CRÉDIT : ARCHIVES 6e RAC - Canon de 12 livres à tir rapide mis en fonction au Fort de la Martinière à l’est de Lévis lors de la Première Guerre mondiale.

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Tout comme une autre unité de la réserve des Forces armées canadiennes basée à Lévis, le Régiment de la Chaudière, le 6e RAC fait honneur à la ville. Pour découvrir ou redécouvrir cette unité, le Journal vous propose une série d’articles sur elle. Pour amorcer la série, nous vous proposons cette semaine un résumé de la glorieuse histoire du 6e RAC.

C’est le 1er août 1899 que le régiment qui allait devenir le 6e RAC, le 6th Quebec and Levis Regiment Canadian Garrison Artillery, est fondé à la suite de la réorganisation des batteries indépendantes d’artillerie de garnison de Québec et de Lévis. Cette unité de réserve allait poursuivre une tradition déjà bien implantée dans la grande région de Québec.

«L’artillerie a marqué l’histoire lévisienne. En 1759, lorsque Wolfe (James, général anglais) a assiégé Québec, c’est à Lévis qu’il a installé ses batteries de canons. Par la suite, Lévis a été construite pour défendre Québec et des compagnies de milice de la ville étaient des compagnies d’artillerie», explique d’emblée Richard Garon, commandant du 35e Groupe-brigade du Canada, spécialiste de l’histoire militaire canadienne et coauteur de l’ouvrage Les rendre…jamais!, sur l’histoire du 6e RAC.

En 1911, le régiment d’artillerie de garnison est converti en unité de défense côtière. Un changement qui permettra au 6e RAC de participer aux conflits mondiaux qui ont secoué le 20e siècle et d’apposer sa griffe à l’histoire.

Défendre Québec

En effet, un mois seulement après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le 6th Coast Regiment Canadian Artilley est mis en service actif, en septembre 1914, pour défendre l’accès à Québec. L’unité se déploie au Fort de la Martinière, où deux batteries de défense côtière ont été aménagées avant le conflit, ainsi que sur l’île d’Orléans, où un poste d’observation est installé. Certains artilleurs lévisiens se rendront pendant cette guerre sur l’île de Sainte-Lucie, dans les Caraïbes, afin de défendre Port Castries.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le 6e RAC est mobilisé en sous-unités. Certaines d’entre elles prendront part aux combats en Europe, la 57e batterie étant déployée en Angleterre à titre d’unité de défense antiaérienne, alors que la 58e batterie prendra part à la libération de la France, de la Belgique et des Pays-Bas. Les autres sous-unités seront déployées au Canada, afin de défendre le complexe industriel et énergétique d’Arvida et, encore une fois, Québec.

«Pendant les deux conflits mondiaux, les ports de Québec et d’Halifax étaient primordiaux dans l’effort de guerre, d’armes, de munitions et de denrées en Europe. La protection des accès à ces ports était donc vitale», rappelle M. Garon.

Assurer la paix

Depuis ces deux conflits mondiaux, le 6e RAC permet au Canada de respecter ses obligations auprès de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ainsi que d’aider les Canadiens lors de désastres naturels.

En plus d’avoir été mobilisée pendant la guerre de Corée, l’unité de réservistes a déployé, durant les dernières années, plus de 100 soldats et officiers lors d’opérations, telles que Danaca (Israël), Récupération (crise du Verglas), Alliance (ex-Yougoslavie), Stable (Haïti) et Palladium (ex-Yougoslavie). En 2007 et 2009, le régiment qui a des bases à Lévis, Montmagny et Val-Bélair a fourni plus de 20 membres de tous grades pour servir en Afghanistan pour une période variant de 6 à 10 mois.

«Le 6e RAC continue aujourd’hui de servir. Par exemple, il y a présentement un membre de l’unité qui est en Égypte et qui œuvre au sein de la Force multinationale et observateurs au Sinaï, un groupe militaire international qui s’assure du maintien de la paix entre l’Égypte et Israël», conclut Richard Garon.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Pollution : le RÉPAC 03-12 cible Valero

Tôt ce matin, des militants du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12) ont installé des bannières dans des lieux «associés aux grands pollueurs de la région de Québec», dont à la raffinerie Jean-Gaulin d'Énergie Valero à Lévis.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...

Une deuxième classe de maternelle 4 ans à Lévis

Trois nouvelles classes de maternelle 4 ans ont été ajoutées sur le territoire de la Commission scolaire des Navigateurs, dont une à l’École Charles-Rodrigue à Lévis, portant leur nombre à quatre.

La CSDN pourra agrandir deux écoles primaires

Le président de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), Jérôme Demers, a annoncé, le 27 août lors d’une séance régulière du conseil des commissaires de l’instance, que le ministère de l’Éducation a autorisé le financement de l’agrandissement des écoles primaires du Grand-Voilier, à Saint-Nicolas, et des Sentiers, à Saint-Apollinaire.

Le Bivouac historique de Lévis aura lieu ce week-end

C'est demain et dimanche qu'aura lieu l'édition 2019 du Bivouac historique de Lévis, un événement de reconstitution historique militaire présenté au Fort de la Martinière à Lauzon.