CRÉDIT : ARCHIVES

De passage à Rimouski le 6 mai, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, ainsi que la ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, ont annoncé que le gouvernement provincial donnait son feu vert pour le projet de délocalisation du programme de doctorat en médecine de l’Université Laval. Le projet défendu par la faculté de médecine de l'université de Québec, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, le CISSS du Bas-Saint-Laurent et l’Université du Québec à Rimouski permettra notamment la construction de pavillons d'enseignement de la médecine sur les sites de l'Hôtel-Dieu de Lévis et de l'Hôpital régional de Rimouski.

Le 6 mai, le gouvernement du Québec a autorisé le démarrage de la phase de conception du projet, qui comprend notamment l'élaboration d'un programme fonctionnel et technique. Québec prévoit investir 37 M$, soit 20 M$ pour la construction du pavillon d’enseignement délocalisé à Lévis et 17 M$ pour celui de Rimouski. 

Les deux établissements de santé concernés, soit le CISSS du Bas-Saint-Laurent et le CISSS de Chaudière-Appalaches, sont également invités à mettre sur pied un comité directeur. Ce dernier sera composé des principaux partenaires du projet.

 Notons que les partenaires souhaitent accueillir les premières cohortes de 18 étudiantes et étudiants en médecine à Lévis et à Rimouski dès septembre 2022. À terme, les deux pavillons pourront accueillir chacun les cohortes de trois années d'enseignement, soit jusqu'à 90 étudiants pour l'Hôtel-Dieu de Lévis et jusqu'à 54 étudiants à Rimouski.

Concrètement, l’enseignement du préexternat en médecine, soit les trois premières années du doctorat à Rimouski et à Lévis, et l’enseignement des deux dernières années du doctorat (externat selon une formule adaptée aux régions) dans l'Est-du-Québec y seront offerts. Dans une phase suivante, les partenaires désirent consolider l’enseignement des programmes de résidence (la formation à suivre après le préexternat et l'externat) en région et développer le mentorat et la formation médicale continue pour soutenir la pratique en région.

Ces deux projets de construction s'inscrivent dans le cadre d'une démarche visant à délocaliser le programme de doctorat en médecine de l'Université Laval, en collaboration avec l'UQAR. L'initiative vise à offrir une formation médicale adaptée à la pratique en région «par une exposition précoce et continue à cette pratique médicale» et par le développement de compétences liées à la collaboration interprofessionnelle, en y associant, notamment, des étudiantes infirmières praticiennes et étudiants infirmiers praticiens spécialisés formés à la pratique en région.

Rappelons toutefois qu'une certaine controverse avait entouré le projet l'an dernier. Au départ, seul un pavillon d'enseignement devait être construit à Lévis. C'est seulement la formation en externat qui aurait été offerte dans l'Est-du-Québec, ce qui avait provoqué la grogne de plusieurs acteurs de cette région. En mai 2018, l'Université Laval avait finalement présenté une version bonifiée du projet, avec l'établissement de pavillons d'enseignement à Lévis et Rimouski.

Attirer des médecins en région

Grâce au projet, le ministère de la Santé et les partenaires derrière l'initiative espèrent augmenter l'attractivité de l'Est-du-Québec auprès des futurs médecins.

«Une telle initiative s'avère une stratégie efficace de recrutement de nouveaux médecins prêts à établir leur pratique en région. Il est en effet prouvé que cette approche fonctionne, puisqu'elle a été adoptée ailleurs dans le monde et a porté ses fruits. Nous souhaitons ainsi offrir aux usagers de tous les établissements le meilleur accès possible aux services d'un médecin de famille ou d'un spécialiste à proximité de leur milieu de vie, tout en assurant la qualité de l'expertise formée sur place», a déclaré Danielle McCann.

«Les futurs médecins sauront tirer profit d'une immersion clinique qui se distingue par un modèle d’organisation axé sur la cohésion médicale et la collaboration multidisciplinaire qui favorisent le développement et l’apprentissage. Nous sommes convaincus que la combinaison ''conditions d’apprentissage et expositions à différents milieux ruraux de la région de Chaudière-Appalaches” favorisera l’intérêt pour une pratique en région et répondra aux besoins de notre communauté et de celle de l’Est-du-Québec : accueillir nos futurs médecins!», a pour sa part souligné Daniel Paré, président-directeur général du CISSS de Chaudière-Appalaches.

Les plus lus

Une première québécoise à Lévis

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Le viaduc de Saint-Rédempteur enfin ouvert

La nouvelle infrastructure routière reliant maintenant Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas, qui était attendue depuis plus de 30 ans par la population, devrait permettre aux automobilistes de passer moins de temps sur la route.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Nouveautés extérieures au CPE du Bois Joli

Les tout-petits auront de quoi s’amuser dans la cour du Centre de la petite enfance (CPE) du Bois Joli, alors que la garderie prévoit l’aménagement de nouvelles installations extérieures dans le boisé qui la borde.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.