Photo : Elisa Ventur - Unsplash

La charge mentale définit tout le travail invisible d’organisation et de gestion de la vie familiale et professionnelle ainsi que l’implication émotionnelle auquel est confronté un individu. Ce sont souvent les femmes qui doivent composer avec cette gymnastique complexe et le contexte sociosanitaire dans lequel la société est plongée depuis deux ans n’a fait que l’alourdir. C’est le principal constat qui ressort d’une étude menée par le Centre de recherche sociale appliqué (CRSA) et qui a été présentée le 26 avril par le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches.

Par Mélanie Labrecque - Collaboration spéciale

Ces impacts sont bien visibles, selon ce qui est rapporté dans Les effets de la crise sociosanitaire de COVID-19 sur la charge mentale des femmes - Le vécu de travailleuses de la région de Chaudière-Appalaches.

Ainsi, la pandémie a fait croître les niveaux de stress, d’anxiété et de fatigue vécus par les travailleuses participantes. Elles ont les émotions à fleur de peau, se sentent submergées, ressentent une fatigue mentale qui fait en sorte que tout semble plus compliqué au travail et à la maison. Elles disent avoir plus de difficulté à prendre des décisions, à s’adapter au changement et être plus irritables. «Ce qui a parfois un impact négatif sur leurs relations professionnelles ou familiales. Certaines mentionnent s’être un peu isolées durant certaines périodes.»

Elles ont aussi noté des manifestations physiques de ce stress et cet épuisement. Certaines ont développé un zona, ont vu leur système immunitaire s’affaiblir, ont constaté des raideurs musculaires et articulaires. «Ces sensations physiques peuvent de plus avoir des répercussions sur leur capacité à vaquer à leurs occupations habituelles.» S’ajoutent des effets sur la qualité et la quantité du sommeil, la prise de médication pour certaines, l’augmentation de la prise d’alcool pour d’autres.

Des causes multiples

«Alors que les écoles et plusieurs services de garde ont fermé au Québec durant plusieurs semaines au printemps 2020 et sporadiquement par la suite, au gré des éclosions et des périodes plus ou moins longues d’isolement des enfants, ce travail invisible des femmes s’est exacerbé», peut-on lire dans le document.

Dans la sphère familiale, les participantes sont celles sur qui est retombée la responsabilité de la garde des enfants pendant les fermetures d’école, les tests de dépistage, les fermetures de classes, etc. Elles devaient donc réorganiser leur vie professionnelle en fonction de ces imprévus.

À cela s’est ajoutée la responsabilité de l’école à la maison. «Prendre du temps pour installer les enfants devant leur écran afin qu’ils suivent leurs cours à distance et pour faire le suivi des devoirs. Il s’agit aussi d’avoir en tête les horaires des différentes activités scolaires des enfants de la maisonnée. […] Ce travail des femmes auprès des enfants se réalise aussi en même temps qu’elles doivent effectuer les tâches liées à leur propre emploi», explique-t-on.

Enfin, toutes les contraintes sanitaires ont réduit l’accès à l’aide extérieure à laquelle elles avaient accès.

Professionnellement, l’implantation du télétravail a eu des effets positifs en permettant une plus grande flexibilité des horaires.

Toutefois, la gestion de l’espace de travail pour tous les membres de la famille est devenue un enjeu important, tout comme la réduction de l’étanchéité entre la vie personnelle et professionnelle. «Les sollicitations constantes et de toutes parts de collègues, de supérieurs, ou des enfants rendent aussi le télétravail particulièrement difficile. Le répit est difficile à trouver. Des femmes expriment un grand besoin de se retrouver seules.»

La santé et la sécurité des proches ont aussi pesé lourd dans la balance alors que, par exemple, les proches aidants ne pouvaient plus entrer dans les CHSLD et les RPA, veiller sur un proche qui habite seul ou aller faire son épicerie.

Solutions

Le portrait n’est pas tout noir, les participantes ont aussi identifié certaines pistes de solution pour réussir à alléger leur fardeau. Cependant, elles sont bien souvent le fruit d’initiatives individuelles et non collectives.

Cette recherche a ainsi permis de mettre en lumière certains constats qui pourraient contribuer à une transformation durable de cette charge.

Il faudrait considérer l’enjeu de la charge mentale comme un enjeu collectif et structurel, bonifier les services publics de soutien aux femmes dans leurs différents rôles (répit, services aux enfants et aux proches dépendants, etc.) dans une perspective d’allègement de la charge mentale et déconstruire les stéréotypes de genre et de la division sexuelle du travail avec une perspective intersectionnelle.

