Clean International compte présentement 22 travailleurs étrangers des Philippines. L’entreprise pourrait en recruter jusqu’à 80, soit 10% de la masse d’employés. CRÉDIT : COURTOISIE CLEAN INTERNATIONAL

C’est bien connu, la pénurie de main-d’œuvre en Chaudière-Appalaches, et plus largement au Québec, est une situation qui s’est généralisé au cours des dernières années dans plusieurs domaines d’activité professionnelle. Le vieillissement de la population, mélangé à la glorification de la spécialisation de l’emploi et au recul des métiers de terrain créent des problèmes d’embauche dans des commerces locaux. Si l’heure est à la recherche de solution et à l’innovation dans les méthodes d’embauche, certaines entreprises, comme Clean International, située à Saint-Jean-Chrysostome, font le pari de se tourner vers le recrutement de main-d’œuvre internationale.

À Lévis, Statistiques Canada évaluait en 2016, le taux de chômage à 4,1%, soit le plus faible taux parmi les 50 villes d’importance au pays. Bien que ce nombre démontre la vitalité économique de la région, plusieurs postes demeurent à pourvoir, au grand désarroi des chefs d’entreprise. 
Chez Clean International, une entreprise de 800 employés spécialisée en assainissement agroalimentaire basée à Lévis et en Ontario, la recherche de candidats pour joindre les équipes permanentes, qui nettoient chaque nuit les équipements de production des usines, «n’est pas évidente», déplore Méllina Boudreault, conseillère en recrutement pour l’entreprise.  «Même le salaire ne fonctionne plus pour attirer des gens, qui préfèrent travailler de jour à un salaire moins élevé».
Elle affirme avoir comptabilisé près de 400 candidatures reçues depuis le début de 2019 en Ontario, mais plus de la moitié d’entre elles ne donnent pas de retour. «On ne refuse personne, mais à Québec et Lévis, les CV de gens qui sont vraiment intéressés se font rares. Il arrive même que certains viennent juste pour une heure pour obtenir leur chômage», ajoute-t-elle. 

Une solution pour guérir les maux?

 C’est ainsi que le recrutement de la main-d’œuvre internationale constitue la solution la plus fiable pour combler ses postes vacants, aux yeux de Marie-Ève Labrie, directrice générale adjointe de l’entreprise familiale qui existe depuis 25 ans. C’est pour pallier la rareté de personnel et en «prévision d’une crise de main-d’œuvre» qui frappe surtout pendant les vacances estivales, raconte-t-elle, que Mme Labrie a été de l’avant dans ses démarches, en allant à la rencontre de potentiels travailleurs aux Philippines, en avril 2018. Une vingtaine d’entre eux ont été sélectionnés pour l’emploi, dont 10 pour l’Ontario et 12 pour le Québec. Huit sont actuellement à Saint-Henri pour un contrat.

Toutefois, comme elle l’explique, les processus s’éternisent et l’entreprise n’est pas admissible à une aide gouvernementale pour l’appuyer. «On a essayé d’avoir des subventions, mais le gouvernement est réticent. On se fait dire : ‘’Tu en as reçu des CV alors tu peux recruter’’, décrie-t-elle, alors que les Philippins n’ont mis le pied en sol québécois qu’en décembre 2018, soit huit mois après le recrutement dans leur pays. Le gouvernement appuie les métiers spécialisés, pourtant c’est dans les emplois non qualifiés de première ligne qu’il y a un manque au Québec.» 

Du dévouement et de l’attente 

Toujours dans une quête de combler ses besoins et de pourvoir quelques-uns de ses 75 postes vacants, Clean International a entamé, à l’automne dernier, de nouvelles démarches pour l’embauche de 30 travailleurs étrangers, ceux-ci en provenance du Vietnam. Les demandes de travail ont été acceptées au Canada, mais elles sont toujours en traitement au Vietnam. 
Selon Maxime Lapointe, avocat spécialisé en immigration responsable du dossier, ces délais sont récurrents, soit en raison du trop grand nombre de demandes ou du quota fixé par le pays. Il se désole de «l’ingérence du fédéral dans un problème de pénurie local et de la rigidité du bureau canadien des visas qui ne délivre des autorisations valides que pour 12 mois», lui qui renouvèle actuellement les permis de travail des Philippins.
On peut compter près de 40 semaines de délai avant d’obtenir une réponse, sans garantie qu’elle s’avèrera positive, même si des frais de 1 000$ par tête sont engagés.  Clean International ne se cache pas vouloir allonger ses permis de travail à 18 mois, puis viser la résidence permanente pour ses travailleurs. 

