Les finissants du conservatoire présentent La Maison hantée. CRÉDIT : AUDE MALARET

C’est une pièce qui fera frissonner les spectateurs même en pleine canicule (oui, le soleil finira bien par revenir). Une maison hantée et des personnages tous plus loufoques les uns que les autres servis par quatre jeunes comédiens débordants d’énergie. Cet été à Lévis le théâtre se déguste avec une bonne dose d’humour et une pointe de suspense.

Quelle est la cause des étranges phénomènes à l’œuvre dans la maison de campagne louée pour la saison estivale par deux comédiennes, Mireille et Lucie, le temps d’écrire une comédie?

La réponse se trouve dans la pièce d’Yvon Brochu (à la fin, bien sûr). Texte de 1982, La Maison hantée sera interprétée sur la scène du Vieux Bureau de Poste par des finissants du conservatoire de Québec qui, comme chaque année depuis 15 ans, sont sélectionnés par la salle lévisienne dans le cadre du théâtre d’été.

Trois comédiennes, un comédien et une scénographe ont fait tout un travail d’adaptation, avec le feu vert de l’auteur. «Les choses qui nous semblaient désuètes, on les a enlevées, ce qui était archaïque et dépassé. On a gardé ce qui nous semblait actuel et intéressant dans le vintage», présente la comédienne Maureen Roberge.

L’histoire se passe aujourd’hui, dans notre monde ultra connecté et à l’heure des réseaux sociaux, où se retrouver dans une maison sans Wifi et équipée d’un antique téléphone à fil tient plus de l’anomalie que de l’anecdote nostalgique.

«En choisissant le contemporain est venue la nécessité d’adapter. Mais, on a gardé la touche vintage pour jouer avec la mode des vieilles tendances. On va faire revivre au spectateur ses années les plus brunes», s’amuse la scénographe, Delphine Gagné.

Dans cette maison, veillotte donc, s’installent Mireille et Lucie fraichement débarquées de Québec, incarnées par Gaïa Cherrat Naghshi et Noémie F. Savoie. L’occasion d’égratigner les travers des citadines comme des ruraux.

«On se moque gentiment des clichés de la campagne. Et, on se moque aussi des caprices de la Ville.» Et Samuel La Rochelle, comédien, d’ajouter : «C’est le clash entre les deux qui est drôle».

Rien ne se passe comme prévu

Dès le départ, rien ne se passe comme prévu. «Il y a toutes sortes de choses inquiétantes dans la maison. Et le voisinage l’est aussi», annoncent les comédiens. Mireille n’est pas rassurée. C’est Lucie qui rêvait de s’installer à la campagne et l’a embarquée dans cette aventure.

«Elle essaie de persuader son amie qu’il n’y a pas de problème, que tout se passe bien dans la maison. On est contente d’être là! Mais bientôt, elle aussi va se rendre à l’évidence qu’il y a quelque chose de vraiment pas normal qui se passe», racontent-ils. 

Percer le mystère

Mireille et Lucie font la rencontre de personnages bizarres, à l’image de ce facteur spécialisé en élevage de cochons ainsi qu’une commère obsédée par ses pets-de-sœur, et… suspects. Est-ce que l’un d’entre eux connaîtrait le secret de la maison?

«On se retrouve presque dans une ambiance de meurtre et mystère. Mais sans le meurtre!», illustre la troupe. Les indices semés tout au long de la pièce feront planer le doute. À l’entracte, les spectateurs ne manqueront sans doute pas de discuter de l’intrigue et partager pronostics et suppositions pour tenter de résoudre cet étrange énigme.

Dans la maison hantée, rien ne fait peur pour vrai. «On s’amuse à jouer avec certains codes typiques de l’horreur, mais de façon ludique. Peut-être que ça va provoquer des petits sauts», prévient-on. Car, s’il faut s’attendre à une chose, c’est bien de rire.

Les plus lus

Déferlante de bombes pour Sean Paul au Festivent

L’heure était aux retrouvailles vendredi soir, au Festivent, alors que le rappeur jamaïcain Sean Paul débarquait en ville pour une deuxième fois en cinq ans sur la scène Loto-Québec, après son spectacle en 2014. Le chanteur n’a pas lésiné pour rendre cette soirée mémorable.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le Festivent s’agrandit pour accueillir plus de monde

Le Festivent a dévoilé une nouvelle scénographie pour sa scène principale. Sur le deuxième site, la superficie d’accueil a été doublée. Le festival lévisien se tiendra du 31 juillet au 4 août.

Patrice Michaud sans accroc au Festivent

C’est un Patrice Michaud solide accompagné de ses musiciens qu’ont accueilli à bras ouverts les festivaliers du Festivent Ville de Lévis sur la scène Hydro-Québec, hier soir. L’auteur-compositeur-interprète a offert une prestation complètement folle à la foule nombreuse.

Un succès pour la 37e édition du Festivent

Le Festivent Ville de Lévis a conclu ses festivités le 4 août dernier, celles-ci avaient débuté le 31 juillet. Le festival de Saint-Jean-Chrysostome comptait parmi ses têtes d’affiche Weezer, les Cowboys Fringants et Sean Paul pour ne nommer que ceux-là.

Festivent : Le bal est ouvert avec Smash Mouth

Après avoir fracassé des records d’affluence en 2018, les attentes étaient élevées en cette première soirée de la 37e édition du Festivent Ville de Lévis, le mercredi 31 août. C’est la formation californienne Smash Mouth qui avait la tâche ardue de performer en premier sur la toute nouvelle scène Loto-Québec.

La Chicane rallume la flamme

Le public n’a pas boudé les retrouvailles, bien au contraire, avec le groupe qui a marqué le rock québécois des années 1990, jusqu’au milieu des années 2000. De passage sur la scène Hydro-Québec du Festivent vendredi soir, La Chicane a offert une prestation enlevée et touchante à la foule qui n’avait rien oublié des paroles de ses plus grands succès.

Festivent : Effervescence musicale signée Gregory Charles

Le dernier invité à fouler les planches de la scène Hydro-Québec pour l’édition 2019 du festival était nul autre que le généreux Gregory Charles. Le virtuose, entouré d’une équipe de six musiciens, a mis le feu à la place en laissant libre cours à la musique.

Weezer et sa performance impeccable

Le parc Champigny était bien plein hier soir lorsque la tête d’affiche de la 37e édition du Festivent Ville de Lévis s’est présentée sur la scène Loto-Québec. Weezer s’est organisé pour offrir une performance sans flafla à la hauteur de sa renommée.

Ça jazze à Lévis avec des spectacles hauts en couleur

Le Festival Jazz etcetera, qui a débuté hier soir, fait vibrer les rues du Vieux-Lévis jusqu’à dimanche, pour une treizième année consécutive. En ouverture, Roxanne Burns and the Gentlemen, Daniel Thouin et la Lévisienne Carmen Genest, accompagnée de Joël Thibault and the Outsiders, se sont succédés sur les deux scènes.