CRÉDIT : ÉMILIE PELLETIER

En plein tournage pour la série télévisée La Maison Bleue, qui sera diffusée à l’hiver 2020 sur la plateforme en ligne Ici Tou.tv Extra, la troupe du réalisateur Ricardo Trogi était de passage à Lévis aux abords de la fontaine du Quai Paquet.

Après trois semaines d’enregistrement en studio, les comédiens et les équipes de production et de réalisation débarquaient à Lévis ce mercredi 5 juin. On y tournait alors des images de la scène d’inauguration officielle du premier sous-marin acheté par l’armée québécoise. Pure fiction, puisque c’est dans un univers comique que le réalisateur et co-auteur de la série Ricardo Trogi a en effet tenté de s’imaginer ce à quoi pourrait ressembler le Québec si le oui l’avait emporté et que la province était devenue un pays à la suite du référendum sur l’indépendance de 1995. On se projette donc aux alentours de 2020, où le quatrième président Hamelin, incarné par Guy Nadon, est à la tête de la République du Québec.

Le siège du gouvernement se trouve dans la Maison Bleue, une Maison-Blanche qui n’a toutefois pas les moyens de ses ambitions en raison des nombreux défis qui se présentent aux élus. Les personnages qui mettent aussi en vedette Anne-Marie Cadieux, Roger Léger, Claude Despins et Dominic Paquet tentent donc de gérer ce nouveau pays malgré le manque de ressources et les problèmes personnels du président. «Évidemment c’est une comédie, alors vous ne trouverez pas de réponses à des questionnements que vous avez par rapport a l’indépendance du Québec», souligne Ricardo Trogi.

 Lévis dans le décor

Pour Trogi, qui est natif de Québec, le Quai Paquet s’avérait un lieu de prédilection pour filmer de belles images de la Vieille-Capitale, qu’il adore faire rayonner dans ses productions. «Je montre la ville d’où je viens dans à peu près tout ce que je fais, a-t-il expliqué fièrement entre deux scènes. C’est une ville où il est plaisant de tourner parce que les gens sont contents de nous accueillir et qu’il y a des images vraiment photogéniques à prendre».

 Le retour aux sources semblait rendre heureux celui qui était toujours sur un nuage après avoir remporté les grands honneurs lors du Gala Québec Cinéma, la fin de semaine dernière, où son film 1991 a été sacré meilleur film du gala. Questionné quant à ses souvenirs d’enfance sur la Rive-Sud, il a confié se rappeler de Lévis comme d’un lieu où il a «purgé une peine» pendant sa jeunesse. «Ce moment de mon adolescence a failli se retrouver dans le film 1987, dans la scène où je volais des radios dans des autos. Je m’étais fait prendre par la police et c’est à Lévis que j’ai dû faire mes travaux communautaires en peinturant des poutres dans un champ», a raconté avec humour le réalisateur.

 Il n’a pas été dévoilé si la série La Maison Bleue produite par KOTV qui comptera dix émissions de 30 minutes sera ensuite présentée à la télévision, même si l’on sait que les auteurs visent la production de trois saisons.

De son côté, Ricardo Trogi travaille actuellement sur un projet de comédie en collaboration avec Louis Morissette, qui incarnerait un père de famille qui tente d’éduquer ses enfants. La production devrait se mettre en branle en septembre prochain.

Les plus lus

Déferlante de bombes pour Sean Paul au Festivent

L’heure était aux retrouvailles vendredi soir, au Festivent, alors que le rappeur jamaïcain Sean Paul débarquait en ville pour une deuxième fois en cinq ans sur la scène Loto-Québec, après son spectacle en 2014. Le chanteur n’a pas lésiné pour rendre cette soirée mémorable.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le Festivent s’agrandit pour accueillir plus de monde

Le Festivent a dévoilé une nouvelle scénographie pour sa scène principale. Sur le deuxième site, la superficie d’accueil a été doublée. Le festival lévisien se tiendra du 31 juillet au 4 août.

Patrice Michaud sans accroc au Festivent

C’est un Patrice Michaud solide accompagné de ses musiciens qu’ont accueilli à bras ouverts les festivaliers du Festivent Ville de Lévis sur la scène Hydro-Québec, hier soir. L’auteur-compositeur-interprète a offert une prestation complètement folle à la foule nombreuse.

Un succès pour la 37e édition du Festivent

Le Festivent Ville de Lévis a conclu ses festivités le 4 août dernier, celles-ci avaient débuté le 31 juillet. Le festival de Saint-Jean-Chrysostome comptait parmi ses têtes d’affiche Weezer, les Cowboys Fringants et Sean Paul pour ne nommer que ceux-là.

Festivent : Le bal est ouvert avec Smash Mouth

Après avoir fracassé des records d’affluence en 2018, les attentes étaient élevées en cette première soirée de la 37e édition du Festivent Ville de Lévis, le mercredi 31 août. C’est la formation californienne Smash Mouth qui avait la tâche ardue de performer en premier sur la toute nouvelle scène Loto-Québec.

La Chicane rallume la flamme

Le public n’a pas boudé les retrouvailles, bien au contraire, avec le groupe qui a marqué le rock québécois des années 1990, jusqu’au milieu des années 2000. De passage sur la scène Hydro-Québec du Festivent vendredi soir, La Chicane a offert une prestation enlevée et touchante à la foule qui n’avait rien oublié des paroles de ses plus grands succès.

Festivent : Effervescence musicale signée Gregory Charles

Le dernier invité à fouler les planches de la scène Hydro-Québec pour l’édition 2019 du festival était nul autre que le généreux Gregory Charles. Le virtuose, entouré d’une équipe de six musiciens, a mis le feu à la place en laissant libre cours à la musique.

Weezer et sa performance impeccable

Le parc Champigny était bien plein hier soir lorsque la tête d’affiche de la 37e édition du Festivent Ville de Lévis s’est présentée sur la scène Loto-Québec. Weezer s’est organisé pour offrir une performance sans flafla à la hauteur de sa renommée.

Ça jazze à Lévis avec des spectacles hauts en couleur

Le Festival Jazz etcetera, qui a débuté hier soir, fait vibrer les rues du Vieux-Lévis jusqu’à dimanche, pour une treizième année consécutive. En ouverture, Roxanne Burns and the Gentlemen, Daniel Thouin et la Lévisienne Carmen Genest, accompagnée de Joël Thibault and the Outsiders, se sont succédés sur les deux scènes.