Le président de la STLévis, Mario Fortier, veut que le dossier du fonds d'immatriculation soit réglé d'une façon permanente. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Les dirigeants de la Société de transport de Lévis (STLévis) demandent au nouveau gouvernement provincial de résoudre le problème de la répartition des sommes récoltées à Lévis pour la contribution au transport en commun sur les immatriculations (fonds d’immatriculation) dans le prochain budget.

«Nous interpelons les trois députés de Lévis de la Coalition avenir Québec, qui sont des élus du parti au pouvoir, pour corriger l’iniquité historique dans le dossier du fonds d’immatriculation. On sait que Marc Picard (député des Chutes-de-la-Chaudière) y travaille depuis 15 ans. Avant les dernières élections, il nous a dit qu’il avait l’aval de son parti pour que le problème soit résolu. Notre confiance est élevée, mais nos attentes sont élevées. S’ils ne livrent pas, nous referons des sorties médiatiques», a tonné Mario Fortier, président de la STLévis, lors d’une entrevue le 20 février.

Rappelons que «l’iniquité», dénoncée par l’administration Lehouillier, remonte à 1992. Depuis ce temps, la moitié des 30 $ que paient les automobilistes lévisiens lors de leur renouvèlement d’immatriculation au profit du transport en commun est versée au Réseau de transport de la Capitale (RTC).

Entre 2009 et 2014, Québec a octroyé un montant compensatoire de 1 M$ par année à la STLévis pour corriger temporairement le tout avant l’adoption d’un nouveau cadre de répartition. Cependant, la rétribution a été stoppée depuis 2015. Avant les élections de l’automne dernier, le précédent gouvernement libéral avait accordé une aide financière transitoire de 1,9 M$ sur deux ans à l’organisme paramunicipal.

Toutefois, la STLévis en a marre des solutions temporaires. Voulant toutefois que le RTC puisse conserver son budget actuel, l’organisme paramunicipal lévisien veut une compensation entière qui sera en vigueur d’ici l’ouverture du réseau de transport structurant de Québec en 2026 ou 2027. Cette nouvelle infrastructure pourrait alors provoquer une redistribution des sommes récoltées par le fonds d’immatriculation puisque la STLévis n’aurait peut-être plus à envoyer ses autobus sur la Rive-Nord pour répondre aux besoins de ses clients.

«On ne parle pas de faire atterrir Apollo 13. On parle de régler un dossier de 1 point quelque M$ par année et d’argent que les Lévisiens versent déjà au fonds d’immatriculation. On veut l’équité envers les citoyens de Lévis. Depuis 2009, 6,2 M$ nous ont échappé et ont été donnés au RTC», ont illustré M. Fortier et Jean-François Carrier, le directeur général de la STLévis.

Développement freiné

 Si elles s’ajoutent au budget de la STLévis, les sommes demandées par l’organisme paramunicipal lui permettraient de mettre en branle plusieurs projets qu’elles caressent depuis un certain temps.

«Par exemple, contrairement à Sherbrooke, Laval, Gatineau et Longueuil, nous ne pouvons offrir des journées gratuites aux 65 ans et plus puisque nous sommes toujours en recherche de revenus en raison de cette iniquité», a expliqué M. Carrier.

Le gouvernement y travaille

 Bien au fait du dossier depuis son arrivée à l’Assemblée nationale en 2003 et ayant rencontré la STLévis au cours des derniers jours pour discuter de ce dossier, le député des Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, assure pour sa part que sa formation politique veut faire disparaitre la problématique.

«Je travaille avec le ministre des Transports, M. Bonnardel, pour trouver une solution permanente et la plus optimale pour la STLévis jusqu’à ce que l’interconnexion avec le réseau de transport structurant de Québec devienne réalité. Avant, j’avais présenté des projets de loi, mais l’appareil bureaucratique nous a dit que ce n’était pas le bon chemin. Nous travaillons sur d’autres scénarios pour trouver une solution. Il faut trouver 4,6 M$ pour répondre aux attentes de la Ville de Lévis. Ce n’est pas compliqué de le demander, mais c’est plus compliqué de trouver l’argent pour faire le chèque», a déclaré M. Picard, en partageant son souhait de voir le dossier réglé d’ici le prochain budget provincial.

