De nouvelles procédures de transport ont été mises en place pour les PALS. CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chute plutôt qu’au coin de la rue près de chez eux. Certains parents déplorent qu’ils aient été informés dans des délais trop brefs et craignent pour la sécurité de leurs enfants.

Dans les secteurs plus éloignés de l’École secondaire Pointe-Lévy, seule école secondaire de la région qui offre les PALS à ses élèves, les points de chute pour le transport scolaire des élèves qui traînent leur équipement sportif sont un concept bien connu. Les élèves de ces programmes montent à bord d’autobus munis de valises sous le véhicule pour ranger leurs équipements sportifs. C’est pourquoi ce genre de transport nécessite une organisation plus stricte.

Les nouveaux points de chute prévus par la CSDN se situent en moyenne à un peu plus d’un kilomètre de la demeure des élèves comparés à quelques instants de marche par le passé. Sylvain Gagnon, père de deux élèves inscrits aux PALS, croit que cette nouvelle façon de faire compromet la sécurité de ses enfants.

«On a un problème parce qu’un stationnement de dépanneur ou de pharmacie n’est pas plus sécuritaire qu’une rue résidentielle, explique-t-il. Tant que les enfants ne sont pas dans l’autobus, c’est notre responsabilité qu’ils soient en sécurité. Avant, je pouvais quasiment voir l’arrêt de ma résidence. Ce n’est pas vrai que cette année, je vais laisser mon enfant dans un stationnement de dépanneur et partir au travail l’esprit tranquille.»

À la dernière minute

«Le point majeur est qu’on l’a appris trois semaines avant la rentrée. Si on l’avait su avant, on aurait peut-être eu l’opportunité de trouver une solution», déplore M. Gagnon. Ce dernier affirme que les parents auraient pu organiser leur horaire en fonction de cette nouvelle façon de faire, s’ils l’avaient su quelques mois auparavant plutôt que le 9 août dernier par courriel.

De plus, celui qui a déjà rallié plusieurs parents à sa cause avance que les parents voudraient s’impliquer auprès de la CSDN lorsque ce genre de situation est exposé. «S’il y a des changements à faire ou des difficultés, nous aimerions participer à la discussion. On a évoqué plusieurs pistes de solutions entre nous, on le sait bien que la CSDN doit jongler avec plusieurs problématiques», assure-t-il.

Des pistes de solution

Plusieurs facteurs suscitent des inquiétudes pour les parents, selon M. Gagnon. «Si j’ai un imprévu ou simplement si je suis pris dans le trafic lors du retour et que je ne peux pas être là à l’heure, les enfants ne pourront pas rentrer seul à partir de l’endroit où ils ont été déposés et devront attendre dans un stationnement?», soulève le père de famille.

Parmi les solutions évoquées, on suggère qu’un parent responsable ou un élève responsable de cinquième secondaire supervise le groupe qui attend l’autobus et qui s’assure que personne n’est oublié. «On croit que la CSDN a de bonnes intentions, mais ils n’ont pas tenu compte de certains détails importants», justifie-t-il.

Une question de sécurité

De son côté, la CSDN explique ce court délai de communication par le casse-tête pour les services de transport provoqué par la décision du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, d’ajouter de 10 minutes par récréations. La CSDN assure qu’elle tentera d’avertir les parents plus rapidement dans le futur.

De plus, les PALS sont «victimes de leur succès».

«Cette année, les transporteurs doivent utiliser les coffres des deux côtés de l’autobus (avant, seulement les coffres du côté du trottoir étaient utilisés pour assurer la sécurité) puisque la clientèle des PALS a augmenté. C’est une question d’accroissement de la clientèle et de la sécurité routière qui ne le permet pas (d’ouvrir les coffres du côté de la rue)», explique Louise Boisvert, porte-parole de la CSDN. 

Les plus lus

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Un autre Lévisien a contracté la COVID-19 au cours des derniers jours. C'est ce qu'a confirmé le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, vendredi.

La Fête nationale sera soulignée à Lévis

Même si les grands rassemblements, qui ont normalement cours les 23 et 24 juin à Lévis, n’auront pas lieu, coronavirus oblige, des activités, respectant les consignes de la Santé publique, auront lieu dans la région pour permettre aux Lévisiens de célébrer la Fête nationale du Québec.

COVID-19 : six mythes sur le masque

Tour à tour louangé ou désavoué, le port du masque semble, ces dernières semaines, avoir finalement gagné ses lettres de noblesse dans la majorité des pays qui ont enclenché leur déconfinement. Mais la teneur exacte de son efficacité reste difficile à établir. Le Détecteur de rumeurs survole six mythes sur le masque.

Des annonces pour la saison estivale à Lévis

Le maire de Lévis a annoncé plusieurs mesures pour les activités d’été, ce matin. 118 installations sportives extérieures vont rouvrir à partir de la semaine prochaine et 80 % de la demande en camp de jour sera comblée. Cet été, je parcours Lévis présentera aussi deux nouveaux parcours.

Ouverture des jeux d'eau et assouplissement des restrictions pour l'utilisation de l'eau potable

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, vendredi matin, diverses mesures en lien avec l'utilisation de l'eau potable sur le territoire.

COVID-19 : deux nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 au Québec, deux nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

COVID-19 : deux nouveaux cas à Lévis

Dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, samedi, que deux autres résidents de la région, deux Lévisiens, ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : l'état de la situation à 18h15

Une personne de plus a été testée positive à la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, ce qui porte le nombre de cas depuis le début de la pandémie à 513. C'est aussi ce 21 juin que le gouvernement du Québec a dévoilé les offres mises en place pour favoriser le tourisme dans la province cet été.

COVID-19 : un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, mercredi, qu'un nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus a été confirmé en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

Une santé mentale fragilisée par la COVID-19

La pandémie causée par le nouveau coronavirus a changé les façons de faire de la société, si bien que les gens se sont retrouvés, du jour au lendemain, confinés à la maison face à plusieurs grands défis. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) fait état de la situation des impacts d’un tel changement sur la santé, mentale de la population sur le territo...