Méthodologie

Cette étude a été réalisée dans le cadre de l’Entente sectorielle de développement en matière d’égalité entre les femmes et les hommes dans la région de la Chaudière-Appalaches 2019-2021.

Elle a été menée en trois volets : recherche documentaire et statistique ciblée pour définir le concept de charge mentale et recenser les données à ce propos et qui portent sur la crise de la COVID-19.

Ensuite, il y a eu la collecte de données qualitatives. Les entrevues ont été réalisées en mai 2021 auprès de 22 femmes originaires de Lévis ainsi que de 7 des 9 MRC de la région. Elle a consisté en une entrevue d’une durée moyenne de 45 minutes visant à recueillir les points de vue et les expériences des travailleuses par rapport à l’impact de la pandémie sur leur charge mentale.

Enfin, il y a eu analyse secondaire des données recueillies dans le cadre du projet Répercussions de la pandémie sur les groupes de femmes en Chaudière-Appalaches, État de situation 2020-2021.

Les plus lus

L’hypersexualisation de la femme renforcée par les codes vestimentaires?

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 mai 2022

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en collaboration avec Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, lance ses appels de candidatures pour le Prix du CALQ – Artiste de l’année dans la Capitale-Nationale et le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Chaudière-Appalaches. En décernant ces prix, le CALQ poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui au...

Emmy Plante doit quitter Les chefs!

À l’issue de l’émission télédiffusée le 16 mai dernier, la Lévisienne Emmy Plante a dû accrocher sa veste des Chefs!. La cheffe originaire de Lévis a alors été éliminée du concours de cuisine d’ICI Radio-Canada Télé.

Le Festibière de Lévis de retour lors du long congé de la fête du Canada

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, le Festibière de Lévis est de retour au quai Paquet et aura lieu du 30 juin au 3 juillet. Les organisateurs de l'événement en ont fait l'annonce, le 28 avril, lors du dévoilement des événements qu'ils présenteront cette année.

Chronique historique - Les anglophones de Lévis

En septembre 2020, le Journal de Lévis publiait un article nous apprenant qu’une école primaire de langue anglaise s’installera à Lévis en 2022. Sujet intriguant s’il en est un, l’histoire de la Rive-Sud comporte des pages qui relatent de manière éparse la présence d’une communauté anglophone qui a laissé des traces significatives et partiellement oubliées.

Dans l'œil de Michel - Chronique du 27 avril 2022

Le tournoi novice de Magog s’est déroulé à la mi-avril. Les Commandeurs N3-1 de Pointe-Lévy (1re photo) se sont alors inclinés en finale 2 à 1 contre les Tigres N3-2 de Victoriaville. Félicitation pour votre belle prestation et bravo également aux instructeurs, Martin Barrette, Jérôme Deschênes et Christian Guay. 

Aider grâce à la nature

Éducatrice spécialisée depuis quelques années, la Lévisienne Caroline Vallières lancera bientôt son projet de rêve. Grâce à un partenariat noué avec la Ferme Origine de Pintendre, elle ouvrira cet été les portes de son entreprise qui offrira des services d’accompagnement spécialisé dans la nature : Bottes et sabots.

Un cap important dans l’histoire de Lévis célébré cette année

Il y a maintenant 375 ans, Guillaume Couture devenait le premier Européen à s’établir sur une base permanente sur le territoire qui allait devenir Lévis. Pour marquer ce cap bien important dans l’histoire lévisienne, la Société d’histoire de Lévis (SHL) prévoit tenir des activités spéciales au cours des prochains mois.

Trois étudiantes lévisiennes récompensées

16 étudiants et diplômés du programme Gestion et technologies d’entreprise agricole du Cégep de Lévis, dont 3 Lévisiennes, ont reçu des bourses le 23 février, lors d’une cérémonie virtuelle. Elles ont alors été récompensées pour l’excellence de leurs résultats scolaires, leur implication dans la communauté, leurs compétences entrepreneuriales et leur participation à la vie collégiale.

Des camionneurs manifestent leur mécontentement

Les transporteurs en vrac membres de l'Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI) ont fait un coup d’éclat à la grandeur du Québec, le 9 mai dernier. En matinée, des camionneurs ont visité les bureaux de circonscription des élus de l’Assemblée nationale ainsi que les centres de services et les directions territoriales du ministère des Transports du Québec (MTQ).