Une présentation de
À la une aujourd'hui
Des commissaires motivés
Publié le 08 octobre 2014 08h43

En branle partout au Québec, les élections scolaires ne soulèvent pourtant pas l'enthousiasme des Québécois depuis plusieurs années. Même que certaines formations politiques comme la Coalition Avenir Québec souhaitent l'abolition des commissions scolaires. Mais alors, qu'est-ce qui motive des gens à devenir commissaire? Pour répondre à cette question, Le Journal de Lévis a posé directement la question à des commissaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) qui ont quitté cet automne leurs fonctions.

Par Érick Deschênes
erickdeschenes@journaldelevis.com

Le Journal de Lévis (JDL) : Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir commissaire?

Denise Poulin (DP - commissaire dans Lotbinière pendant 27 ans) : «J'ai vraiment eu la piqure quand mon fils aîné a commencé l'école. J'ai l'éducation tatouée sur le cœur. (…) J'ai travaillé au sein de l'administration d'une commission scolaire et je sais que le travail qu'elle fait est très important avec les nombreux dossiers qu'elle gère avec pas beaucoup de sous pour assurer de bons services aux élèves.»

Lise Fréchette (LF - commissaire dans Charny pendant 24 ans) : «Moi aussi, c'est lorsque mes enfants sont arrivés à l'école. Il y avait eu un petit conflit dans la classe de maternelle de ma dernière. Je me suis dit qu'il n'y aurait plus d'enfants qui subiraient ça. J'ai été approché par la commissaire à l'époque pour la remplacer et j'ai relevé le défi.»

Éric Tardif (ET – commissaire dans Saint-Jean-Chrysostome pendant 11 ans) : «Il y a eu quelques commissaires dans ma famille. J'étais déjà pas mal impliqué alors j'ai fait le saut. Je pensais au début défendre ma paroisse, mais je me suis rendu rapidement que les commissaires, nous sommes en quelque sorte un conseil d'administration qui joue un rôle de chien de garde.»

Léopold Castonguay (LC – président de la CSDN pendant 11 ans) : «Je suis issu du monde de l'éducation et j'ai passé ma vie là-dedans. J'ai aussi été un décrocheur deux fois et quand j'ai raccroché, j'ai été me chercher deux baccalauréats et une maîtrise. Je voulais dire aux jeunes que c'était possible de réussir même si on manque une marche. Je pensais également que j'avais quelque chose à apporter au sein d'un conseil d'administration.»

JDL : Est-ce que vous trouvez dommage que les citoyens ne participent pas assez à la démocratie scolaire?

LF : «Oui, je trouve ça dommage parce qu'en plus de travailler pour les élèves, nous sommes là pour les payeurs de taxes. Tout le monde en paie. Les gens devraient sortir pour aller voter puisque l'éducation, c'est important. L'éducation, c'est des portes qui s'ouvrent pour l'avenir.»

LC : «C'est également dommage puisque les commissaires sont le lien entre l'administration d'une commission scolaire et les citoyens. (…) Nous avons plus d'employés, un plus gros budget et un plus grand territoire que la Ville de Lévis et nous débattons d'enjeux, qui sont à mon sens, prioritaire.»

JDL : Plusieurs Québécois militent pour l'abolition des commissions scolaires. Est-ce ce serait une bonne chose?

DP : «Non, puisqu'il est essentiel que les commissions scolaires existent encore. Les gens qui encouragent cette idée ne savent pas c'est quoi. Juste au niveau du transport, par exemple, on a une classe spéciale à Charny et des élèves de partout sur le territoire doivent s'y rendre. Un enfant a droit au même service que les autres. Comment on gèrerait ça si un organisme central n'existait pas?»

ET : «Une commission scolaire, c'est un pont entre ce qui vient d'en haut, du ministère de l'Éducation, et les citoyens. J'aimerais comme dise comment la personne qui va abolir les commissions scolaires va faire pour rendre tous les services. J'attends la réponse. De repenser les commissions scolaires, oui, les gens devront se poser des questions dans le futur, mais ça prend une structure entre les deux.»

Note au lecteur

Veuillez prendre note que les entrevues avec les anciens commissaires cités dans l'article ont été réalisées avant la publication il y a deux semaines d'articles portant sur une potentielle coupure d'un milliard de dollars dans le système d'éducation.

À lire aussi : Une théorie à retravailler


Événements & divertissement
Recevez notre bulletin
Recevez toutes nos nouveautés automatiquement. Nouvelles, concours, coupons rabais, alertes...

Abonnez-vous ici
Devenez bénévole
Le bénévolat... Une précieuse ressource !
Offre d'emplois, services offerts,
nouvelles et bien plus...

Venez nous rencontrer