeur : un manque d’effectif depuis le début des années 2000. Ce problème fait en sorte que les milieux hospitaliers doivent réduire les activités de leurs pharmaciens auprès des unités de soin et ainsi, le patient ne bénéficie pas de l’expertise complète des professionnels de la santé.

Un manque de main-d’œuvre depuis trop longtemps

 Au Québec, le taux de pénurie des pharmaciens en milieux hospitaliers se chiffrait à  19 % en 2018, en Chaudière-Appalaches ce taux était sensiblement le même à 18 %. «Il ne manque pas de pharmaciens au Québec, il manque de pharmaciens dans les hôpitaux du Québec», a partagé la directrice générale de l’APES. Plusieurs facteurs ont causé cette situation qui dure depuis près de 15 ans. 

Tout d’abord, très peu d’étudiants en pharmacie font le choix de poursuivre leurs études vers la maîtrise en milieux hospitaliers, on parle de seulement 65 étudiants par année sur une totalité de 400 diplômés. Selon l’APES, un minimum de 100 finissants en pharmacie qui se dirigeraient vers la maîtrise pourrait régler la situation.

Cette problématique est le nerf de la guerre de l’APES, c’est pourquoi plusieurs bourses et programmes d’aide financière sont offerts aux étudiants qui font le choix de poursuivre leurs études à la maîtrise en pharmacie d’hôpital.

De plus, pour contrer ce manque d’effectifs, le gouvernement a établi une échelle salariale concurrentielle aux pharmacies de quartier. L’APES voit un problème derrière cette hausse salariale puisque le gouvernement a permis cette hausse par l’octroi de primes qui constituent 25 % du salaire des pharmaciens en milieux hospitaliers.

«Les primes permettent d’offrir un salaire concurrentiel, mais par définition, les primes ne sont pas permanentes et peuvent être retirées à tout moment. Les finissants sont donc plus inquiets de venir dans les hôpitaux», a expliqué le président de l’APES qui souhaiterait voir réduire ce pourcentage à un minimum de 10 %.

Selon les représentants de l’APES, cette situation doit être réglée le plus rapidement possible puisqu’elle ne tendra qu’à empirer si rien n’est fait. «Le contexte démographique (vieillissement de la population) va faire en sorte qu’on aura de plus en plus besoin de pharmaciens dans les hôpitaux», a conclu Linda Vaillant.

Les plus lus

Un voisin qui dérange à Pintendre

Havre de paix dans le quartier Pintendre, la rue Marie-Antoinette est pour certains de ses résidents un cauchemar éveillé depuis quelques années. En effet, un habitant de cette rue n’entretient pas sa propriété, provoquant plusieurs désagréments chez ses voisins.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

La CSDN claque la porte de la FCSQ

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.

La clé sous la porte pour L’Appart

Le centre de thérapie et de réinsertion sociale L’Appart, situé à Saint-Romuald, s’est retrouvé dans l’obligation de fermer ses portes de façon impromptue en raison de problèmes financiers, le 10 juillet dernier. Les résidents, employés et gestionnaires de l’entreprise l’ont appris seulement cinq jours avant leur départ.

Un manque de logements abordables à Lévis

Malgré un taux d’inoccupation général frôlant le taux d’équilibre avec 3,4 %, certains secteurs de Lévis ne peuvent pas offrir de logements abordables pour de grandes familles ou pour les individus vivants seuls. La famille recomposée de cinq enfants de Mariane Fradet et Patrice Lévesque a eu tout un casse-tête à résoudre afin de trouver un logis pour leur grande famille.

Une fête pour inaugurer l'avenue Bégin revampée

Afin de célébrer les nouveaux aménagements de l’avenue Bégin, la Ville de Lévis invite les Lévisiens à l’inauguration officielle de cette artère du Vieux-Lévis le samedi 6 juillet prochain.

Chaleur : le ministère de la Santé appelle à la vigilance et à la solidarité

Alors qu'un premier épisode de chaleur est annoncé dans plusieurs régions du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a rappelé l'importance de prendre certaines précautions pour améliorer le confort et diminuer les risques pour la santé.

Un Bellechassois à L'amour est dans le pré?

L’amour est dans le pré, V et Attraction Images ont dévoilé l’identité des huit agriculteur(rice)s en lice pour la 8e saison de la populaire téléréalité. Un des agriculteurs retenus pour cette première étape provient de Saint-Anselme.

Changements climatiques : quels impacts sur la santé mentale?

En partenariat avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches ainsi que le Centre de recherche du CISSS de Chaudière-Appalaches, le campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a reçu une subvention de 300 000 $ de Santé Canada afin de réaliser un projet de recherche sur les impacts des événements climatiques extrêmes sur la santé mentale et l...