Daniel Paré, PDG du CISSS, Brigitte Busque, présidente du CA du CISSS, Marie-Michèle Fontaine, Patrick Simard, et François Bourgault, du Bureau de normalisation du Québec.

Au terme d’un processus de deux ans visant à instaurer des mesures pour améliorer la santé et le mieux-être des employés au travail, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a vu ses efforts reconnus par l’obtention de la certification Entreprise en santé – Élite décernée par le Bureau de la normalisation du Québec (BNQ).

Pour établir le plan d’action, les employés ont été consultés directement afin de connaître leurs préoccupations et leurs attentes. C’est par des sondages menés auprès des travailleurs du CISSS de Chaudière-Appalaches qu’a débuté la démarche de certification, engagée à l’initiative des membres du conseil d’administration et de la direction de l’établissement en avril 2016. La certification est attribuée pour trois ans, mais le CISSS prévoit une mise à jour régulière du plan d’action.

«On a, avec eux, posé un diagnostic et établi un grand plan d’action comportant plusieurs mesures dans quatre sphères», explique la directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, Marie-Michèle Fontaine.

Des actions portant sur les saines habitudes de vie, l’équilibre travail-vie personnelle, les pratiques de gestion et l’environnement de travail ont ensuite été mises en place. Les employés ont par exemple proposé la tenue d’événements sportifs et ont demandé à avoir accès à des activités physique dans les installations ou à proximité.

L’accent a tout particulièrement été mis sur l’équilibre travail-vie personnelle. «Au niveau de l’aménagement du temps de travail, de la conciliation travail et vie personnelle, c’est là où les employés nous ont demandé de mettre beaucoup d’énergie et c’est ce que nous avons fait», souligne la responsable.

Davantage de mesures d’aménagement du temps de travail ont ainsi été octroyées, avec plus de 700 mesures en 2018, contre 300 l’année précédente. Les semaines de 32 heures sur 4 jours sont aussi plus répandues, tout comme les horaires comprimés où les employés effectuent la totalité de leurs heures en 9 jours plutôt que 10. Le télétravail est également favorisé.

Enfin, un programme de reconnaissance a été instauré, des efforts ont été déployés en terme de communication et de gestion du changement, ainsi qu’une plus grande attention portée à l’ergonomie des postes de travail.

Un employeur plus attractif

 En contribuant à meilleur état de santé et de mieux-être du personnel, ces changements devraient permettre une diminution, à moyen terme, des coûts associés aux absences et au temps supplémentaire. Les coûts de l’assurance salaire se sont en effet élevés à plus de 19 M$ en 2017-2018. Quant aux coûts indirects associés à la non-santé, formation, remplacement, temps supplémentaire, leur montant s’élève à  6,7 M$ pour la même année.

Ce plan d’action, qui vise à favoriser le bon état de santé des travailleurs au sein du CISSS, pourrait aussi être un atout dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre. Si le CISSS compte plus d’une centaine de types d’emploi différents, trois postes manquent cruellement de personnel, les infirmières et les infirmières-auxiliaires (250 postes à pourvoir) ainsi que les préposées aux bénéficiaires (450 postes vacants).

«Dans le contexte actuel du marché de l’emploi, à titre de plus grand employeur de Chaudière-Appalaches, il est important que notre personnel soit en bonne santé physique et psychologique afin qu’à son tour, il puisse être pleinement disponible à prendre soin de la santé et du bien-être des citoyens de la région», a commenté le président-directeur général adjoint, Patrick Simard. 

Les plus lus

Une première québécoise à Lévis

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

Le viaduc de Saint-Rédempteur enfin ouvert

La nouvelle infrastructure routière reliant maintenant Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas, qui était attendue depuis plus de 30 ans par la population, devrait permettre aux automobilistes de passer moins de temps sur la route.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Nouveautés extérieures au CPE du Bois Joli

Les tout-petits auront de quoi s’amuser dans la cour du Centre de la petite enfance (CPE) du Bois Joli, alors que la garderie prévoit l’aménagement de nouvelles installations extérieures dans le boisé qui la borde.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.