Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

C’est une enceinte de près de 20 mètres sur 25 dans laquelle les parents n’entrent pas. Au dessus du portail en bois, un nom évocateur en lettres rouges : Lab-Aventure. Derrière les hauts panneaux de bois et de métal, un nouvel univers. Celui des enfants, le leur. Ici, les limites du possible sont repoussées pour laisser libre cours à l’imagination.

Des palettes, des pneus, des bobines et des morceaux de bois n’attendent plus que les projets des enfants pour prendre vie. Un conteneur renferme tout un tas d’objets et de matériaux qui invitent au bricolage et à la création. Et offre un espace abrité. Sur le terrain, il y a aussi un canoë, un piano et un gros tuyau dans lequel rouler. Sans oublier une cabane qui devrait inspirer d’autres constructions.

Inventer son propre jeu

Jouer sans la supervision des parents, à l’extérieur, dans un endroit qui n’est pas organisé par les adultes et avec des enfants de différents âges, c’est à ça que ressemble le concept du jeu libre et permissif sur lequel a été créé le Lab-Aventure par l’entreprise lévisienne d’équipements récréatifs Jambette et le Patro de Lévis.

Devant le constat que les jeunes passent de plus en plus de temps à l’intérieur et utilisent majoritairement des jeux manufacturés conçus pour un âge défini ainsi que des systèmes de divertissement, les concepteurs du projet ont recréé un environnement où chacun peut inventer son propre jeu. Comme lorsque les enfants partaient jouer dehors et pouvait bien aller s’amuser tant qu’ils étaient revenus pour l’heure du souper.

«La liberté» est au cœur du Lab-Aventure qui permet de «retrouver le plaisir de créer avec ce qui traine, développer l’audace et la créativité, mais pas d’une façon structurée», souligne Pascal Brulotte, le directeur général du Patro de Lévis. À peine 15 minutes après l’ouverture des portes, «je vois une cabane qui se construit. Imaginez dans une heure!», observe-t-il.

Développé avec les départements des sciences de l'éducation du campus de l’UQAR à Lévis et l'Université du Québec à Trois-Rivières, ce projet vise aussi à comprendre les principes du jeu libre, tout en cherchant à mieux répondre aux besoins et aux préférences des jeunes. Ainsi, quatre enseignants spécialistes en éducation et en développement de l’enfant mèneront des observations tout l’été afin de documenter les comportements des enfants.

Grandir en prenant des risques

Si l’espace de jeu permet aux enfants de se confronter à un certain niveau de risque, d’apprendre «à se mettre en danger» sur les plans émotionnel et social, c’est pour mieux les laisser se développer et se construire un bagage d’expériences essentielles pour grandir. Toutefois, un animateur sera sur place en tout temps pour veiller à la sécurité des enfants.

«L’animateur a été formé au concept de jeu libre et a appris à ne pas intervenir, explique Pascal Brulotte. Évidemment, s’il y a une notion de dangerosité, l’animateur va savoir jusqu’où attendre avant d’intervenir pour ne pas briser le jeu. Souvent comme adulte, notre dangerosité peut venir vite aujourd’hui!»

Les jeunes qui participent aux camps de jour du Patro pourront profiter du Lab-Aventure tout l’été. À partir du 10 juillet, les mercredis, jeudis et vendredis soirs ainsi que les samedis après-midi, le terrain de jeu sera ouvert gratuitement au public. Une quinzaine d’enfants pourront s’y amuser en même temps et des jeux seront aussi à disposition à l’extérieur.

Les plus lus

Un voisin qui dérange à Pintendre

Havre de paix dans le quartier Pintendre, la rue Marie-Antoinette est pour certains de ses résidents un cauchemar éveillé depuis quelques années. En effet, un habitant de cette rue n’entretient pas sa propriété, provoquant plusieurs désagréments chez ses voisins.

Fête nationale : le programme des festivités

Les célébrations de la Fête nationale du Québec à Lévis se tiendront les 23 et 24 juin dans le Vieux-Lévis, à la Maison natale de Louis Fréchette et dans le quartier de Breakeyville, à l’invitation d’organismes et de citoyens, sous la coordination de la Société nationale des Québécoises et Québécois de Chaudière-Appalaches (SNQCA). À Beaumont, une journée de festivités est prévue le 23.

Un nouvel espace pour jouer librement

Imaginez un terrain de jeu où les enfants pourraient s’amuser librement, sans être surveillés en permanence, se salir, grimper et même, construire des cabanes. À Lévis, ce rêve est devenu réalité. Aménagé sur le terrain du Patro, le Lab-Aventure repose sur le concept du jeu libre.

La CSDN claque la porte de la FCSQ

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.

Une fête pour inaugurer l'avenue Bégin revampée

Afin de célébrer les nouveaux aménagements de l’avenue Bégin, la Ville de Lévis invite les Lévisiens à l’inauguration officielle de cette artère du Vieux-Lévis le samedi 6 juillet prochain.

Un manque de logements abordables à Lévis

Malgré un taux d’inoccupation général frôlant le taux d’équilibre avec 3,4 %, certains secteurs de Lévis ne peuvent pas offrir de logements abordables pour de grandes familles ou pour les individus vivants seuls. La famille recomposée de cinq enfants de Mariane Fradet et Patrice Lévesque a eu tout un casse-tête à résoudre afin de trouver un logis pour leur grande famille.

Chaleur : le ministère de la Santé appelle à la vigilance et à la solidarité

Alors qu'un premier épisode de chaleur est annoncé dans plusieurs régions du Québec, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a rappelé l'importance de prendre certaines précautions pour améliorer le confort et diminuer les risques pour la santé.

Un Bellechassois à L'amour est dans le pré?

L’amour est dans le pré, V et Attraction Images ont dévoilé l’identité des huit agriculteur(rice)s en lice pour la 8e saison de la populaire téléréalité. Un des agriculteurs retenus pour cette première étape provient de Saint-Anselme.

Changements climatiques : quels impacts sur la santé mentale?

En partenariat avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches ainsi que le Centre de recherche du CISSS de Chaudière-Appalaches, le campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a reçu une subvention de 300 000 $ de Santé Canada afin de réaliser un projet de recherche sur les impacts des événements climatiques extrêmes sur la santé mentale et l...

Une unité qui perpétue une tradition lévisienne

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Tout comme une autre unité de la réserve des Forces armées canadiennes basée à Lévis, le Régiment de la Chaudière, le 6e RAC fait honneur à la ville. Pour découvrir ou redécouvrir cette unité, le Journal vous propose une série d’articles sur elle. Pour amorcer la série, no...