Les plus lus

Élections fédérales 2019 : Laurence Harvey candidate du PLC

Celle qui était pressentie comme candidate du Parti libéral du Canada (PLC) pour les prochaines élections fédérales dans la circonscription de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup a cédé sa place à Aladin Legault-d’Auteuil afin de représenter la circonscription où elle a grandi, celle de Bellechasse-Les Etchmins-Lévis.

Développement : 255 000 $ pour les organismes de Lévis

Dix organismes lévisiens se partagent une aide financière totale de 255 000 $, provenant Fonds de développement des territoires (FDT), pour l’année 2019.

Davie : Blaney déplore les «shows de boucane libéraux»

Le député sortant de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et candidat du Parti conservateur du Canada (PCC) dans ce comté lors des prochaines élections, Steven Blaney, a critiqué, le 22 août, les «annonces préélectorales» du gouvernement libéral au profit de Chantier Davie qui ne résultent pas en l’octroi de contrats immédiats. Pour ce faire, l’élu lévisien s’en est pris à la décision d’Ottawa «de perm...

Six semaines au cœur de la politique française

Originaire de Lévis et jeune militant à la Coalition Avenir Québec (CAQ) depuis 2014, Marc-Antoine Bélanger a réalisé un stage en France auprès du député de la 1ère circonscription des Yvelines, Didier Baichère, grâce au Comité d’action politique franco-québécois (CAP-FQ).

Verdissement du parc industriel Bernières : de l’air pur et frais pour les travailleurs

Le parc industriel Bernières, qui s’étend en bordure de l’autoroute 20, changera bientôt de visage. C’est que les surfaces bétonnées qui créent des ilots de chaleur devraient en effet faire place à des espaces verts et à des aménagements mieux adaptés, alors que la Ville de Lévis mettra en pratique son engagement en matière de développement durable.

Le candidat des Verts dans Lévis-Lotbinière doit se retirer

Luc St-Hilaire n’est plus le candidat du Parti vert du Canada (PVC) dans la circonscription de Lévis-Lotbinière en vue des prochaines élections fédérales. Alors que la campagne sera bientôt déclenchée, le PVC a demandé, à la mi-août, au stratège et créateur publicitaire de retirer sa candidature en raison d’une controverse dont il était l’objet sur les médias sociaux.

Aide aux producteurs laitiers : Blaney s'attaque aux libéraux

Signe que la campagne électorale fédérale approche à grands pas, le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et candidat conservateur dans cette circonscription, Steven Blaney, a critiqué par voie de communiqué, le 19 août, le programme d'aide financière que le gouvernement libéral vient de mettre en place pour les producteurs laitiers canadiens. L'initiative compensera ces derniers a en ...

Ottawa rend publique son intention d'acheter le pont de Québec

De passage à Québec le 23 août, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, et le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, ont annoncé, en compagnie du ministre fédéral et député de Québec Jean-Yves Duclos, du député de Louis-Hébert Joël Lightbound ainsi que du maire de Québec Régis Labeaume, que le gouvernement fédéral est prêt à acquérir le pont de Québ...

Un beau cadeau de 1,7 M$ pour le Cégep de Lévis-Lauzon

Par voie de communiqué, la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, s’est réjouie, le 19 août, de l'annonce du financement supplémentaire dont bénéficieront les cégeps du Québec, en particulier ceux de la Chaudière-Appalaches qui recevront 6,7 M$. Plus particulièrement à Lévis, le Cégep de Lévis-Lauzon recevra 1,7 M$ dans le cadre de cette initiative provinciale.

La jeunesse concernée par l’environnement

Les enjeux environnementaux ont été abordés cet été devant un groupe de scouts belges en voyage au Québec par Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, et Olivier Bolduc, porte-parole de Québec solidaire Chutes-de-la-Chaudière, lors d’une rencontre organisée par Yannick Angers du 129e groupe scout Saint-Jean/Saint-Romuald.