Les plus lus

Une station-service nouvelle génération à Lévis

Une station multiénergie est maintenant en service à Lévis, grâce à un investissement de plus de 10 M$. EBI Énergie, Groupe Crevier, Énergir et le Circuit électrique d’Hydro-Québec se sont regroupés pour proposer à un même emplacement des carburants traditionnels et alternatifs à proximité de l’autoroute 20 à Saint-Nicolas.

Un investissement majeur pour la résidence Le Conf’or

La résidence pour personnes âgées autonomes, semi-autonomes ou en convalescence Le Conf’or, située à Saint-Rédempteur, a inauguré la phase 2 de son plan d’agrandissement en 3 phases, le 3 octobre dernier. À terme, les phases 2 et 3 des travaux représentent un investissement de 4,7 M$.

Changement de garde au Resto 2000

Géré pendant 32 ans par la famille Rousseau, le Resto 2000 de Saint-Étienne-de-Lauzon a changé de mains le 1er juin. Employé pendant 13 ans de l’établissement, Michael Harvey a pris les rênes du restaurant de la route Lagueux.

Un bureau à Lévis pour Ouellet Canada

Ouellet Canada a annoncé, le 16 septembre, qu’elle a ouvert un bureau à Lévis, dans un immeuble de Logisco au Carrefour Saint-Romuald.

Fuite de données chez Desjardins : tous les membres particuliers touchés

Desjardins a annoncé le 1er novembre que la veille, la Sûreté du Québec (SQ) a informé la coopérative financière de Lévis que son enquête tend maintenant à démontrer que ce sont les données des 4,2 millions de membres particuliers qui sont touchées par la fuite de renseignements personnels dévoilée le 20 juin dernier.

Le nouveau Sports Experts des Galeries Chagnon ouvre ses portes

Regroupant les bannières Sports Experts, Atmosphère et Entrepôt du Hockey, le nouveau magasin du Groupe Boucher Sports aux Galeries Chagnon a ouvert ses portes le 6 novembre. Pour marquer la concrétisation de cet investissement majeur, l’entreprise a tenu, la veille, un cocktail d’ouverture où 300 personnes étaient conviées.

Tous ensemble, changeons la donne avec et pour les jeunes

Voici une lettre ouverte de Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, publiée dans le cadre de la Semaine de la coopération.

Le Groupe Maurice inaugure le Margo

C’est en présence de quelque 300 résidents et de nombreux dignitaires, dont la ministre responsable des Aînés du Québec, Marguerite Blais, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et le député fédéral sortant de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, que le Groupe Maurice a inauguré, le 9 octobre, le Margo, son nouveau complexe résidentiel pour retraités situé dans le quartier Miscéo.

Cocité Lévis : un plan de 315 M$ sur la table

Comme rapporté par le Journal en juin dernier, l’entreprise Humaco Stratégies a procédé au dévoilement de ses plans pour Cocité Lévis, son projet immobilier et commercial à la tête des ponts en bordure du fleuve Saint-Laurent et de la route Marie-Victorin à Saint-Nicolas, le 7 novembre.

Une cellule de propulsion entrepreneuriale pour Lévis

Très bientôt, une dizaine d’entrepreneurs de la région d’une entreprise de moins de 10 employés pourront prendre part à la Cellule de propulsion pour entrepreneur. Ce programme d’accompagnement entrepreneurial sera mis en place par le Service aux entreprises de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) en collaboration avec la Clinique d’accompagnement entrepreneurial du Québec.