550 élèves du Québec, de la Belgique et de la France se sont réunis à l’ESLE pour participer à la 6e édition du Colloque philo pour ados. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

La 6e édition du Colloque philo pour ados s’est déroulé à l’École secondaire Les Etchemins (ESLE), les 17 et 18 avril derniers. Sous le thème Diversité à travers diverses cités, l’activité rassemblait 550 jeunes de 13 à 17 ans provenant de différentes régions du Québec, de la Belgique et de la France.

Au cours de ce colloque organisé par des élèves de secondaire 5 du programme Citoyen du monde offert à l’École secondaire de l’Aubier et l’ESLE, les jeunes ont été invités à échanger, explorer des réflexions, partager à propos de leur différente culture, assister à des conférences et prendre part à divers ateliers.

Florence Vachon, Anne-Catherine Tessier, Damien Langlais et Marianne Vézina, qui font tous partie du comité organisateur du Colloque, avaient l’objectif de rendre accessible cette activité à tous les participants.

«On veut rejoindre le plus de personnes possible. C’est pourquoi on touche autant à la culture, qu’à l’art et à la sexualité parce qu’on croit que ce sont tous des thèmes auxquels chacun peut se rattacher», a expliqué Marianne Vézina.

Pour le comité organisateur, le choix de la thématique était une évidence. «C’est d’actualité et dernièrement, plusieurs conflits sont reliés à la diversité. Autant dans les écoles, on tente de l’intégrer, mais est-ce que ça fonctionne vraiment? Est-ce que c’est la bonne chose à faire? C’est une bonne période pour en discuter et se poser des questions», a ajouté Florence Vachon.

Une édition record

 Le Colloque philo pour ados croît d’année en année depuis sa création. Cette 6e édition a été plus grande que nature puisque ce sont 550 élèves qui y ont participé. «On a dû s’adapter, il a fallu improviser. Mais ce qu’on veut, c’est d’avoir le plus de participants possible», a mentionné Damien Langlais.

Tous ces élèves d’ailleurs étaient logés chez les élèves de la région. Damien accueillait quatre participants du colloque et pour lui, c’est une occasion pour échanger davantage. «On tisse des liens avec eux, je suis même allé les voir l’été dernier, on développe une complicité et une amitié», a-t-il souligné.

Monk.E, un conférencier inspirant

 Pour la conférence d’ouverture du colloque, les jeunes ont fait confiance au voyageur, artiste visuel et musicien, Monk.E. Celui qui venait tout juste d’atterrir du Cambodge a participé à toutes les éditions du colloque, mais c’était la première fois qu’il avait la chance de lancer l’événement.

Le conférencier partage la même vision que les organisateurs. Pour lui, cet événement est important, c’est pourquoi il décide d’y revenir chaque année. «C’est pour l’amour du dialogue, l’ouverture vers l’autre, l’amour de l’autre, aller vers l’autre et connaître l’autre. Je veux inspirer et donner vie à ce dialogue-là en tant qu’être humain», a-t-il partagé.

Pour les organisateurs, le colloque n’est qu’un «prétexte pour ouvrir la discussion». Il permet d’élargir ses horizons sur le monde et amener de nouvelles réflexions qui permettent aux participants de se questionner davantage sur les différents sujets qu’ils ont abordés.

Selon le comité organisateur, il y a plusieurs façons d’ouvrir son esprit et partager avec l’autre, c’est pourquoi des ateliers ont été mis sur pied pour offrir plus que des discussions. Des ateliers de musique, de danse, d’improvisation et de peinture viennent compléter les échanges entre les participants. 

Ces 48 heures de réflexion et de partage sèment des graines dans l’esprit de ces élèves et les amènent à pousser leurs questionnements plus loin. «On ne veut pas que ce soit une activité qui se termine, on veut que ça continue dans la tête des participants et que ça fasse son chemin dans nos réflexions», a conclu Anne-Catherine Tessier.

Les plus lus

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Le Bivouac historique de Lévis aura lieu ce week-end

C'est demain et dimanche qu'aura lieu l'édition 2019 du Bivouac historique de Lévis, un événement de reconstitution historique militaire présenté au Fort de la Martinière à Lauzon.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Une carte interactive des transports alternatifs à l’auto solo

Pour trouver facilement les moyens de transport actif et collectif à Lévis et partout en Chaudière-Appalaches, une nouvelle plateforme est en ligne depuis lundi 20 août.