Le photographe expose son travail réalisé entre l’été 2017 et l’été 2018. CRÉDIT : AUDE MALARET

De retour le temps d’une exposition dans la Ville qui l’a vu naître et grandir, John R. Porter présente trente de ses photographies au Centre d’exposition Louise-Carrier jusqu’au 9 juin. D’un regard curieux, il s’attarde dans un instant déjà parti. Le saisissant dans toute sa fugacité, il révèle par ses instantanés d’éphémères motifs figés dans ses compositions.

Dans cette maison qu’il a connue au temps où elle était habitée, John R. Porter revient exposer ses photographies. En 1967, alors qu’il entame sa dernière année d’étude au Collège de Lévis, celui qui n’est encore qu’un jeune homme rêveur vient, de temps à autre, rendre visite aux occupants de l’ancien presbytère, Louise Carrier et André Garant, son professeur d’arts plastiques.

Cinq décennies se sont écoulées depuis, pendant lesquelles John R. Porter a été directeur du Musée national des beaux-arts de Québec, de 1993 à 2008, ainsi que professeur d’histoire de l’art à l’Université Laval pendant plus de vingt ans. Avec ses œuvres photographiques cette fois, il revient dans un des lieux marquants de ses jeunes années et renoue avec ses rêves d’alors.

Une évocation du temps qui passe

Ses œuvres évoquent le temps qui s’écoule. John R. Porter photographie la nature, les marques laissées par les saisons, les couleurs des ses voyages. Derrière l’objectif, il fixe L’empreinte des jours, titre de son exposition, et s’amuse du jeu des apparences. Son œil capte les reflets, les traces, les surfaces dans des compositions entre figuration et abstraction.

Ici la surface de l’eau, là le reflet des arbres sur le canal du Midi, en France. John R. Porter montre la rugosité de l’écorce, le blanc de l’écume, les distorsions de la lumière, la densité de la végétation, la matière.

«Je vais chercher dans les endroits où je passe, ici et à l’étranger, des morceaux, des instants, des portions de réel et j’ai dégage le magnifique que trop souvent dans notre société contemporaine, on ne voit plus. Je m’arrête. Je saisis l’empreinte des jours», illustre-t-il.

S’arrêter et contempler

Par la photographie, John R. Porter a trouvé sa manière d’arrêter le temps, de faire durer des moments privilégiés. Il invite les visiteurs à prendre le temps de s’arrêter pour apprécier ce qui s’offre à leurs yeux, une «banalité parlante».

De son regard, celui qu’il porte sur le monde, il retient ce qui nous échappe, repart trop vite. «Ironiquement dans certains cas, pour arrêter le temps il faut aller très vite. Parce que l’instant est fugace.»

Dans son travail, le photographe manifeste une «obsession de l’authenticité» de ce qu’il voit. «Tout ce que vous voyez, je l’ai vu tel quel», dit-il. Aucun de ses clichés ne sont d’ailleurs ni retouché ni recadré et n’ont été prix avec un filtre. Son outil, c’est un appareil «ordinaire qui n’a rien de sophistiqué».

Les photographies sont imprimées sur toile. «Ça vient leur donner une texture additionnelle et dans certains cas, ça sert très bien la photographie car on a l’impression que quelque chose en sort.»  John R. Porter puise dans le réel pour jouer avec l’abstraction en modifiants les repères.

«Qu’est-ce que j’abstrais de mon environnement? À quel moment? Le hasard fait que je vois quelque chose, je le saisis.» Montrer ce qui échappe au regard. Le partager. John R. Porter invite à la contemplation d’un moment devenu éternel.

Visite commentée avec John R. Porter, le dimanche 2 juin, à 14h. Jusqu’au 9 juin, au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Les plus lus

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le peintre des parfums s’installe au Club de golf de Lévis

Après 70 ans passés à Lévis, le résident de Saint-Augustin expose ses œuvres dans sa ville natale. Guy Bégin crée une peinture impressionniste inspirée de ses voyages et des paysages de l’Europe et de la Californie.

Le VBP sort ses coups de cœur pour fêter ses 15 ans

Les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP) en verront de toutes les couleurs cet automne pour la quinzième année de la salle de spectacle. Le VBP propose plus de trente spectacles aux styles variés.

Megan Jobin chante l’amour

Megan Jobin revisitera les grands succès et les plus belles chansons d’amour lors d’un concert, le samedi 28 septembte à l’Espace jeunesse Espéranto. La jeune chanteuse de Québec a été révélée au grand public grâce à sa participation à La Voix Junior.

Une aventure berlinoise pour Amélie Laurence Fortin

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Une soirée avec Joni Mitchell à L’Anglicane

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel revisitent les œuvres de Joni Mitchell avec beauté, poésie et tendresse. Une exploration en clair-obscur de cette grande dame de la chanson, particulièrement émouvante, le 24 août à L’Anglicane.

Deux conteurs dans les pas de Louis Fréchette

Pour la première fois, la Maison natale de Louis Fréchette accueille deux conteurs venus d'Ontario et d'Acadie en résidence. Inspirés par la ville, les contes de Louis Fréchette et du terroir québécois, ils écrivent chacun une nouvelle histoire qui sera présentée deux fois à Lévis.

Un automne de toutes les couleurs à L’Anglicane

À l’image d’une courtepointe, la programmation d’automne de L’Anglicane reflète la richesse de la création d’ici et d’ailleurs. Plurielle et d’origines diverses, la production artistique se fait tantôt introspective, quelques fois critique, souvent festive et éminemment inventive.

Le charme anglais marié à la chaleur gaspésienne à L'Anglicane

Révélé lors de sa participation à la demi-finale de l’émission La Voix 2017, Sam Tucker se démarque par son timbre rauque et son approche musicale sensible. Accompagné de trois musiciens, il sera de passage à L’Anglicane, le 5 septembre.

Odette Théberge peint les traces laissées par le temps

L’artiste de Québec expose ses peintures au Centre d’exposition Louise-Carrier. Résonances - Les murs se racontent est présentée du 8 septembre au 2 octobre.