CRÉDIT : ARCHIVES

Services publics et Approvisionnement Canada a émis le 1er novembre, au nom du ministère de la Défense nationale, des préavis d’adjudication de contrats (PAC) indiquant son intention de confier la prestation de services de soutien à la maintenance des 12 frégates de la classe Halifax du Canada au chantier maritime lévisien Davie, à Irving Shipyards d’Halifax et à Seaspan de Victoria. Les trois contrats totaliseront une valeur d’environ 7 G$.

Selon Radio-Canada, Seaspan devrait moderniser cinq frégates alors que Davie et Irving Shipbuilding se partageraient le reste à parts égales, en alternance.

Ces contrats ont été attribués dans le cadre du volet des projets de réparation, de radoub et de maintenance de navires. Les 12 frégates de la classe Halifax pourront ainsi continuer de faire l’objet de travaux de maintenance et d’ingénierie jusqu’à la livraison des nouveaux navires de combat canadiens.

À la suite d'une consultation auprès de l'industrie lancée en décembre 2016, Ottawa estime que les trois chantiers navals canadiens présélectionnés possèdent les effectifs et l’infrastructure nécessaires pour exécuter les travaux demandés.

Notons toutefois que les autres fournisseurs intéressés à soumissionner l’un de ces contrats disposent de 15 jours civils pour signaler leur intérêt en soumettant un «énoncé de capacités» qui satisfait aux exigences décrites dans les PAC.

«Notre gouvernement, qui s’est engagé à long terme à maintenir une force navale agile et réactive, fournira à la Marine et à ses marins les navires fiables dont ils ont besoin pour faire leur travail, et ce, tout en protégeant les intérêts de toute la population canadienne», a déclaré Carla Qualtrough, ministre fédérale des Services publics et de l’Approvisionnement et de l'Accessibilité.

Des centaines de travailleurs...en 2021

Si l'annonce d'Ottawa est une bonne nouvelle pour Davie à la suite des vagues de licenciements des derniers mois, les centaines d'employés embauchés qui seront appelés à oeuvrer à Lauzon sur les navires militaires devront prendre leur mal en patience.

En effet, les travaux ne débuteront qu'en 2021, comme le rapporte Radio-Canada. La réalisation du contrat serait cependant étalé sur 15 ans, soit jusqu'à la fin de la durée de vie des frégates de classe Halifax.

Réjouissances et critiques québécoises

À la suite de l'annonce du gouvernement fédéral, plusieurs intervenants de la province se sont réjouis de la nouvelle, dont les dirigeants du chantier maritime de Lauzon et la CSN.

Toutefois, cette centrale syndicale qui représente les employés de la Davie a émis certaines réserves tout comme le Bloc québécois, principalement en ce qui a trait à leur demande afin que le Québec obtienne une part correspondante au poids de la province dans la fédération canadienne.

«Alors que le chantier Davie peut faire vivre jusqu'à 2 000 travailleurs et leurs familles, il n'y a en ce moment que 60 salariés sur le chantier. Les travaux d'entretien des frégates ne débuteraient qu'en 2021. Il est aberrant que le chantier Davie ne puisse rouler au maximum de sa capacité d'ici là. D'autant plus que nous évaluons que, pour ce type de travaux, le ratio investissement/nombre de travailleurs sera loin d'être celui que nous constations lors des travaux portant sur le navire Asterix», a notamment analysé le président de la Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN), Louis Bégin.

«L’histoire se répète, les libéraux lancent quelques miettes et se pavanent comme des paons avec leur annonce médiocre. 3 navires sur 12, pas d’ouvrage avant 2021, alors que le plus grand et le meilleur chantier naval au Canada est sur le banc de touche? C’est très très loin d’être suffisant», a pour sa part déploré le député bloquiste Michel Boudrias, le porte-parole de son parti pour les questions de défense.

Les plus lus

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

L'Entre-Côte Riverin ouvre ses portes à Saint-Romuald

Le restaurant Entre-Côte Riverin de Saint-Romuald, un établissement du Groupe D Resto, ouvre ses portes aujourd'hui.

Nouveaux propriétaires pour les Portes du Québec

Stéphanie Poitras et son conjoint Simon Lachance ont acquis, le 1er octobre, les Portes du Québec, une entreprise lévisienne spécialisée dans la vente, l’installation et la réparation de portes de garage Garaga.

Lévis se distingue au gala des prix Nobilis

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) – région de Québec, a dévoilé, le 28 novembre, les 21 projets lauréats d’un Prix Nobilis 2019, dans le cadre de la 33e édition de son gala, célébrant l’excellence en habitation sur le territoire de l’APCHQ - région de Québec. Plusieurs projets réalisés par des entrepreneurs lévisiens ou à Lévis ont été honorés...

Celco fermera ses portes

Selon ce que rapporte Radio-Canada, l'usine de portes Celco, propriété de la multinationale Masonite située dans le parc industriel de Saint-Romuald, fermera ses portes. 60 personnes perdront leur emploi au cours des prochains mois en raison de cette décision.

Un centre d’entraînement dans le quartier Miscéo

Gym Facteur 23 a officiellement ouvert ses portes le 14 décembre dernier.

La semaine de la Poutine bientôt de retour

C’est du 1er au 7 février prochain que se tiendra la huitième édition de La semaine de la Poutine (Poutine Week). 96 établissements de la grande région de Québec prendront part à la compétition culinaire amicale, dont plusieurs de Lévis.

Un nouveau chef à L’intimiste

Martin Patry, propriétaire du restaurant L’intimiste, a annoncé, le 27 janvier, la venue d’un nouveau chef à son restaurant. Depuis les dernières semaines, Guillaume Mundviller (sur la photo) est à la barre des cuisines de l’établissement du Vieux-Lévis.