CRÉDIT : ARCHIVES

C’est une grande tristesse que nous avons ressenti à la suite du drame survenu dans la soirée du 31 octobre dernier à Québec. Il va de soi que nos meilleures pensées vont aux personnes qui ont été victimes de ces actes et à leurs proches.

Après le sentiment de tristesse, nous ressentons de la consternation et de l’incompréhension vis-à-vis un certain discours public récurrent lorsque de tels drames surviennent. Tout en déplorant la violence perpétrée dans de telles circonstances, nous désirons également dénoncer les amalgames véhiculés entre de tels actes de violence et la santé mentale. Certaines études tendent en fait à démontrer qu’une personne vivant avec un problème de santé mentale est plus susceptible de subir des actes de violence que d’en perpétrer. Des drames comme celui de samedi dernier, aussi tristes et inexplicables soient-ils, ne devraient pas amener davantage de coercition et de préjugés à l’endroit des personnes qui vivent avec un problème de santé mentale, il y en a déjà suffisamment!

Certains remettent même en cause la désinstitutionalisation, qui est à toutes fins pratiques terminée depuis les années 1990. Il serait illusoire de croire que l’on peut retourner à une époque où l’on enfermait les personnes ayant des problèmes de santé mentale dans des hôpitaux psychiatriques et que les problèmes se régleraient alors à grands coups de solutions s’apparentant à l’emploi d’une baguette magique! Ne serait-il pas opportun de mettre de côté cet enjeu du passé et d’avoir un réel débat public en matière de santé mentale digne du 21ième siècle?

La question que tout le monde se pose, peut-on prévenir de tels actes de violence? À titre de représentants de groupes de défense de droits et de ressources alternatives en santé mentale, nous estimons que la réponse se situe dans un investissement majeur dans les services d’aide dans la communauté. De surcroît, nous soulignons l’importance que représente une aide rapide et adaptée aux besoins des personnes, l’accès à des services de psychothérapie ainsi qu’à des ressources communautaires en santé mentale financées adéquatement. Comme société, donnons-nous la priorité d’aider les personnes à l’extérieur des murs de l’hôpital psychiatrique et des centres de détention!

Nous saluons la volonté du ministre Carmant relativement à son annonce des investissements de 100 millions en santé mentale comprenant 10 millions pour le milieu communautaire. Malheureusement, ces sommes sont temporaires et les besoins demeurent permanents. À cet effet, nous déplorons que lorsque des allocations récurrentes sont versées aux organismes communautaires en Chaudière-Appalaches, les organismes en santé mentale ne sont pas priorisés et leur financement demeure stagnant et insuffisant depuis trop longtemps.

Les gens que nous aidons au quotidien sont souvent isolés et vivent dans des conditions de vie précaires, qui affectent grandement leur vie. Ces éléments doivent aussi être considérés si on veut réellement améliorer la situation. Nos ressources accueillent chaque année des centaines de personnes qui souhaitent améliorer leur santé mentale par l’entraide, la défense de leurs droits, l’hébergement et l’intégration en emploi. Nous sommes préoccupés que cet acte tragique amène une plus grande stigmatisation des personnes qui fréquentent nos organismes.

Puisque les prises de position émotives ne sont pas sans conséquences, nous appelons à un traitement plus respectueux de la santé mentale dans l’espace public lors d’évènements comme celui de samedi dernier. Les groupes alternatifs en santé mentale et de défense des droits en santé mentale de Chaudière-Appalaches.

François Winter, directeur général de L’A-DROIT de Chaudière-Appalaches, Lévis

Edith Lambert, directrice générale de L’Oasis de Lotbinière, Saint-Flavien

Ann Robitaille, directrice générale d’Aux quatre vents, Lévis

Diane Chatigny, directrice générale du Murmure, Beauceville

Karlyn Perron, directrice générale de La Barre du jour, Saint-Gervais

Mélissa Boilard, directrice générale du Trait d’union, Montmagny

Les plus lus

Luc Lafond s’est éteint

Dans le groupe Facebook de la publication, l’équipe du journal Le Breakeyvillois a annoncé le décès de son président et homme très engagé dans sa communauté, Luc Lafond, le 28 décembre dernier.

3 373,93 $ pour la Fondation Jonction pour Elle

Pour la deuxième année consécutive, le magasin Rona de Lévis a réalisé une collecte au profit de la Fondation Jonction pour Elle dans le cadre de la Campagne des Héros Lowe’s Canada 2020.

Carbone Scol’ERE : 10 ans d’éducation et d’action face aux changement climatiques

Programme éducatif sur les habitudes de vie écoresponsables et leurs impacts sur les changements climatiques pour les jeunes de 9 à 12 ans, Carbone Scol’ERE fête ses dix ans. Depuis sa création, plus de 18 500 élèves au Québec ont participé aux ateliers créés par la Coop FA à Lévis.

De nouveaux panneaux d’interprétation à Charny

Par voie de communiqué, la Corporation Charny Revit (CCR) a annoncé que la bonification de sa série de panneaux d’interprétation annoncée il y a quelques mois est maintenant complétée.

Une situation difficile pour les comptoirs de dons de la région

La Ressourcerie de Lévis, Écolivres et les différents services d’entraide de la région ont lancé un cri du cœur afin que les usagers qui vont porter des dons à ces organismes le fassent selon les consignes prescrites. Au retour de la période des Fêtes, une foule de dons entassés, mouillés, pillés et souillés se sont retrouvés devant les portes de ces organismes qui ont dû tout envoyer vers l’écoce...

Un concert profitable pour la SCSP

Grâce à une initiative de Pascale Gasse, fondatrice et propriétaire de www.lancetonlivre.ca, et de Caroline Gobeil, fondatrice de Piano Boulot Dodo, la section Chaudière-Appalaches de la Société canadienne de la sclérose en plaques (SCSP) a reçu un don de 1 750 $.

Succès pour la guignolée du CPSL malgré la pandémie

La 11e Guignolée du Dr Julien à Lévis, au profit du Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL), s’est déroulée du 1er décembre au 15 janvier. L’objectif de la campagne, fixé à 120 000 $, a été atteint et même dépassé puisque 154 479,38 $ ont été amassés par l’organisme.

Une aide financière fédérale pour Alliance-Jeunesse

David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada, et Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor, ont annoncé une aide financière de 340 447 $ partagée entre les organismes Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière et la Maison Marie-Frédéric, à Québec, afin de les aider à maintenir leurs services auprès des victimes de traite à des fins d’exploitation sexuelle et des trava...

Être soutenu face à la maladie d’Alzheimer

Durant tout le mois de janvier, mois de l’Alzheimer, la Société Alzheimer Chaudière-Appalaches rappelle que des ressources existent pour s’informer sur cette maladie et les autres troubles neurocognitifs.

Deux aides financières pour améliorer l’environnement

La Fondation GDG a invité, le 11 janvier, les organismes et municipalités admissibles à présenter leur candidature aux programmes Coup de balai et Mission Jardins urbains.