Gaston Cadrin (1re photo) et Michel Boutin (2e photo) ont présenté leurs arguments devant le conseil municipal.

L’adresse change, l’histoire se répète. À peine trois mois après la démolition de la maison Rodolphe-Audette, trois nouvelles demeures sont menacées de destruction à Lévis. Le sort des 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert sera scellé le 18 février par le conseil municipal qui rendra sa décision à l’appel déposé par deux citoyens engagés dans la protection du patrimoine.

Une séance extraordinaire du conseil municipal s’est tenue le 21 janvier à l’hôtel de ville afin de procéder à l’audition de l’appel de la décision prise par le comité de démolition autorisant la destruction des bâtiments situés au 51, 57 et 63 de la rue Saint-Gilbert. C’est lors de la séance publique du 11 octobre dernier que le comité avait rendu un avis favorable aux demandes présentées en 2016 par le promoteur Michel Boutin, également résident du numéro 57.

Cette décision autorisant la démolition a ensuite fait l’objet d’un appel déposé par Clément Locat, président du Comité patrimoine de la Fédération Histoire Québec, et Gaston Cadrin, vice-président environnement et patrimoine du Groupe d’initiative et de recherches appliquées au milieu (GIRAM). Tous deux ont été entendus lors de l’audition de l’appel ainsi que le promoteur Michel Boutin, accompagné de l’ingénieur Marcel LeBlanc et de l’architecte Pierre Martin. Plusieurs citoyens ont finalement pris la parole, ainsi que Pierre-Paul Sénéchal, président du GIRAM.

Une part de la culture

 «Lévis est un établissement ancien avec une longue occupation du territoire et possède donc de nombreux bâtiments anciens. C’est une richesse pour un milieu qui vient aussi avec des obligations. Le bâti ancien est l’élément le plus important de notre culture matérielle. Pour notre organisme, ça contribue à la valeur d’une société, au témoignage de notre culture et de notre histoire», a rappelé Clément Locat.

Si dans sa réflexion la Fédération Histoire Québec a considéré chaque bâtiment et veut mettre l’accent sur la protection du patrimoine, elle veut attirer l’attention sur le numéro 63 en raison de sa valeur patrimoniale. Caractéristique des maisons d’ouvrier et d’artisan, la bâtisse est en effet l’une des plus anciennes du secteur, «possède une très belle qualité architecturale et elle est incluse dans l’inventaire du patrimoine de la ville». L’atelier adjacent est par ailleurs unique sur le territoire.

«Posez-vous la question. Est-ce qu’il n’y aurait pas des promoteurs qui achètent des maisons et qui les laissent à l’abandon, qui arrêtent de les chauffer? Ça coule un peu, ils ne les réparent pas. Et ils veulent dans le fond les démolir. Le promoteur a acheté une maison en 2012, la petite rouge, la petite blanche en 2014. Est-ce qu’il a fait des travaux? Est-ce qu’il a été un propriétaire diligent? Est-ce qu’il a utilisé le principe de précaution pour conserver ces maisons? Pas sûr. Il n’a rien fait», s’est indigné Gaston Cadrin, tout en regrettant que l’absence d’occupation d’une maison pèse aussi fort, selon lui.

Pas d’alternative à la démolition

 S’appuyant sur son expérience de la restauration de la maison Gomin à Québec, «un bâtiment qui n’a pas de valeur, c’est difficile de dire qu’il en a», a répondu Michel Boutin à propos des trois maisons concernées par la demande de démolition. Le promoteur a estimé qu’il n’y a rien de nouveau au dossier puisque l’expertise réalisée à sa demande, puis la contre-expertise faite à la demande de la Ville, sont arrivées aux mêmes conclusions.

Le numéro 51 présente ainsi des problèmes de structure et se trouve très endommagé par des infiltrations d’eau ainsi que des moisissures. Des constatations rappelées par Marcel LeBlanc pendant la séance qui estime qu’aucun élément n’est récupérable à cause de la contamination fongique importante. Quant au 63, l’ingénieur a expliqué que les fondations sont instables et la structure en bois abimée. Il n’y a donc pour lui pas d’alternative à la démolition. Ce sont d’ailleurs sur ces observations que s’était basé le comité pour justifier sa décision.

Les plus lus

C'est la fin pour Barbacoa

L'entreprise lévisienne Barbacoa a annoncé, le 15 avril, sa fermeture définitive, via son site Internet.

Une lettre inquiétante envoyée à la mosquée de Lévis

Selon le professeur en philosophie et blogueur montréalais Xavier Camus, la mosquée de Lévis a reçu un message troublant la semaine dernière.

Un jeu d’évasion ouvrira ses portes à Lévis cet été

Après Québec, c’est maintenant au tour de Lévis d’avoir son jeu d’évasion. L’expert en création de jeu d’énigme, l’entreprise Défi-Évasion, proposera trois salles thématiques dès le mois d’août grâce à un investissement de 400 000 $.

Le Bazar de Lévis rouvre ses portes

Le Bazar de Lévis, populaire marché aux puces lévisien, tiendra son édition du printemps les 13 et 14 avril, de 9h à 16h, à l’intérieur de l’École Champagnat de Lévis. L’événement sera de nouveau au profit de la Maison de la Famille Rive-Sud.

Séries midget AAA : les Chevaliers au bord du gouffre

Malgré qu'ils aient bombardé le filet adverse avec 65 tirs, les Chevaliers de Lévis se sont inclinés 2-1, vendredi à Dollard-Des Ormeaux, face aux Lions du Lac Saint-Louis lors du troisième match de la série demi-finale 3 de 5 opposant les deux équipes. Avec cette deuxième victoire consécutive face aux Lévisiens, la formation montréalaise prend les devants 2-1 dans la série et n'est qu'à un seul m...

Les finalistes des Pléiades sont maintenant connus

Lors d'un cocktail tenu le 27 mars au campus de Lévis de l’UQAR, la Chambre de commerce de Lévis a dévoilé les finalistes du concours Les Pléiades – Prix d’excellence 2019. Le dévoilement s’est tenu en présence des partenaires et finalistes de la 18e édition de l'événement visant à saluer la réussite entrepreneuriale en Chaudière-Appalaches.

Un match ultime pour les Chevaliers

Dans le cadre de la demi-finale des séries éliminatoires de la Ligue de hockey midget AAA du Québec, les Chevaliers de Lévis affrontent les Lions du Lac Saint-Louis. Après une victoire et une défaite à l’aréna de Charny, la formation lévisienne se dirigeait au domicile des Lions pour les matchs 3 et 4 de la série 3 de 5, les 22 et 24 mars derniers.

Collision à Lauzon : l'enquête conclut à un accident

L’enquête concernant l’accident mortel, causé par une collision entre un piéton et un véhicule de déneigement, survenu 14 février dernier à Lauzon est maintenant terminée, a annoncé par voie de communiqué le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL).

Les chauffeurs de taxi de Lévis en grève lundi

À l'instar de leurs collègues de Montréal et de Québec, les chauffeurs de taxi de Lévis seront en grève lundi.

Lévis servira de décor à un court-métrage

Ancienne étudiante en cinéma au Cégep de Lévis-Lauzon qui a fait sa place dans le monde de la production cinématographique, Nellie Carrier a remporté un prix de 100 000 $ à un concours de scénario. Son court-métrage Boulevard 132 sera tourné à Lévis.