Kevin Pelletier, Patrick Morin et Dave Ricard sont les hommes derrière la Distillerie des Appalaches. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

La vague des microdistilleries qui frappe le Québec depuis quelques mois touche également Lévis. La Distillerie des Appalaches a lancé ses opérations dans le parc industriel de Lauzon.

C’est grâce à une association conclue il y a un an entre Dave Ricard, gestionnaire et stratège, Kevin Pelletier, un expert dans la transformation et l’exportation du sirop d’érable, et Patrick Morin, maître distillateur possédant une formation en sciences des aliments, que le projet a pu voirle jour.

«Nous avons une volonté de faire mieux. Il y a beaucoup d’alcools intéressants qui ont poussé au Québec et certaines entreprises ont pavé la route pour favoriser la croissance. Nous sentions qu’il y avait encore un tour de roue à faire quand on regarde ce qui se passe ailleurs dans le monde, en Europe et aux États-Unis», a expliqué Dave Ricard, sur l’origine du projet.

La Distillerie des Appalaches a récemment obtenu son permis de fabricant de la Régie des alcools, des courses et des jeux, document nécessaire pour pouvoir amorcer de la distillation au niveau commercial. D’ailleurs, le premier lot de son gin est en production. Également, la Société des alcools du Québec (SAQ) vendra, dès juillet, des produits de la microdistillerie lévisienne.

Produits uniques

 Déjà, les associés derrière la Distillerie des Appalaches prévoient la production de deux produits «du grain à la bouteille», soit en utilisant des produits d’ici pour le transformer en alcool.
Dans un premier temps, l’entreprise lévisienne veut lancer sur le marché un gin, le Kepler premium gin. Ensuite, misant sur l’expertise de Kevin Pelletier dans l’industrie acéricole, les propriétaires de la Distillerie des Appalaches veulent vendre un rhum d’érable.

«Notre objectif, ce serait d’avoir notre Kepler gin sur les tablettes de la SAQ cet été. Cet alcool aura sa propre personnalité grâce à l’utilisation de grains d’ici. Il sera également distillé quatre fois. En ce qui a trait aux aromates, ce sera un profil plus fruité, qui devrait plaire au grand public, avec l’utilisation de canneberges, de bleuets et de thé du Labrador», a partagé M. Ricard.

Et si la Distillerie des Appalaches en est à ses premiers balbutiements, ses propriétaires ont déjà un plan de match bien défini pour permettre l’expansion de leur entreprise. En plus de la création désirée d’un whisky québécois, les artisans lévisiens désirent créer des «versions plus élaborées» de leur gin et de leur rhum d’érable. Sur une note plus touristique, ils désirent aussi proposer aux visiteurs de leur distillerie de Lauzon des dégustations et des visites. 

«Nous voulons autant nous développer à l’horizontale qu’à la verticale. Nous avons deux marques très fortes avec le rhum d’érable et le gin. Nous voulons rajouter des produits pour ces marques. Nous pouvons parler de prêt-à-boire, du gin vieilli ou des versions plus élaborées», a conclu M. Ricard.

Les plus lus

Un voisin qui dérange à Pintendre

Havre de paix dans le quartier Pintendre, la rue Marie-Antoinette est pour certains de ses résidents un cauchemar éveillé depuis quelques années. En effet, un habitant de cette rue n’entretient pas sa propriété, provoquant plusieurs désagréments chez ses voisins.

Barbies ouvre ses portes à Lévis

La chaîne québécoise de restaurants Barbies a ouvert son deuxième restaurant dans la région de Québec le 18 juin, à peine un an après l’ouverture du premier sur la Rive-Nord. À Lévis, la bannière s’est installée sur la route du Président-Kennedy.

La clé sous la porte pour L’Appart

Le centre de thérapie et de réinsertion sociale L’Appart, situé à Saint-Romuald, s’est retrouvé dans l’obligation de fermer ses portes de façon impromptue en raison de problèmes financiers, le 10 juillet dernier. Les résidents, employés et gestionnaires de l’entreprise l’ont appris seulement cinq jours avant leur départ.

Armé d'un couteau, il menace un voisin

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a reçu un appel d’un citoyen du secteur de Charny, lundi soir vers 18h11, signalant qu’il avait été victime de menaces armées de la part de son voisin.

Troisième lien : Québec opte pour le tunnel

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a indiqué, le 27 juin, que le gouvernement provincial a choisi la solution du tunnel pour le troisième lien routier interrives qu’il désire construire entre Québec et Lévis.

La CSDN claque la porte de la FCSQ

La Commission scolaire des Navigateurs a quitté, le 25 juin, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), le regroupement représentant la majorité des commissions scolaires francophones du Québec, en raison de divergences sur la question de la gouvernance scolaire qui s’accentuent depuis février.

Football : deux Lévisiens parmi l’élite provinciale

Deux représentants des Corsaires de l’École Pointe-Lévy, Dylan Djeté et Thomas Lapierre, pourraient bientôt représenter le Québec lors de la Coupe Canada 2019 – MU18, disputée en juillet à Kingston en Ontario. Cette compétition permet aux meilleurs joueurs de football de moins de 18 ans de croiser le fer.

CJMD poursuit son expansion

Si 2017 avait été une année charnière et reluisante pour la station de radio communautaire de Lévis, CJMD, l’année 2018 l’a été tout autant. CJMD a vu son nombre d’auditeurs uniques par mois augmenter de 90 000 à 120 000 à pareille date, a fait savoir Guillaume Ratté-Côté, directeur général de la station, lors de l’assemblée générale annuelle qui s’est déroulée le 27 mai dernier.

La tête de l’unité

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Pour souligner ce cap, le Journal vous propose une série d’articles sur le 6e RAC. Nous poursuivons cette semaine notre exercice avec un portrait de la commandante de l’unité, Chantal Bérubé.

Un manque de logements abordables à Lévis

Malgré un taux d’inoccupation général frôlant le taux d’équilibre avec 3,4 %, certains secteurs de Lévis ne peuvent pas offrir de logements abordables pour de grandes familles ou pour les individus vivants seuls. La famille recomposée de cinq enfants de Mariane Fradet et Patrice Lévesque a eu tout un casse-tête à résoudre afin de trouver un logis pour leur grande famille.