En entrant à l’école plus tôt, les petits se familiarisent en douceur avec le milieu scolaire. CRÉDIT : ARCHIVES

Trois nouvelles classes de maternelle 4 ans ont été ajoutées sur le territoire de la Commission scolaire des Navigateurs, dont une à l’École Charles-Rodrigue à Lévis, portant leur nombre à quatre.

Prévue à l’origine à l’École Notre-Dame, la classe de maternelle 4 ans supplémentaire à Lévis a finalement été transférée à l’École Charles-Rodrigue, car «la demande n’était pas assez grande», indique la directrice des services éducatifs de la CSDN, Pascale Girard-Toupin. C’est la deuxième pour l’établissement qui scolarise les plus jeunes depuis l’année 2014-2015.

Dans chaque classe, 17 places étaient disponibles pour les élèves habitant dans le secteur de l’école, puis à tous ceux du territoire à partir du 15 août. Une classe «doit avoir au 30 septembre, 6 élèves qui demeurent sur le bassin de l’école encore inscrits».

À Lévis, toutes les places restantes ont été comblées à partir des listes d’attente établies dans les autres écoles où les parents avaient signifié leur intérêt. «Il y a eu de l’intérêt de la population», observe Pascale Girard-Toupin.

Mettre l’accent sur l’accueil

Pour préparer la rentrée, la CSDN avait demandé aux parents de lui faire part de leurs besoins. Visiter l’école, rencontrer la direction, donner à l’enfant la possibilité de rencontrer l’enseignante et de voir sa classe, ont été les souhaits formulés par les familles. Une rencontre a ainsi été organisée en mai dernier. Les parents étaient «très intéressés à savoir comment se déroule une journée typique de maternelle».

En maternelle 4 ans, l’accent est mis sur l’accueil, car la classe est «l’extension du foyer». L’objectif est d’établir «un bon lien» et de donner «un sentiment apaisant et sécurisant pour l’enfant». Progressive, la rentrée inclut une «entrevue personnalisée» avec l’enfant et ses parents pour cerner les besoins. 

Autorégulation, autonomie, mise en place d’une routine, éveil à la communication, à la lecture et à l’écriture s’inscrivent dans le programme de la maternelle 4 ans. En entrant à l’école plus tôt, les petits se familiarisent en douceur avec le milieu scolaire et se préparent aux classes suivantes.

Pédagogie et développement de l’enfant sont au centre du travail de l’équipe formée par l’enseignante, l’éducatrice et le service de garde. «Pour nous, ça a été très facile de combler ces postes.»

Contrer les effets de la défavorisation

Les écoles où sont implantées les nouvelles classes de maternelle 4 ans sont déterminées en fonction des indices de défavorisation, calculés par le ministère de l’Éducation à partir d’indicateurs de revenu, de diplomation et d’emploi. À Lévis, les indices des écoles Charles-Rodrigue et Notre-Dame sont situés entre 6 et 8 sur une échelle de 1 à 10. Les établissements les plus proches de 10 accueillent des élèves les plus susceptibles de venir de familles défavorisées. 

On constate en effet qu’un enfant issu d’un milieu socio-économique plus fragile, avec moins de revenu, moins d’éducation et moins d’accès au marché du travail, risque d’être plus désavantagé dans son parcours. L’objectif est donc d’identifier l’ampleur des inégalités sociales pour tente de les contrer.

394 nouvelles classes dans la province 

Sur l’ensemble du Québec, le gouvernement caquiste en avait fait la promesse, 250 nouvelles classes de maternelle 4 ans à temps plein accueillent les élèves depuis la rentrée scolaire. Elles s’ajoutent aux 394 existantes, portant à 644 le nombre de classes pour l’année scolaire 2019-2020.

Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, avait confirmé pendant l’étude du projet de loi en août, leur déploiement sur tout le territoire du Québec. Le gouvernement avait d’ailleurs affirmé sa volonté de rendre la maternelle 4 ans accessible à tous les enfants de cet âge, dans un horizon de cinq ans.

Les plus lus

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Un autre Lévisien a contracté la COVID-19 au cours des derniers jours. C'est ce qu'a confirmé le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, vendredi.

La Fête nationale sera soulignée à Lévis

Même si les grands rassemblements, qui ont normalement cours les 23 et 24 juin à Lévis, n’auront pas lieu, coronavirus oblige, des activités, respectant les consignes de la Santé publique, auront lieu dans la région pour permettre aux Lévisiens de célébrer la Fête nationale du Québec.

COVID-19 : six mythes sur le masque

Tour à tour louangé ou désavoué, le port du masque semble, ces dernières semaines, avoir finalement gagné ses lettres de noblesse dans la majorité des pays qui ont enclenché leur déconfinement. Mais la teneur exacte de son efficacité reste difficile à établir. Le Détecteur de rumeurs survole six mythes sur le masque.

Des annonces pour la saison estivale à Lévis

Le maire de Lévis a annoncé plusieurs mesures pour les activités d’été, ce matin. 118 installations sportives extérieures vont rouvrir à partir de la semaine prochaine et 80 % de la demande en camp de jour sera comblée. Cet été, je parcours Lévis présentera aussi deux nouveaux parcours.

Ouverture des jeux d'eau et assouplissement des restrictions pour l'utilisation de l'eau potable

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, vendredi matin, diverses mesures en lien avec l'utilisation de l'eau potable sur le territoire.

COVID-19 : deux nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 au Québec, deux nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

COVID-19 : deux nouveaux cas à Lévis

Dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, samedi, que deux autres résidents de la région, deux Lévisiens, ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : l'état de la situation à 18h15

Une personne de plus a été testée positive à la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, ce qui porte le nombre de cas depuis le début de la pandémie à 513. C'est aussi ce 21 juin que le gouvernement du Québec a dévoilé les offres mises en place pour favoriser le tourisme dans la province cet été.

COVID-19 : un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, mercredi, qu'un nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus a été confirmé en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

Une santé mentale fragilisée par la COVID-19

La pandémie causée par le nouveau coronavirus a changé les façons de faire de la société, si bien que les gens se sont retrouvés, du jour au lendemain, confinés à la maison face à plusieurs grands défis. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) fait état de la situation des impacts d’un tel changement sur la santé, mentale de la population sur le territo...