C'est sur ce chantier que René Gauthier a perdu la vie le 10 juillet 2019. CRÉDIT : CNESST

C'est le 4 novembre que la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu publiques les conclusions de son enquête sur l'accident du travail ayant coûté la vie à René Gauthier, peintre compagnon pour Versailles 48, le 10 juillet 2019, sur le pont enjambant la rivière Etchemin à Saint-Romuald (boulevard Guillaume-Couture/route 132).

Rappelons que le jour de l'accident, M. Gauthier se trouvait sur le chantier du pont enjambant la rivière Etchemin pour le décapage et la peinture de sa structure d'acier. Pour ce faire, ses collègues et l'homme de 59 ans utilisaient un équipement sous pression au jet abrasif.

Vers 9h, les contremaîtres du chantier ont remplacé le joint d'étanchéité du couvercle de l'équipement, car une fuite avait été détectée la veille. À 9h40, une fois le joint remplacé, l'un des contremaîtres a redémarré l'équipement, puis deux d'entre eux ont resserré les boulons qui retenaient son couvercle à l'aide d'une clé anglaise.

Alors que René Gauthier et ses collègues retournaient sous la structure du pont pour y reprendre les travaux de peinture, le couvercle du trou d'homme de l'équipement sous pression a cédé, projetant M. Gauthier contre le parapet du pont. Un second travailleur a été projeté par-dessus le garde-fou qui longeait la voie de circulation.

À l'arrivée des services d'urgence sur les lieux vers 10h, les secouristes ont constaté le décès de René Gauthier.

Deux causes à l'accident

La CNESST affirme que son enquête a permis d'identifier deux causes pour expliquer l'accident. D'abord, selon la commission, les dimensions du couvercle du trou d'homme du réservoir étant inférieures à celles prévues par le manufacturier; elles permettaient son déplacement et son expulsion sous l'effet de la pression.

Également, un réservoir livré avec le mauvais couvercle du trou d'homme exposait les travailleurs au danger d'être frappés par ce dernier ou d'être projetés lorsque le réservoir était mis sous pression.

D'ailleurs, à la suite de l'accident, la CNESST a suspendu les travaux de décapage au jet abrasif effectués par le maître d'œuvre, Construction BSL, et par son sous-traitant, Versailles 48. La reprise des travaux a été autorisée après que le maître d'œuvre et son sous-traitant ont installé de nouveaux équipements sous pression conformes au règlement et au code d'installation des équipements sous pression.

Suivis de l'enquête

Dans le communiqué de presse publié afin de prévenir les médias du dévoilement des conclusions de son enquête, la CNESST a annoncé qu'elle mènera deux actions afin de s'assurer que les normes exigées quant à l'utilisation des équipements sous pression sur les chantiers routiers soient respectées à la lettre.

La CNESST, en collaboration avec la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), sensibilisera le ministère des Transports du Québec (MTQ) à la pertinence d'inclure aux cahiers de charges et aux devis généraux les exigences en matière de droit d'exercice nécessaire de l'installateur et en matière de conformité des équipements sous pression. Elle veillera à ce que le MTQ s'assure que ses équipements sous pression ou ceux de ses sous-traitants sont conformes à la réglementation applicable et que les utilisateurs ont la certification requise. La RBQ établira et mettra en application une stratégie destinée à aider les intervenants à mieux comprendre leurs obligations en ce qui a trait aux équipements sous pression mobiles.

La CNESST transmettra également son rapport à différents intervenants qui sont susceptibles d'utiliser des équipements sous pression, notamment l'Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec.

Les plus lus

Interruption de l'alimentation en eau potable pour certains Lévisiens mercredi

En raison des travaux remplacement de vannes d’aqueduc dans le secteur Lévis, la Ville de Lévis devra procéder mercredi à une interruption temporaire de l'alimentation en eau potable dans le secteur de l'École des Pixels.

L'incident du parcours des Anses résolu

À la suite de l'appel lancé par le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) pour expliquer une mystérieuse tache de sang découverte dans les marches de l'escalier menant au parcours des Anses, au bout de la rue Fagot, une personne s'est manifestée et sa situation est hors de danger.

Le SPVL veut éclaircir un mystérieux accident

Par voie de communiqué, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a demandé l'aide de la population, le 21 avril, afin de faire la lumière sur un incident qui serait survenu à la mi-avril, dans le secteur Bienville.

Un visiteur non désiré pris la main dans le sac

Des patrouilleurs du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont arrêté un Lévisien de 28 ans qui se serait introduit par effraction dans les anciens locaux de Rinfret Volkswagen, dans la nuit de mardi à mercredi.

Un Beaumontois meurt en manipulant une arme à feu

Un résident de Beaumont âgé de 55 ans est décédé de blessures liées à la manipulation d'une arme à feu, mercredi matin.

Ivre au volant pendant le couvre-feu

Des patrouilleurs du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont arrêté une quadragénaire lévisienne après que ces derniers ont retrouvé la récidiviste en pareille matière ivre au volant de sa voiture, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Accident de VTT mortel à Saint-Joseph-de-la-Pointe-De Lévy

Une promenade en véhicule tout-terrain (VTT) entre trois amis a pris une tournure dramatique samedi soir, dans le secteur Saint-Joseph-de-la-Pointe-De Lévy (NDLR : secteur rural à l'est de Lauzon et Pintendre). À la suite d'un accident, l'un des conducteurs, un homme de 37 ans de la région de Lévis, est mort.

Décès d'un travailleur lors de travaux d'élagage à Saint-Henri : la CNESST dévoile ses conclusions

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu le 14 avril publiques les conclusions de son enquête sur l'accident du travail ayant coûté la vie à Réal Gagné, homme à tout faire pour l'entreprise Sablière Nord-Sud, le 4 mai 2020, à Saint-Henri.

Avis d'ébullition en vigueur pour une partie de Saint-Nicolas

En raison d’un bris d’aqueduc, la Ville de Lévis a dû procéder à une coupure d’eau qui a affecté les résidences, commerces et entreprises situés à l’ouest du 1374, route Marie-Victorin dans le secteur Saint-Nicolas. Bien que l’interruption temporaire de l’alimentation en eau potable soit terminée, un avis d'ébullition est maintenant en vigueur, et ce, pour les 72 prochaines heures.

COVID-19 : près d'une trentaine de constats remis à Lévis lors de la dernière semaine

Contrairement aux semaines précédentes, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a dû punir davantage des personnes ne respectant pas les mesures sanitaires à Lévis lors de la dernière semaine. Pour la période du 19 au 25 avril, le corps policier lévisien a remis 28 constats pour des infractions à des règles en vigueur afin de freiner la propagation du coronavirus.