Marlène Bouillon avait parcouru 709 kilomètres lorsque le Journal l’a rencontrée, le 30 juillet.

La Lévisienne Marlène Bouillon s’est lancée dans un parcours de 1 000 kilomètres à pied, entre Gaspé et Montréal, afin d’amasser des fonds pour l’organisme Tel-jeunes. Alors qu’elle a amorcé sa marche le 1er juillet, Mme Bouillon devrait arriver à son point final le 11 août.

Ayant elle-même été en contact avec les problèmes de santé mentale chez les jeunes, Marlène Bouillon ne voyait pas un meilleur organisme à aider que Tel-jeunes.

«Tel-jeunes a une ligne pour les jeunes, en plus d’un service de textos et une ligne pour les parents. Quand on met au monde un enfant, il n’y a pas de manuel d’instructions. Si l’enfant développe un problème de santé mentale, on se retrouve encore plus démuni. J’ai choisi Tel-jeunes parce que les deux reçoivent de l’aide. Selon les chiffres qu’on m’a donnés, ce sont 36 000 jeunes qui font appel à Tel-jeunes par année et au moins 12 000 parents», a expliqué Marlène Bouillon qui exerce le métier de nutritionniste.

Mme Bouillon s’est fixé un objectif de 10 000 $ à amasser pour l’organisme. L’objectif a été atteint le 30 juillet. Cependant, Marlène Bouillon espère que les gens continueront à donner afin de dépasser cette somme. C’est un accomplissement de taille pour Marlène Bouillon, qui a longtemps cherché un défi qui inciterait les gens à donner pour la cause. 

«Je participais déjà à des défis d’ultra-endurance. Donc, j’ai de bonnes jambes et je suis habituée à marcher longtemps. Je me suis dit : ‘‘Pourquoi je ne les mettrais pas au service d’une cause?’’. C’est là que m’est venue l’idée. Je savais que ça devait être un défi d’endurance. Je me disais : ‘‘Les gens ne vont pas réagir si c’est trop petit’’. D’ailleurs quand je pensais à faire un 24 heures pour la cause, les gens me disaient : “T’es tellement habituée que tu pourrais faire plus qu’un 24 heures”. Si ceux qui me connaissent prennaient pour acquis qu’un 24 heures ce n’est rien, je n’amasserai jamais de fonds. Donc, il fallait que ça soit gros. Je me suis dit : ‘‘Je vais faire un Compostelle de la santé mentale’’», a raconté la femme, qui a célébré ses 53 ans en pleine marche à la mi-juillet.

Des rencontres spéciales

Au fil de son parcours, Marlène Bouillon a eu l’occasion de rencontrer plusieurs personnes qui se sont intéressées à son défi. Alors qu’elle s’arrête souvent dans des campings pour y passer la nuit, plusieurs l’ont abordé avec une foule de questions sur ce qu’elle faisait, puisque son mari la suit avec une roulotte identifiée à Tel-jeunes et le visuel du défi, qui porte le nom de Je crois en toi.

«J’ai rencontré plusieurs cyclistes et campeurs. Des gens sont venus donner spontanément des sous pour la cause. J’ai rencontré un cycliste près de L’Anse-aux-Griffons qui se plaignait des côtes et de la chaleur. Nous avons parlé un peu et il m’a demandé ce que je faisais. Après lui avoir expliqué le projet, il a arrêté de se plaindre et a fait un don», s’est remémorée Marlène Bouillon.

Elle raconte aussi une autre rencontre inspirante qu’elle a faite le 8 juillet. Elle a croisé le chemin de Pierrette St-Pierre, une femme qui est partie de Niagara Falls, en Ontario, et qui a marché jusqu’à chez elle à Chandler.

Elle devait arriver chez elle le 1er août. «Cette femme voulait prouver que la marche, c’est la santé. Nous nous sommes croisées à Rivière-à-Claude en direction opposée. Elle avait entendu parler de moi et nous avonsdiscuté un peu. Depuis, on s’écrit tous les jours. Elle et son conjoint viendront même me rejoindre pour mon arrivée à Montréal. Ça a créé une amitié, si on veut», a ajouté Marlène Bouillon.

D’ici la fin de son parcours, Marlène Bouillon invite les gens à l’accompagner sur une courte distance ou encore à venir compléter le parcours avec elle à Montréal. Elle diffuse aussi des capsules vidéo chaque jour sur la page Facebook Je crois en toi.

Les plus lus

Un des locataires à la place de l’ancien Sears connu

Déjà installé dans les Galeries Chagnon, Sport Expert va déménager sur l’un des deux étages anciennement occupé par Sears. Le magasin d’articles sportifs profite de ce changement pour tripler sa surface, passant à 50 000 pieds carrés. L’ouverture est prévue en novembre prochain.

Arrestation pour trafic de stupéfiants à Lévis

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a procédé à l’arrestation de cinq individus pour trafic de stupéfiants, ce matin.

Transport en commun : changements en vue dans le centre de Lévis

La Société de transport de Lévis (STLévis) projette de modifier plusieurs parcours dans trois quartiers de l’arrondissement Chutes-de-la-Chaudière-Est, soit à Charny, Saint-Jean-Chrysostome et Saint-Romuald. Les changements désirés par l’organisme paramunicipal permettraient de bonifier, dès cet été, son offre de service.

Effondrement et fuite de gaz à Saint-Romuald

Les pompiers de Lévis sont intervenus, dans la nuit de lundi à mardi, alors qu’on leur a signalé l’effondrement du toit d’un bâtiment industriel et d’une fuite de gaz dans le secteur Saint-Romuald.

Une Lévisienne toujours dans la course à La Voix

Après l’élimination du second Lévisien Gabriel Antoine Vallée sélectionné lors des auditions à l’aveugle dans l’équipe d’Alex Nevsky, le 17 mars, Rosalie Roberge est maintenant la seule candidate originaire du territoire à être toujours en lice dans cette 7e saison de La Voix.

Des immatriculations impayées ont permis une arrestation policière

Un homme d’une quarantaine d’années a été arrêté par le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) pour supposition de personne et bris de probation, le 10 mars dernier.

Deux arrondissements renommés

Chutes-de-la-Chaudière-Est et Chutes-de-la-Chaudière-Ouest pourraient être renommés Etchemin et Chaudière. La Ville en a fait la demande au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Un résident du Vieux-Charny, Alain Tremblay, a fait part de son étonnement au sujet des nouveaux noms choisis par la municipalité à la Ville de Lévis ainsi qu’au Journal.

Les solidaires lévisiens se mobilisent contre le troisième lien

Plusieurs membres des associations des circonscriptions de Lévis et des Chutes-de-la-Chaudière de Québec solidaire (QS) ont pris part à l’activité de leur formation politique contre le projet de troisième lien interrives, tenue le 13 mars dernier à Québec.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 27 février 2019

Un résident très connu de Pintendre et bon joueur de hockey a échangé avec ses idoles de jeunesse. Stéphan Dupont, animateur de radio à Énergie, a rencontré les frères Hanson lors du Tournoi pee-wee de Québec (1re photo).

Un cri de la Ville pour le Chantier Davie

Le Chantier Davie pourrait être en «péril» si aucun contrat ne lui est octroyé dans le prochain budget du gouvernement fédéral libéral le 19 mars, selon le maire de Lévis, Gilles Lehouillier. C’est pourquoi il a demandé au gouvernement fédéral de considérer le chantier naval de Lévis qui connait un creux historique.