Geneviève Dumont et Manon Bélanger enseignent ensemble dans une classe de 48 élèves à l’École Notre-Dame-d’Etchemin à Saint-Romuald. CRÉDIT : FRANCIS MARTEL - COLLABORATION SPÉCIALE

Alors que la tendance est plutôt de tenter de diminuer le nombre d’élèves par classe, deux enseignantes de l’École Notre-Dame-d’Etchemin de Saint-Romuald ont fait le pari de former un seul groupe de 48 étudiants.

Par Francis Martel - Collaboration spéciale

Et s’il faut en croire leur témoignage, la formule fonctionne.

«Il y a vraiment plusieurs avantages. Les enfants ne sont jamais seuls. Dans un groupe régulier, lorsqu’il y a un conflit à régler ou un élève qui ne va pas bien, on doit sortir de la classe et on n’est jamais certain que le groupe continue à bien travailler pendant ce temps-là. Là, maintenant, je n’ai qu’à faire un signe discret à ma collègue et elle continue à les faire travailler», donne en exemple Geneviève Dumont, coenseignante en 5e année avec Manon Bélanger.

Mme Bélanger y voit également un gros avantage au niveau de la gestion de classe.

«S’il y en a une qui est en animation, l’autre est en soutien, on peut intervenir s’il y a des comportements dérangeants. […] Aussi, si on voit qu’il y en a un qui ne suit pas du tout, on peut aller faire un petit coucou et donner un petit coup de main pendant que le cours se poursuit en avant», renchérit-elle.

En début d’année, elles admettent que les interventions étaient plus régulières, mais avec le temps, les élèves se sont adaptés de belle façon. 

Grande complicité

 Les deux enseignantes sont conscientes que leur grande complicité fait partie des éléments clés de la réussite d’une telle formule.

«On sait qu’il y a des collègues en coenseignement qui se séparent des matières. Manon et moi, ça ne nous tentait pas. Nous y allons au feeling chaque jour. Parfois, je pars le matin et je suis prête à enseigner les mathématiques. Pendant ce temps-là, Manon prend le soutien», confie Mme Dumont.

«Vraiment, ça coule tout seul, d’où l’importance d’avoir une grande complicité», ajoute Mme Bélanger.

Il faut dire qu’elles vivent jusqu’à un certain point une situation qui se rapproche d’une vie de couple.   

«On avait des affinités personnelles. On est devenue amies avant de se lancer dans ce projet-là. C’est important parce qu’on rentre beaucoup dans l’intimité de l’autre. Au quotidien, j’enseigne devant elle. Je discipline mes élèves devant elle. On fait tout l’une devant l’autre», fait remarquer Mme Dumont.

Les deux collègues insistent d’ailleurs pour dire qu’elles n’auraient pas «embarqué dans ce projet avec n’importe qui». 

L’adhésion des parents

 Au départ, elles ne cachent pas que certains parents étaient réticents. Ils craignaient que les besoins particuliers de leur enfant, ayant par exemple un déficit d’attention, ne soient pas bien répondu.

«Finalement, on a eu de beaux commentaires. On a déjà deux bulletins de passé. On a fait des rencontres de parents et plusieurs sont impressionnés de la façon dont ça se déroule. Même certains élèves ont eu de grosses améliorations. Parce qu’un élève qui a besoin de plus de soutien est à la bonne place. Il y a toujours une des deux qui va être disponible pour donner un coup de main», soutient Mme Bélanger.

Pour le moment, il s’agit de l’unique classe en coenseignement à cette école de Saint-Romuald. Devant l’expérience positive de cette année, elles ont l’intention de récidiver l’an prochain.

Les plus lus

Une microdistillerie à Lévis

La vague des microdistilleries qui frappe le Québec depuis quelques mois touche également Lévis. La Distillerie des Appalaches a lancé ses opérations dans le parc industriel de Lauzon.

District.Mao sur le devant de la scène

Aux côtés de la danseuse, une femme d’affaires a grandi. Un jour, la passion de Marie-Odile Haince-LeBel a croisé la voie de l’entrepreneuriat. Ce qui était un projet d’école est devenu un studio de danse urbaine de renommée internationale. À l’aube de ses 15 ans, District.Mao possède un palmarès digne des plus grands champions.

Plus de 4 700 coureurs au Demi-marathon de Lévis

Plus de 4 700 coureurs défileront dans les rues de Lévis dans le cadre du Demi-marathon de Lévis qui se tiendra le 5 mai prochain. La 16e édition de la première des cinq épreuves du circuit Je Cours QC, organisé par Gestev, enregistrera un nombre record de participants.

9 M$ pour mettre en valeur la pointe Benson

C’est en compagnie du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, que la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a annoncé, le 26 avril, que 9 M$ seront investis par le gouvernement provincial et la Ville de Lévis dans un projet de réaménagement de la pointe Benson, soit le secteur situé à proximité de l’usine de traitement d’eau potable de Saint-Romuald.

Deux professeures relèvent le pari du coenseignement

Alors que la tendance est plutôt de tenter de diminuer le nombre d’élèves par classe, deux enseignantes de l’École Notre-Dame-d’Etchemin de Saint-Romuald ont fait le pari de former un seul groupe de 48 étudiants.

Rinfret investit 12 M$ dans une nouvelle concession

D’ici la fin du mois de décembre prochain, le concessionnaire Rinfret Volkswagen déménagera du boulevard Guillaume-Couture à la rue des Moissons, dans un bâtiment flambant neuf présentement en construction, d’une surface totale de 52 000 pieds carrés.

Le Happening cuisine de rue reporté au 24 mai

C'est plutôt le vendredi 24 mai que se tiendra la quatrième édition du Happening Cuisine de rue de Lévis. Les passants sur la rue J.-B.-Michaud dans le quartier Miscéo pourront déguster les créations des camions de cuisine de rue présents sur place de 11h à 20h.

Hit The Floor : le Showcase All-Stars à la maison

Le spectacle du dimanche soir, complet chaque année en quelques minutes, sera pour la première fois accessible en ligne aux spectateurs qui se procureront le lien de visionnement. La compétition internationale de danse multistyles revient à Lévis du 15 au 20 mai, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Chanson, musique et théâtre dans les parcs de Lévis

Les spectacles en plein air et gratuits sont de retour cet été dans les parcs lévisiens. La programmation des Mercredis Courant d’Airs, du Théâtre ambulant et des Matinées classiques a été dévoilée par le Service des arts et de la culture de la Ville de Lévis.

L’agrandissement du VBP se prépare

Depuis le 1er avril, le Vieux Bureau de Poste (VBP) est fermé pour trois mois, en raison de travaux de mise aux normes. La salle de spectacle lévisienne rouvrira ses portes le 1er juillet, juste à temps pour le début du théâtre d’été. Ses bureaux ont été relocalisés à quelques pas et la billetterie reste ouverte.